Renseignements à jour

7 août 2020

COVID-19 – Levée des restrictions : Le Yukon est à l’étape 3 depuis le 1er août. Voir les mises à jour vidéo sur la COVID-19. Questions non médicales : covid19info@gov.yk.ca ou 1-877-374-0425.  Questions médicales : 811 ou utilisez l’outil d’auto-évaluation

COVID-19 : lignes directrices pour les visites dans les établissements de soins prolongés

Les personnes de plus de 60 ans et celles atteintes d’une maladie préexistante sont particulièrement vulnérables à la COVID-19. Ces lignes directrices visent à protéger les résidents et le personnel des établissements de soins prolongés. Elles pourraient être modifiées en fonction des recommandations de santé publique ou des arrêtés ministériels.

Les visiteurs sont des personnes indispensables dans la vie des résidents. Il est possible d’entretenir des liens sociaux tout en limitant ou en éliminant le risque de propagation du virus, notamment à l’aide des moyens de communication sans risque suivants :

  • la correspondance;
  • les appels téléphoniques;
  • les appels vidéo;
  • les visites extérieures (à la fenêtre).
Sommaire des directives pour les visites dans les établissements de soins prolongés
  • Les conditions générales de visite sont suspendues.
  • Un visiteur essentiel peut rendre visite à un résident si ce dernier :
    • est en fin de vie;
    • requiert la présence ou l’aide d’un visiteur pour répondre à ses besoins essentiels.
  • Il convient de respecter les règles de distance physique (en maintenant une distance de deux mètres ou de six pieds entre les personnes) lors des visites extérieures menées à l’établissement de soins prolongés.
  • Le visiteur essentiel et une autre personne peuvent être présents.
  • Si le résident n’a pas nommé de visiteur essentiel, il peut recevoir la visite d’un visiteur général et d’une autre personne. Lors d’une visite, il ne peut y avoir plus de trois personnes, incluant le résident.
  • Le transport en véhicule privé est autorisé. Le visiteur essentiel désigné par un résident peut ainsi conduire ce dernier à ses rendez-vous médicaux.
  • Les visites prolongées et les nuitées sont déconseillées.
  • Les résidents qui sont en fin de vie peuvent recevoir la visite de personnes venant de l’extérieur du territoire si elles se sont isolées pendant 14 jours ou si elles ont reçu l’approbation du médecin hygiéniste en chef du Yukon ou du Centre de lutte contre les maladies transmissibles.
Visiteurs essentiels

Il en existe deux catégories :

  • les visiteurs qui peuvent fournir des soins essentiels de fin de vie;
  • les visiteurs qui peuvent fournir des soins essentiels lorsque le personnel de l’établissement n’est pas en mesure d’assurer la qualité de vie d’un résident ou de répondre à ses besoins en matière de soins.

Pour qu’une personne soit nommée visiteuse essentielle (dans l’une ou l’autre des catégories ci-dessus), les critères suivants doivent être satisfaits :

  • elle doit être nommée par le résident ou par son décisionnaire remplaçant;
  • elle doit être âgée d’au moins 18 ans;
  • elle a obtenu du responsable des soins du résident la confirmation qu’elle répondait aux critères..

Visiteurs essentiels : soins de fin de vie

Si le résident risque de mourir au cours des quatre prochaines semaines :

  • Il peut recevoir la visite d’un visiteur essentiel dans l’établissement de soins prolongés.
  • Le responsable des soins du résident peut autoriser jusqu’à cinq autres personnes à venir rendre visite au résident, mais seuls un ou deux visiteurs pourront être présents à la fois. Il peut s’agir :
    • de membres de la famille du résident;
    • de conseillers spirituels;
    • d’enfants (moins de 16 ans);
    • d’amis du résident.
  • Un visiteur de moins de 16 ans doit être accompagné d’un parent ou d’un tuteur.
  • Le résident peut recevoir deux personnes dans sa chambre si la distance physique d’au moins deux mètres (six pieds) peut être respectée.

Visiteurs essentiels : soins nécessaires aux besoins essentiels

Un visiteur peut être nommé pour fournir des soins essentiels en vue d’assurer la qualité de vie d’un résident ou de répondre à ses besoins en matière de soins.

