Questions fréquentes : la COVID-19 au Yukon

Vous trouverez sur cette page des réponses à plusieurs questions courantes sur la COVID-19 au Yukon. 

Télécharger la version PDF

COVID-19 : ce qu’il faut savoir

Qu’est-ce que le coronavirus (COVID-19)?

  • Les coronavirus constituent une grande famille de virus. Certains provoquent des maladies chez les humains et d’autres chez les animaux.
  • Les coronavirus humains sont courants et se traduisent généralement par de légers malaises, semblables à ceux du rhume.
  • Dans de rares cas, les coronavirus infectant les animaux peuvent infecter des personnes. Plus rarement encore, ils peuvent se transmettre par contact étroit de personne à personne. Pour en savoir plus, visitez le site des services de santé publique.
  • La COVID-19 est une nouvelle maladie qui n’avait encore jamais été détectée chez l’homme.
  • L’Organisation mondiale de la Santé (l’OMS) a déclaré l’état de pandémie de COVID-19.
  • Le Yukon a déclaré l’état d’urgence sanitaire le 18 mars 2020 en raison de la COVID-19.

Où puis-je trouver des renseignements fiables au sujet de la COVID-19?

Quels sont les symptômes de la COVID-19?

Les symptômes de la COVID-19 ressemblent à ceux d’autres maladies respiratoires comme la grippe et le simple rhume. Cliquez ici pour consulter la liste des symptômes.

Combien de temps faut-il aux symptômes pour apparaître?

Ce délai varie d’une personne à l’autre, mais les symptômes peuvent prendre jusqu’à 14 jours pour se manifester après l’exposition initiale.

Si vous pensez avoir la COVID-19, remplissez le questionnaire d’auto-évaluation en ligne.

Qui sont les personnes les plus à risque?

Les personnes les plus à risque sont les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies ou d’affections respiratoires chroniques.
Les femmes enceintes sont également plus susceptibles de présenter des complications.

Mesures prises par le Yukon

Le 18 mars, le médecin hygiéniste en chef du Yukon a déclaré l’état d’urgence sanitaire.

Qu’est-ce que l’état d’urgence sanitaire?

L’état d’urgence sanitaire donne au médecin hygiéniste en chef du Yukon le pouvoir d’agir plus rapidement face à cette situation qui évolue rapidement et d’assurer la santé et la sécurité des Yukonnais et Yukonnaises. L’état d’urgence sanitaire est maintenu jusqu’à nouvel ordre.

Quels services sont fermés? 

Voici la liste des lieux publics qui sont actuellement fermés.

  • Toutes les installations récréatives intérieures sont fermées jusqu’à nouvel ordre, y compris le Centre des Jeux du Canada, les patinoires et les centres récréatifs de l’ensemble du Yukon.
  • Les bibliothèques sont fermées jusqu’à nouvel ordre.
  • À quelques exceptions près, les visites sont interdites dans les trois hôpitaux du Yukon. En ce qui concerne les patients de la maternité, les enfants malades, les patients en fin de vie et les situations d’urgence, une limite de deux personnes sera strictement appliquée. Les aidants d’une personne handicapée et les décideurs substituts ont également droit de visite. Des mesures de contrôle sont en place dans chacun des hôpitaux. Les visiteurs doivent indiquer la raison de leur visite, décrire leurs symptômes et donner des détails sur leurs récents déplacements.

Les parcs et des campings territoriaux sont-ils fermés?

Les parcs et campings territoriaux sont fermés jusqu’en juin. Cliquez ici pour connaître les utilisations autorisées et les utilisations interdites de ces espaces.

Les écoles sont-elles fermées?

Oui. Les 30 écoles publiques du Yukon ont reçu l’ordre de fermer leurs portes jusqu’à la fin de l’année scolaire 2019-2020. Cette mesure de contrôle et de protection a pour objectif de prévenir la propagation de la COVID-19. Tous les programmes de formation continue sont également visés par celle-ci. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec le ministère de l’Éducation. Vous pouvez par ailleurs suivre l’évolution de la situation sur le site Yukon.ca.

