Signature du Plan régional d’aménagement du bassin hydrographique de la rivière Peel

Des dirigeants du gouvernement du Yukon et des Premières nations des Tr’ondëk Hwëch’in, des Nacho Nyak Dun et des Gwitchin Vuntut ainsi que du Conseil tribal des Gwich’in se sont réunis aujourd’hui à Mayo, sur le territoire traditionnel des Nacho Nyak Dun, pour la signature officielle du plan et la célébration de leur réussite collective. Mme Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique Canada, s’est également jointe à eux pour cette cérémonie de signature historique.

Le Plan orientera l’utilisation des terres et des ressources dans la région d’aménagement du bassin hydrographique de la rivière Peel, une région écosensible de 67 431 kilomètres carrés dans le nord-est du Yukon, qui est l’hôte d’espèces en péril, comme le caribou des bois boréal.

La région d’aménagement est divisée en 16 unités d’utilisation des sols : zones spéciales de gestion (55 %), zones de nature protégée (25 %), zones de nature protégée – caribou boréal (3 %) ou zones de gestion intégrée (17 %). Des recommandations concernant l’utilisation des terres, la conservation et la surveillance de chaque unité ont été émises. Le Plan assurera ainsi une utilisation responsable des terres tout en veillant à ce que les zones écosensibles du bassin hydrographique soient protégées pour les générations à venir.

Les cinq gouvernements qui ont contribué au Plan se sont engagés à conjointement mettre en œuvre les recommandations et à mettre sur pied un comité qui donnera des conseils sur la gestion et la surveillance des terres des Premières Nations visées et non visées par un règlement.

Le dévoilement du Plan régional d’aménagement du bassin hydrographique de la rivière Peel, fruit d’une collaboration respectueuse entre les Premières Nations et le gouvernement du Yukon, est un moment décisif pour le territoire. Notre gouvernement s’est engagé à accepter les recommandations du plan définitif, et nous sommes honorés de respecter cet engagement au bénéfice de l’ensemble de la population yukonaise. Nous unissons nos efforts à ceux de nos partenaires autochtones pour protéger le bassin de la rivière Peel grâce à l’adoption officielle du Plan. 

M. Sandy Silver, premier ministre du Yukon

C’est vraiment un jour très important. Il serait tentant de penser que mon travail en tant que chef est accompli et que je peux maintenant me détendre et tomber dans l’oubli en sachant que mon peuple possède maintenant un refuge sûr pour les générations à venir. Mais en réalité, le travail ne fait que commencer. Nous devons dès maintenant commencer à collaborer avec le gouvernement du Yukon et nos confrères des autres Premières Nations pour collectivement mettre en œuvre le Plan d’aménagement du bassin hydrographique de la rivière Peel. C’est pourquoi j’aimerais dire aux jeunes aspirants chefs : ne vous en faites pas. D’autres belles occasions se présenteront à vous. Le travail le plus important, protéger le bassin de la rivière Peel, ne fait que commencer. 

M. Simon Mervyn, chef de la Première Nation des Nacho Nyak Dun

La Commission, les tribunaux et la population nous ont accompagnés dans notre long périple, qui s’est achevé par la conclusion d’un accord. Il y a un an, nous nous efforcions de compléter, d’approuver et de mettre en œuvre par consensus ce Plan d’aménagement du bassin de la rivière Peel. À mon avis, c’est un excellent exemple de réconciliation, mais également de l’intention de nos ententes définitives. En réalisant collectivement les huit objectifs de notre plan, nous avons rempli nos obligations envers mon peuple, la population yukonaise, la population canadienne et les prochaines générations. Nous avons toujours été attentifs et fidèles aux droits, aux titres et aux intérêts de nos ententes définitives tout au long de ce processus, et mon peuple se réjouit que les conclusions tirées pour des terres aussi indispensables soient aussi logiques que positives. Je tiens à remercier chaleureusement tous ceux qui ont contribué à élaborer ce plan. Mahsi’ Cho. 