Quand le personnel ne peut satisfaire aux besoins reconnus du résident (dans son plan de soins, par exemple)

Le responsable des soins au résident doit en approuver la demande. Cette mesure est généralement prise lorsque seul un visiteur est en mesure de répondre à un besoin reconnu, par exemple assurer des services à une personne souffrant de déficience cognitive ou de démence. Si le résident n’est pas en mesure de comprendre les directives liées à la COVID-19, l’aide d’un visiteur de soins essentiels pourrait alors être requise. Cette mesure peut aussi être autorisée si la présence d’un visiteur essentiel permet de contribuer à la qualité des soins et la qualité de vie d’un résident.

Désignation d’un remplaçant temporaire

Un remplaçant peut être nommé si le visiteur essentiel doit s’absenter temporairement. Le choix d’un visiteur essentiel ne doit pas être modifié régulièrement. Un remplaçant est nommé seulement pour gérer les imprévus.

L’accès des personnes qui répondent aux critères ci-dessus ne sera pas restreint. Toutefois, selon la situation du résident ou de l’établissement, il se peut que certaines visites ne soient pas autorisées.

Le visiteur essentiel doit discuter avec le responsable des soins au résident lors qu’il y a un conflit en matière d’autorisation des visiteurs. Si la situation ne peut être résolue, il faudra alors en appeler au directeur de la section de l’établissement de soins prolongés.

Il peut arriver qu’un nombre considérable de visiteurs essentiels se retrouve dans une même section de l’établissement. Le responsable des soins au résident peut alors mettre en place une stratégie visant à satisfaire aux besoins de tous les résidents de la section et à assurer un déroulement des visites en toute sécurité et dans le respect des recommandations de santé publique. Il peut notamment :

  • décaler les visites;
  • modifier l’horaire des visites;
  • appliquer toute autre solution créative.
Visiteurs généraux

Chaque résident peut nommer deux visiteurs généraux pour les visites extérieures (y compris le visiteur essentiel).

Un visiteur général est une personne nommée par le résident ou par son décisionnaire remplaçant qui n’est pas chargée de répondre à un besoin particulier du plan de soins du résident.

Procédure des visites en établissement pour les visiteurs essentiels

À chaque visite, la personne doit :

  • signer le registre des visites;
  • répondre à un questionnaire de dépistage de la COVID-19 et faire vérifier sa température;
  • porter un masque médical en tout temps pendant la visite – des instructions lui seront données pour mettre et enlever le masque en toute sécurité);
  • rester dans la chambre du résident en tout temps pendant la visite – il est uniquement permis d’en sortir lorsqu’il s’agit d’aider à la prestation de soins ou au bon déroulement des activités courantes (ex. la prise de repas) ou d’accompagner le résident lors d’une visite extérieure;
  • ne pas rendre visite à d’autres résidents;
  • porter tout équipement de protection individuelle exigé par l’établissement;
  • se laver ou se désinfecter les mains à l’entrée et à la sortie de l’établissement et de chaque pièce visitée.
Visites extérieures

Les résidents qui n’ont pas besoin de s’isoler peuvent passer du temps à l’extérieur. La distance physique doit tout de même être respectée.

Lors des visites extérieures :

  • le visiteur essentiel désigné peut être présent;
  • un visiteur général identifié peut être présent;
  • une autre personne peut être présente.

Remarque : Lors d’une visite, il ne peut y avoir plus de trois personnes présentes, incluant le résident.

Autres remarques :

  • Il n’y a aucune restriction quant à la personne « autre ». Par exemple, il peut s’agir d’une personne d’âge mineur;
  • Des dispositions doivent être prises avec l’établissement pour les visites extérieures, que ce soit par le résident, le visiteur essentiel ou le visiteur général. Il peut s’agir, par exemple, d’établir l’horaire des visites, leur fréquence ou leur faisabilité ou de prévoir des vêtements adaptés aux conditions météorologiques;
  • Les visites extérieures seront autorisées si la distance physique peut être respectée;
  • Lors d’une visite extérieure, les visiteurs doivent porter un masque;
  • Toutes les personnes présentes doivent s’assurer d’être en mesure de respecter les exigences en matière de distance physique. Par exemple, penser à prendre les précautions nécessaires si l’on doit aider le résident avec son fauteuil roulant ou si celui-ci est malentendant;
  • Tous les types de masque non médical qui respectent les recommandations de Santé Canada sont autorisées;
  • Les visiteurs doivent rester à l’extérieur en tout temps après la vérification initiale, à l’exception du visiteur essentiel;
  • Au moment de revenir à l’intérieur de l’établissement de soins prolongés, les résidents et les visiteurs essentiels doivent immédiatement se laver les mains.
Séjour des résidents : visites prolongées et nuitées