Informations à l’intention des élèves des écoles publiques et de leur famille

Nous avons décidé de fermer les écoles en toute connaissance de cause, dans le but d’assurer une distance physique entre les élèves. La distance physique est l’un des moyens les plus efficaces de réduire la propagation d’une épidémie. Or, il faut pour cela maintenir une distance d’environ 2 mètres (ou 6 pieds) avec qui que ce soit.

Par ailleurs, compte tenu de la grande quantité de surfaces fréquemment touchées et de matériel partagé dans les écoles, il est impossible pour le personnel d’y maintenir un environnement sain en tout temps.

Nous sommes conscients que cette décision a de profondes répercussions sur les familles, les élèves et la société en général, mais cette précaution s’impose pour protéger la population du Yukon.

Cette situation peut être source d’anxiété. Si vous avez besoin de parler à quelqu’un, les Services pour le mieux-être mental et la lutte contre l’alcoolisme et la toxicomanie sont là pour vous écouter (867-456-3838 ou 1-866-456-3838). Jeunesse, J’écoute est aussi là pour les jeunes (1-800-668-6868). N’hésitez pas à avoir recours à ces ressources. Nous vivons une période stressante, mais le fait d’en parler peut nous aider à mieux la vivre.

Les services de garde sont-ils fermés?

Pour le moment, les services de garde et les garderies n’ont pas reçu l’ordre de fermer leurs portes.

Ils ont été désignés comme étant des services essentiels et doivent être maintenus aussi longtemps que possible. En effet, ils offrent du soutien social aux enfants et aux familles vulnérables en particulier, mais aussi aux parents qui assurent eux-mêmes la prestation de services essentiels pour la sécurité des Yukonnais. Les exploitants des services de garde ont reçu des consignes pour le respect de la distance physique en milieu de garde.

Les animaux, la viande de gibier et la COVID-19

Les animaux peuvent-ils transmettre la COVID-19 aux êtres humains ou à d’autres animaux?

Dans plusieurs pays, un petit nombre de chiens et de chats ont été déclarés positifs à la COVID‑19 ou au virus qui la cause. De plus, on a détecté le virus chez des tigres et des lions de certains zoos, ainsi que chez des visons d’élevage en Europe. Si certains animaux positifs présentaient des symptômes respiratoires, ceux-ci étaient généralement légers et ne mettaient pas leur vie en danger. Tous ces animaux auraient été infectés après avoir été exposés à des personnes infectées (transmission de l’homme à l’animal).

Le SARS-CoV-2 (le virus de la COVID-19) appartient à la même famille que le virus à l’origine de l’éclosion de SRAS de 2003. Les chercheurs étudient des espèces animales connues pour posséder les récepteurs cellulaires des virus de cette famille, comme les chats, les furets et les cochons. En effet, les chats, les hamsters et les furets peuvent être infectés et transmettre le virus à d’autres animaux de la même espèce par contact direct. Les chiens semblent y être moins vulnérables, et aucun cochon, canard ou oie n’a été déclaré positif.

Rien n’indique que les animaux jouent un rôle d’importance dans la propagation de la COVID‑19. On recommande aux personnes atteintes de prendre des précautions pour éviter de transmettre le virus aux animaux de compagnie, en particulier les chats, les hamsters et les furets. Pour le moment, on ne recommande pas d’effectuer un dépistage chez les animaux, mais des tests pourraient être réalisés si la situation le justifie. Les vétérinaires doivent consulter le vétérinaire en chef pour obtenir des consignes sur le dépistage des animaux.

Que faire si j’ai été déclaré positif à la COVID-19 et que j’ai été en contact avec des animaux?

Il est fort probable que le virus puisse survivre sur la fourrure de vos animaux comme sur les autres surfaces. En attendant d’en savoir plus, si vous avez reçu un diagnostic de COVID-19 et si vous avez un animal de compagnie ou d’autres animaux, suivez les recommandations suivantes.