Mme Dana Tizya‑Tramm, cheffe de la Première Nation des Gwitchin Vuntut

La signature du Plan régional d’aménagement du bassin hydrographique de la rivière Peel marque la fin de notre parcours de défense de l’intégrité de nos ententes et le respect des promesses de processus collaboratifs prononcés lors du processus de revendication territoriale. Le Plan protège également une région de valeur aux yeux des peuples des Premières Nations, et je me réjouis à l’idée que les prochaines générations pourront profiter de la nature sauvage de ce paysage. Je tiens à exprimer ma gratitude à tous nos partenaires et nos anciens dirigeants, qui ont cru en l’importance de nos traités. 

Mme Roberta Joseph, cheffe de la Première Nation des Tr’ondëk Hwëch’in

Depuis toujours, les Gwich’in ont cherché à protéger et à conserver leurs liens étroits et sacrés avec la région du bassin hydrographique de la rivière Peel, des liens qui perdurent depuis des temps immémoriaux. La collaboration et la découverte d’un terrain d’entente entre les Gwich’in, le gouvernement du Yukon et les Premières Nations du nord du Yukon sont indispensables, comme nous avons pu le constater par le travail de rédaction du Plan régional d’aménagement du bassin hydrographique de la rivière Peel, essentiel pour nos générations futures. Ce bassin est inestimable : sa pérennité devait être assurée. Les Gwich’in sont heureux que, ce faisant, nos droits et intérêts reconnus par notre traité soient honorés et maintenus. 

Mme Bobbie Jo Greenland-Morgan, grande cheffe et présidente du Conseil tribal des Gwich’in

En bref 
  • La région d’aménagement du bassin hydrographique de la rivière Peel est une zone de 67 431 kilomètres carrés située dans le nord du Yukon.

  • La région draine 14 % du territoire du Yukon dans l’océan Arctique par le delta du fleuve Mackenzie.

  • Le bassin hydrographique de la rivière Peel est une région écosensible peuplée par des espèces sauvages migratrices, comme le caribou des bois boréal. Les grizzlis, les orignaux, les mouflons de Dall et les loups sont quelques-uns des grands mammifères qui peuplent la région.

  • Le 1er août 2018, le gouvernement du Yukon et cinq gouvernements des Premières Nations ont signé une lettre d’entente, en vertu de laquelle ils s’engageaient à collaborer pour terminer le plan. C’est donc ensemble qu’ils ont achevé le Plan, guidés par les ententes définitives, l’Entente sur la revendication territoriale globale des Gwich’in et la Cour suprême du Canada.

  • Le Plan a été rédigé par une commission de planification publique en vertu du Chapitre 11 des ententes définitives des Premières Nations du Yukon.

  • Le Plan approuvé présente un nouveau type d’unité d’utilisation des sols appelée zone de nature protégée – caribou boréal. Il s’agit de zones expressément désignées pour intégrer les obligations légales de protection de l’habitat du caribou boréal du Yukon en vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral.

  • Il s’agit du deuxième plan régional d’aménagement approuvé au Yukon; le Plan d’aménagement des terres du nord du Yukon a pour sa part été approuvé en 2009. Un Plan d’aménagement du territoire de la région de Dawson est en cours d’ébauche.

Renseignements 

Matthew Cameron
Communications
Conseil des ministres
Gouvernement du Yukon
867-393-7136
matthew.cameron@gov.yk.ca

Joella Hogan
Première Nation des Nacho Nyak Dun
867-334-5131
Joella_hogan@hotmail.com

Rebecca Shrubb
Première Nation des Gwitchin Vuntut 
867-668-3261
rshrubb@vgfn.net

Elaine Corden
Communications
Première nation des Tr’ondëk Hwëch’in
604-345-2140
elaine.corden@trondek.ca

Carolyn Lennie
Conseil tribal des Gwich’in
867-777-7934
clennie@gwichin.nt.ca

Numéro du communiqué: 
19-179