Les résidents peuvent rendre visite à leurs proches pour un séjour d’une ou de plusieurs nuits. Le choix de faire ou non une visite prolongée et l’organisation de celle-ci relève d’une décision prise en groupe par le résident, la personne qui reçoit ainsi que les membres de l’équipe de soins. De cette façon, il est possible de prévoir, pour la durée du séjour, les médicaments du résident ainsi que toute autre ressource jugée nécessaire pour faciliter la visite. En temps normal, un résident n’aurait pas besoin d’obtenir une autorisation pour ce genre de séjour.

Étant donné la situation actuelle, ces visites sont toutefois déconseillées compte tenu du risque accru d’infection.

Visiteurs venant de l’extérieur du territoire

Personnes vivant en Colombie-Britannique, aux Territoires du Nord-Ouest ou au Nunavut

Ces personnes n’ont pas besoin de se soumettre à un isolement volontaire à leur arrivée au Yukon. Elles peuvent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés. Si tel est le cas, elles doivent respecter les directives pour les visites.

Si ces personnes ont voyagé en dehors de la Colombie-Britannique, des Territoires du Nord-Ouest ou du Nunavut au cours des 14 jours précédant leur arrivée au Yukon, elles doivent s’isoler à Whitehorse. Si elles souhaitent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés avant la fin de leur période d’isolement volontaire, elles peuvent demander une dérogation. Pour ce faire, elles doivent remplir et envoyer une demande de plan alternatif d’isolement volontaire.

Visiteurs ne vivant pas en Colombie-Britannique, aux Territoires du Nord-Ouest ou au Nunavut

La loi exige que ces personnes se soumettent à un isolement volontaire de 14 jours à Whitehorse à leur arrivée au Yukon. Si elles souhaitent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés avant la fin de leur période d’isolement volontaire, elles peuvent demander une dérogation. Pour ce faire, elles doivent remplir et envoyer une demande de plan alternatif d’isolement volontaire.

La décision définitive concernant ces demandes sera prise par le ministre des Services aux collectivités du gouvernement du Yukon, après consultation du médecin hygiéniste en chef du Yukon. Cette procédure a pour but de veiller à la sécurité et à la santé des Yukonnais.

Si le plan alternatif est approuvé, l’établissement de soins prolongés transmettra aux personnes en question une lettre contenant des précisions sur la visite.

Yukonnais ayant voyagé en dehors du territoire (à l’exception de la Colombie-Britannique, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut)

La loi exige que ces personnes se soumettent à un isolement volontaire de 14 jours à Whitehorse à leur arrivée au Yukon. Si elles souhaitent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés avant la fin de leur période d’isolement volontaire, elles peuvent demander une dérogation. Pour ce faire, elles doivent remplir et envoyer une demande de plan alternatif d’isolement volontaire.

La décision définitive concernant ces demandes sera prise par le ministre des Services aux collectivités du gouvernement du Yukon, après consultation du médecin hygiéniste en chef du Yukon. Cette procédure a pour but de veiller à la sécurité et à la santé des Yukonnais.

Si le plan alternatif est approuvé, l’établissement de soins prolongés transmettra aux personnes en question une lettre contenant des précisions sur la visite.

Animaux de compagnie

La politique sur les visites d’animaux de compagnie de la Direction des soins prolongés demeure en vigueur. Les animaux de compagnie peuvent venir rendre visite aux résidents à l’intérieur et à l’extérieur des établissements.