  • Évitez tout contact étroit avec eux (par exemple, ne les laissez pas vous lécher, s’asseoir sur vous ou dormir dans votre lit).
  • Respectez les règles d’hygiène respiratoire, notamment toussez ou éternuez dans un papier-mouchoir ou le creux de votre coude (évitez de tousser ou d’éternuer en direction de vos animaux).
  • Demandez à un autre membre de votre ménage d’en prendre soin.
  • Si personne d’autre ne peut en prendre soin, lavez-vous toujours les mains avant de toucher ou de nourrir vos animaux et après les avoir touchés ou nourris.
  • Limitez les contacts de vos animaux avec d’autres personnes et animaux.

Les animaux d’élevage et la COVID-19

Si vous élevez du bétail, continuez d’appliquer les mêmes protocoles de biosécurité que d’habitude. Veillez toutefois à interdire l’accès de vos installations aux visiteurs ou travailleurs susceptibles de revenir d’une région touchée par la COVID-19 ou d’avoir été en contact avec une personne revenant d’une région touchée. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la prévention des maladies à la ferme, les producteurs sont invités à consulter les documents suivants :

Les aliments peuvent-ils transmettre la COVID-19 aux humains?

Rien n’indique que la nourriture pourrait être une source ou une voie probable de transmission du virus. Cela vaut également pour la viande d’élevage et de gibier du Yukon. Il est toujours préférable de respecter les bonnes pratiques de salubrité alimentaire. Évitez de contaminer les aliments crus et abstenez-vous de consommer des produits crus ou pas assez cuits.

La congélation de la viande détruit-elle le virus?

Rien n’indique que la congélation de la viande détruirait le virus. Toutefois, celui-ci est sensible à la chaleur et, comme tous les autres virus, la cuisson à haute température permet de le neutraliser.

Puis-je contracter la COVID-19 en manipulant ou en mangeant des aliments ou de la viande de gibier?

Rien n’indique que la nourriture pourrait être une source ou une voie probable de transmission du virus. Cela vaut également pour la viande d’élevage et de gibier du Yukon. Cependant, il est toujours préférable de respecter les bonnes pratiques de salubrité alimentaire. Nous vous recommandons de respecter en tout temps les pratiques d’hygiène relatives à la manipulation et à la préparation des aliments.

Évitez de contaminer les aliments crus et abstenez-vous de consommer des produits crus ou pas assez cuits.

En fait, le seul moyen de propager le virus par les aliments et la viande serait de les contaminer, si l’on est infecté, pendant leur manipulation ou la préparation du repas.

Liste de contrôle de la salubrité alimentaire à la maison (en anglais)

La salubrité alimentaire pour les personnes âgées

Les pratiques de manipulation sécuritaire des aliments à la maison

Puis-je importer des animaux provenant d’autres pays?

L’Agence de la santé publique du Canada recommande de restreindre ou de reporter l’importation d’animaux provenant de régions touchées par la pandémie. Cette recommandation s’adresse aussi bien aux importateurs qu’aux organismes de protection et aux familles adoptives. Si des animaux sont importés des régions touchées, il convient de prendre les mesures suivantes :

  • surveiller étroitement les animaux afin de détecter les signes de maladie;
  • communiquer avec un vétérinaire si les animaux tombent malades; appeler le vétérinaire au préalable pour s’assurer qu’il est au courant des circonstances.

Tous les animaux entrant au Canada doivent satisfaire aux exigences d’importation fixées par l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Cependant, à l’heure actuelle, aucune mesure n’interdit expressément l’importation d’animaux au Canada en raison de la pandémie.

Les cliniques vétérinaires sont-elles ouvertes?

Les cliniques vétérinaires sont ouvertes, mais prennent des mesures pour faciliter le respect de la distance physique. Parmi ces mesures, mentionnons les suivantes :

  • réduction des heures d’ouverture;
  • nombre limité de clients présents en même temps dans la clinique;
  • report des rendez-vous non urgents.