Les conditions suivantes doivent être respectées :

  • L’accès est interdit aux animaux qui viennent d’un domicile où il y a une personne qui est déclarée positive à la COVID-19. Cela vaut aussi pour un domicile où il y a une personne qui est en attente du résultat d’un test de dépistage.
  • L’animal est accompagné en tout temps par son maître ou par une personne qui en est responsable.
  • L’animal et son maître ou la personne qui en est responsable ne doivent entrer en contact avec aucun autre résident.
  • L’animal ne peut pas passer la nuit dans l’établissement.
  • Dans les aires publiques, l’animal doit être tenu en laisse ou en cage.
  • L’animal doit être propre et n’avoir aucune plaie ouverte.
  • Le carnet de vaccination de l’animal doit être à jour.
  • L’animal doit avoir un bon comportement.
  • Le maître ou la personne responsable de l’animal doit nettoyer les excréments et l’urine de l’animal.
  • Si des articles (ex. la literie) sont salis, en aviser le personnel.
  • L’animal ne peut pas entrer dans les aires de préparation des aliments ni dans la salle à manger commune lors des repas.
  • Le résident doit se laver ou se désinfecter les mains après le départ de l’animal.

  • Les conditions générales de visite sont suspendues.
  • Un visiteur essentiel peut rendre visite à un résident si ce dernier :
    • est en fin de vie;
    • requiert la présence ou l’aide d’un visiteur pour répondre à ses besoins essentiels.
  • Il convient de respecter les règles de distance physique (en maintenant une distance de deux mètres ou de six pieds entre les personnes) lors des visites extérieures menées à l’établissement de soins prolongés.
  • Le visiteur essentiel et une autre personne peuvent être présents.
  • Si le résident n’a pas nommé de visiteur essentiel, il peut recevoir la visite d’un visiteur général et d’une autre personne. Lors d’une visite, il ne peut y avoir plus de trois personnes, incluant le résident.
  • Le transport en véhicule privé est autorisé. Le visiteur essentiel désigné par un résident peut ainsi conduire ce dernier à ses rendez-vous médicaux.
  • Les visites prolongées et les nuitées sont déconseillées.
  • Les résidents qui sont en fin de vie peuvent recevoir la visite de personnes venant de l’extérieur du territoire si elles se sont isolées pendant 14 jours ou si elles ont reçu l’approbation du médecin hygiéniste en chef du Yukon ou du Centre de lutte contre les maladies transmissibles.

Il en existe deux catégories :

  • les visiteurs qui peuvent fournir des soins essentiels de fin de vie;
  • les visiteurs qui peuvent fournir des soins essentiels lorsque le personnel de l’établissement n’est pas en mesure d’assurer la qualité de vie d’un résident ou de répondre à ses besoins en matière de soins.

Pour qu’une personne soit nommée visiteuse essentielle (dans l’une ou l’autre des catégories ci-dessus), les critères suivants doivent être satisfaits :

  • elle doit être nommée par le résident ou par son décisionnaire remplaçant;
  • elle doit être âgée d’au moins 18 ans;
  • elle a obtenu du responsable des soins du résident la confirmation qu’elle répondait aux critères..

Visiteurs essentiels : soins de fin de vie

Si le résident risque de mourir au cours des quatre prochaines semaines :

  • Il peut recevoir la visite d’un visiteur essentiel dans l’établissement de soins prolongés.
  • Le responsable des soins du résident peut autoriser jusqu’à cinq autres personnes à venir rendre visite au résident, mais seuls un ou deux visiteurs pourront être présents à la fois. Il peut s’agir :
    • de membres de la famille du résident;
    • de conseillers spirituels;
    • d’enfants (moins de 16 ans);
    • d’amis du résident.
  • Un visiteur de moins de 16 ans doit être accompagné d’un parent ou d’un tuteur.
  • Le résident peut recevoir deux personnes dans sa chambre si la distance physique d’au moins deux mètres (six pieds) peut être respectée.

Visiteurs essentiels : soins nécessaires aux besoins essentiels

Un visiteur peut être nommé pour fournir des soins essentiels en vue d’assurer la qualité de vie d’un résident ou de répondre à ses besoins en matière de soins.

Quand le personnel ne peut satisfaire aux besoins reconnus du résident (dans son plan de soins, par exemple)

Le responsable des soins au résident doit en approuver la demande. Cette mesure est généralement prise lorsque seul un visiteur est en mesure de répondre à un besoin reconnu, par exemple assurer des services à une personne souffrant de déficience cognitive ou de démence. Si le résident n’est pas en mesure de comprendre les directives liées à la COVID-19, l’aide d’un visiteur de soins essentiels pourrait alors être requise. Cette mesure peut aussi être autorisée si la présence d’un visiteur essentiel permet de contribuer à la qualité des soins et la qualité de vie d’un résident.

Désignation d’un remplaçant temporaire

Un remplaçant peut être nommé si le visiteur essentiel doit s’absenter temporairement. Le choix d’un visiteur essentiel ne doit pas être modifié régulièrement. Un remplaçant est nommé seulement pour gérer les imprévus.

L’accès des personnes qui répondent aux critères ci-dessus ne sera pas restreint. Toutefois, selon la situation du résident ou de l’établissement, il se peut que certaines visites ne soient pas autorisées.

Le visiteur essentiel doit discuter avec le responsable des soins au résident lors qu’il y a un conflit en matière d’autorisation des visiteurs. Si la situation ne peut être résolue, il faudra alors en appeler au directeur de la section de l’établissement de soins prolongés.

Il peut arriver qu’un nombre considérable de visiteurs essentiels se retrouve dans une même section de l’établissement. Le responsable des soins au résident peut alors mettre en place une stratégie visant à satisfaire aux besoins de tous les résidents de la section et à assurer un déroulement des visites en toute sécurité et dans le respect des recommandations de santé publique. Il peut notamment :

  • décaler les visites;
  • modifier l’horaire des visites;
  • appliquer toute autre solution créative.

Chaque résident peut nommer deux visiteurs généraux pour les visites extérieures (y compris le visiteur essentiel).

Un visiteur général est une personne nommée par le résident ou par son décisionnaire remplaçant qui n’est pas chargée de répondre à un besoin particulier du plan de soins du résident.

À chaque visite, la personne doit :

  • signer le registre des visites;
  • répondre à un questionnaire de dépistage de la COVID-19 et faire vérifier sa température;
  • porter un masque médical en tout temps pendant la visite – des instructions lui seront données pour mettre et enlever le masque en toute sécurité);
  • rester dans la chambre du résident en tout temps pendant la visite – il est uniquement permis d’en sortir lorsqu’il s’agit d’aider à la prestation de soins ou au bon déroulement des activités courantes (ex. la prise de repas) ou d’accompagner le résident lors d’une visite extérieure;
  • ne pas rendre visite à d’autres résidents;
  • porter tout équipement de protection individuelle exigé par l’établissement;
  • se laver ou se désinfecter les mains à l’entrée et à la sortie de l’établissement et de chaque pièce visitée.

Les résidents qui n’ont pas besoin de s’isoler peuvent passer du temps à l’extérieur. La distance physique doit tout de même être respectée.

Lors des visites extérieures :

  • le visiteur essentiel désigné peut être présent;
  • un visiteur général identifié peut être présent;
  • une autre personne peut être présente.

Remarque : Lors d’une visite, il ne peut y avoir plus de trois personnes présentes, incluant le résident.

Autres remarques :

  • Il n’y a aucune restriction quant à la personne « autre ». Par exemple, il peut s’agir d’une personne d’âge mineur;
  • Des dispositions doivent être prises avec l’établissement pour les visites extérieures, que ce soit par le résident, le visiteur essentiel ou le visiteur général. Il peut s’agir, par exemple, d’établir l’horaire des visites, leur fréquence ou leur faisabilité ou de prévoir des vêtements adaptés aux conditions météorologiques;
  • Les visites extérieures seront autorisées si la distance physique peut être respectée;
  • Lors d’une visite extérieure, les visiteurs doivent porter un masque;
  • Toutes les personnes présentes doivent s’assurer d’être en mesure de respecter les exigences en matière de distance physique. Par exemple, penser à prendre les précautions nécessaires si l’on doit aider le résident avec son fauteuil roulant ou si celui-ci est malentendant;
  • Tous les types de masque non médical qui respectent les recommandations de Santé Canada sont autorisées;
  • Les visiteurs doivent rester à l’extérieur en tout temps après la vérification initiale, à l’exception du visiteur essentiel;
  • Au moment de revenir à l’intérieur de l’établissement de soins prolongés, les résidents et les visiteurs essentiels doivent immédiatement se laver les mains.