Téléphonez à votre clinique vétérinaire avant de vous y rendre. Informez-vous sur les restrictions mises en place pour réduire la propagation de la maladie et n’oubliez pas que ces nouvelles mesures ont pour objet de protéger la santé des employés pour qu’ils puissent continuer à servir patients et clients.

Puis-je laisser mon chien interagir avec d’autres chiens ou des gens?

À l’heure actuelle, rien n’indique que les animaux de compagnie peuvent transmettre la COVID-19 aux êtres humains ou transmettre le virus à d’autres animaux. Il semble toutefois que la COVID-19 puisse être transmise aux animaux par leurs maîtres.

Il pourrait y avoir un faible risque que le virus circule d’un animal à un autre. Ce transfert pourrait par exemple se produire lorsqu’un chien qui transporte le virus sur sa fourrure ou dans ses voies nasales joue avec un autre chien.

Même si l’on considère que ce risque est très faible, il serait plus prudent d’appliquer les règles de distance physique à vos animaux de compagnie. Mieux vaut faire excès de prudence en ne laissant pas vos animaux interagir avec d’autres animaux ou des personnes pour le moment.

En savoir plus sur les animaux et la COVID-19

Organisation mondiale de la Santé

Association canadienne des médecins vétérinaires

Centres for Disease Control and Prevention (en anglais)

Agence de la santé publique du Canada

 

Centres de santé et hôpitaux

Quelles mesures les centres de santé prennent-ils pour protéger la population? Sont-ils toujours ouverts?

Tous les centres de santé sont ouverts.

Nous vous demandons de respecter les instructions affichées à l’extérieur ou sur la porte de votre centre. Si possible, téléphonez d’abord pour prendre un rendez-vous. Au moment de l’appel ou de la visite au centre de santé, vous devrez répondre à des questions de contrôle. Si vous présentez des symptômes, vous devrez enfiler un masque. On vous demandera ensuite de passer dans la salle d’attente ou, si la salle est comble, d’attendre dans votre voiture le temps qu’une infirmière se libère.

J’ai un rendez-vous médical sans rapport avec la COVID‑19. Tient-il toujours?

Pour le moment, nous avons décidé de reporter certains rendez-vous non urgents. Pour une consultation sans rendez-vous, téléphonez à la clinique, si possible, avant de vous y présenter. Sachez qu’une seule personne sera autorisée à vous accompagner.

Puis-je rendre visite à une personne hospitalisée?

À quelques rares exceptions près, les visites sont interdites dans les trois hôpitaux du territoire. En ce qui concerne les patients de la maternité, les enfants malades, les patients en fin de vie et les situations d’urgence, une limite de deux personnes sera strictement appliquée. Les aidants d’une personne handicapée et les décideurs substituts ont également droit de visite.

Des mesures de contrôle sont en place dans chacun des hôpitaux. Les visiteurs doivent indiquer la raison de leur visite, décrire leurs symptômes et donner des détails sur leurs récents déplacements.

Où puis-je trouver les coordonnées de mon centre de santé?

Cliquez ici pour trouver les coordonnées de tous les centres de santé et hôpitaux du Yukon.

Période d’exemption d’examen médical du conducteur

Prolongation de la période d’exigibilité du certificat d’examen médical des conducteurs commerciaux et des conducteurs de 70 ans et plus

En vertu de la Loi sur les mesures civiles d’urgence, nous avons pris un arrêté ministériel autorisant la prolongation du délai de présentation du certificat. Par ailleurs, les conducteurs qui ne peuvent présenter leur certificat médical pendant la pandémie ne seront pas pénalisés.

Pour savoir si cette mesure vous touche, vérifiez l’une des sources d’information suivantes :

  • communiqué annonçant l’arrêté et ses répercussions;
  • médias sociaux et site Yukon.ca;
  • avis aux conducteurs commerciaux par l’intermédiaire de la Yukon Transportation Association.

Nouvelle date limite

27 septembre 2020

Les conducteurs touchés ont jusqu’à cette date pour se conformer à la loi et présenter leur certificat d’examen médical.