Les résidents peuvent rendre visite à leurs proches pour un séjour d’une ou de plusieurs nuits. Le choix de faire ou non une visite prolongée et l’organisation de celle-ci relève d’une décision prise en groupe par le résident, la personne qui reçoit ainsi que les membres de l’équipe de soins. De cette façon, il est possible de prévoir, pour la durée du séjour, les médicaments du résident ainsi que toute autre ressource jugée nécessaire pour faciliter la visite. En temps normal, un résident n’aurait pas besoin d’obtenir une autorisation pour ce genre de séjour.

Étant donné la situation actuelle, ces visites sont toutefois déconseillées compte tenu du risque accru d’infection.

Personnes vivant en Colombie-Britannique, aux Territoires du Nord-Ouest ou au Nunavut

Ces personnes n’ont pas besoin de se soumettre à un isolement volontaire à leur arrivée au Yukon. Elles peuvent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés. Si tel est le cas, elles doivent respecter les directives pour les visites.

Si ces personnes ont voyagé en dehors de la Colombie-Britannique, des Territoires du Nord-Ouest ou du Nunavut au cours des 14 jours précédant leur arrivée au Yukon, elles doivent s’isoler à Whitehorse. Si elles souhaitent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés avant la fin de leur période d’isolement volontaire, elles peuvent demander une dérogation. Pour ce faire, elles doivent remplir et envoyer une demande de plan alternatif d’isolement volontaire.

Visiteurs ne vivant pas en Colombie-Britannique, aux Territoires du Nord-Ouest ou au Nunavut

La loi exige que ces personnes se soumettent à un isolement volontaire de 14 jours à Whitehorse à leur arrivée au Yukon. Si elles souhaitent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés avant la fin de leur période d’isolement volontaire, elles peuvent demander une dérogation. Pour ce faire, elles doivent remplir et envoyer une demande de plan alternatif d’isolement volontaire.

La décision définitive concernant ces demandes sera prise par le ministre des Services aux collectivités du gouvernement du Yukon, après consultation du médecin hygiéniste en chef du Yukon. Cette procédure a pour but de veiller à la sécurité et à la santé des Yukonnais.

Si le plan alternatif est approuvé, l’établissement de soins prolongés transmettra aux personnes en question une lettre contenant des précisions sur la visite.

La loi exige que ces personnes se soumettent à un isolement volontaire de 14 jours à Whitehorse à leur arrivée au Yukon. Si elles souhaitent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés avant la fin de leur période d’isolement volontaire, elles peuvent demander une dérogation. Pour ce faire, elles doivent remplir et envoyer une demande de plan alternatif d’isolement volontaire.

La décision définitive concernant ces demandes sera prise par le ministre des Services aux collectivités du gouvernement du Yukon, après consultation du médecin hygiéniste en chef du Yukon. Cette procédure a pour but de veiller à la sécurité et à la santé des Yukonnais.

Si le plan alternatif est approuvé, l’établissement de soins prolongés transmettra aux personnes en question une lettre contenant des précisions sur la visite.

La politique sur les visites d’animaux de compagnie de la Direction des soins prolongés demeure en vigueur. Les animaux de compagnie peuvent venir rendre visite aux résidents à l’intérieur et à l’extérieur des établissements.

Les conditions suivantes doivent être respectées :

  • L’accès est interdit aux animaux qui viennent d’un domicile où il y a une personne qui est déclarée positive à la COVID-19. Cela vaut aussi pour un domicile où il y a une personne qui est en attente du résultat d’un test de dépistage.
  • L’animal est accompagné en tout temps par son maître ou par une personne qui en est responsable.
  • L’animal et son maître ou la personne qui en est responsable ne doivent entrer en contact avec aucun autre résident.
  • L’animal ne peut pas passer la nuit dans l’établissement.
  • Dans les aires publiques, l’animal doit être tenu en laisse ou en cage.
  • L’animal doit être propre et n’avoir aucune plaie ouverte.
  • Le carnet de vaccination de l’animal doit être à jour.
  • L’animal doit avoir un bon comportement.
  • Le maître ou la personne responsable de l’animal doit nettoyer les excréments et l’urine de l’animal.
  • Si des articles (ex. la literie) sont salis, en aviser le personnel.
  • L’animal ne peut pas entrer dans les aires de préparation des aliments ni dans la salle à manger commune lors des repas.
  • Le résident doit se laver ou se désinfecter les mains après le départ de l’animal.