Le 18 mars, l’Ordre des médecins du Yukon a avisé le Bureau des véhicules automobiles que les cabinets de médecin suspendaient jusqu’à nouvel ordre la tenue des examens médicaux des conducteurs. L’application de cet arrêté ministériel est rétroactive à partir de cette date. Cette décision touche toutes les classes de permis (conducteurs commerciaux et conducteurs âgés de 70 ans et plus).

Répercussions sur les conducteurs commerciaux

Sur une période de six mois, soit d’avril à septembre, 835 conducteurs commerciaux seront touchés.

Répercussions sur les conducteurs âgés de 70 ans et plus

Sur une période de six mois, soit d’avril à septembre, 247 personnes âgées de 70 ans et plus seront touchées.

Levée exceptionnelle de la suspension du permis

Les permis qui ont été suspendus après le 18 mars 2020, mais avant le 27 mars (date à laquelle l’état d’urgence a été décrété), pour la seule raison que le conducteur n’a pas pu présenter son certificat d’examen médical seront automatiquement rétablis.

Maintien de la suspension du permis

La suspension du permis est maintenue dans les circonstances suivantes :

  • votre permis n’était pas en règle;
  • votre permis a été suspendu avant le début de la période d’exemption.

Permis échu

Si votre permis arrive à échéance, vous devez le renouveler. Nos bureaux suivent les recommandations du médecin hygiéniste en chef du Yukon en matière de distance physique. Aussi, nous vous demandons de ne pas renouveler votre permis en personne.

Utilisez plutôt l’un des moyens suivants :

  • par téléphone;
  • par courriel;
  • par télécopieur.

Si vous deviez normalement présenter un certificat d’examen médical avec votre demande de renouvellement de permis, nous l’exigerons uniquement après que l’état d’urgence sanitaire aura été levé.

Camionneurs et conducteurs appelés à sortir du territoire

Le permis de ces conducteurs demeure valide s’il n’est pas échu. L’arrêté ministériel a pour effet de lever temporairement toutes les exigences médicales. Le défaut de présenter votre certificat d’examen médical n’entraînera pas la suspension automatique de votre permis de conduire. Une fois l’état d’urgence sanitaire levé, vous aurez droit à un délai de grâce pour vous conformer à la loi.

Conducteurs âgés de 70 ans et plus : examen de conduite ou de la vue

Pour faciliter le respect de la distance physique, les examens de conduite sont suspendus pour le moment. Le traitement des nouvelles demandes de permis nécessitant un examen routier est interrompu. Toutefois, le Bureau des véhicules automobiles continue d’effectuer des examens de la vue en personne pour les renouvellements de permis.

Activités

Pourquoi faut-il éviter les rassemblements publics?

Les rassemblements, même d’un petit nombre de personnes, augmentent le risque d’exposition à la COVID-19. Les participants peuvent y contracter la maladie puis la transmettre à d’autres personnes dans la collectivité, qui la transmettront à leur tour à des amis et des proches vulnérables, notamment des personnes âgées, des Aînés et des personnes atteintes de problèmes de santé sous-jacents.

Nous comprenons votre déception à l’idée de devoir reporter vos activités et vos plans de voyage, mais notre priorité à tous doit être de ralentir la propagation de la maladie, de garder la chaîne de transmission sous contrôle et de protéger nos proches et les membres de la société les plus vulnérables.

Puis-je participer sans danger à des rassemblements culturels (ex. les huttes de sudation, les potlatchs, les cérémonies)?

Nous sommes conscients de l’importance des rassemblements culturels dans nos collectivités ainsi que des mauvais souvenirs et des traumatismes qu’a laissés l’interdiction des activités culturelles pratiquée par le passé. 

À l’heure actuelle, le médecin hygiéniste en chef du Yukon interdit tout rassemblement de plus de 10 personnes afin de protéger la santé de la population en général, mais surtout celle des Aînés, des personnes âgées et des personnes atteintes d’une maladie chronique. Même les rassemblements de moins de 10 personnes méritent que l’on jauge le risque, en particulier s’ils exigent de se déplacer et de partager des espaces de vie. Il est fortement conseillé de penser à des solutions de rechange possibles dans les collectivités, par exemple organiser de petits rassemblements maintenant et remettre les grands rassemblements. Si vous organisez un petit rassemblement, songez à apporter des boîtes à lunch au lieu de partager un repas, veillez à ce que les participants aient la possibilité de se laver ou de se désinfecter les mains et n’oubliez pas de respecter la distance physique.  

Nous ignorons quels sont les risques de transmission de la COVID-19 dans les huttes de sudation. Nous prions donc les participants de faire preuve de précautions.

Devrais-je annuler mes activités à l’intérieur du Yukon?

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon conseille à la population d’éviter tout déplacement inutile en raison du risque accru de propager ainsi la COVID-19. Les rassemblements publics de plus de 10 personnes sont maintenant interdits. Abstenez-vous de participer à un rassemblement, même de moins de 10 personnes, dans les circonstances suivantes :

  • vous présentez des symptômes grippaux;
  • vous avez un problème de santé sous-jacent.

Quelles sont les recommandations en cas de décès lié à la COVID-19? Peut-on veiller le corps et assister aux funérailles sans danger?

Nous ignorons actuellement si le fait de se trouver dans la même pièce qu’une personne décédée de la COVID-19 présente un risque.

La COVID-19 étant une nouvelle maladie, nous en sommes encore à étudier son mode de transmission. On croit que le virus responsable de la COVID-19 se transmet principalement par contact étroit (ex. environ 2 mètres, ou 6 pieds) avec une personne infectée. Comme le rhume et la grippe, elle se transmet surtout par l’intermédiaire des gouttelettes produites lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. Or, ce mode de transmission ne pose pas problème après le décès.

Soutien en matière de logement

Le gouvernement du Yukon, soucieux d’appuyer les Yukonnais et les Yukonnaises et de ralentir la progression de la COVID-19, a adopté un règlement d’une durée limitée afférent à la Loi sur les rapports entre locateurs et locataires en matière résidentielle

Cliquez ici pour consulter le Règlement sur les rapports entre locateurs et locataires en matière résidentielle (COVID-19) établi en vertu de la Loi sur les rapports entre locateurs et locataires en matière résidentielle.

Que peut faire un locataire qui se trouve dans l’incapacité d’acquitter son loyer à cause d’une perte d’emploi ou d’une diminution de ses heures de travail attribuable à la COVID‑19?

Un locataire qui n’est pas en mesure d’acquitter son loyer à l’échéance parce qu’il a perdu son emploi ou subi une diminution de ses revenus en raison de la COVID-19 doit immédiatement fournir à son locateur :

  • les motifs pour lesquels il est dans l’incapacité de payer le loyer;
  • une preuve qu’il ne peut acquitter son loyer (relevé d’emploi ou courriel de l’employeur confirmant la perte d’emploi ou la diminution des heures de travail);
  • la date à laquelle le loyer est payable et le montant du loyer payable;
  • les mesures qu’il prend pour avoir accès à d’autres sources de revenus;
  • la date à laquelle il prévoit être en mesure d’acquitter le loyer;
  • toute modification des renseignements ci-dessus.

Dans le Règlement, il est question de « mesure de protection de la santé ». De quoi s’agit-il?

Une « mesure de protection de la santé » s’entend de ce qui suit à l’égard d’un locataire ou d’un membre de son ménage, en lien avec la COVID-19 :

  • l’auto-isolement du particulier;
  • une restriction à la libre circulation, à l’extérieur du logement, du particulier ou d’une catégorie de particuliers, qui est imposée à son égard par un agent de la santé en vertu de la Loi sur Ia santé et Ia sécurité publiques;
  • une restriction à la libre circulation du particulier, qui est recommandée à son égard par le médecin hygiéniste en chef ou l’administrateur en chef de la santé publique, ou sous l’autorité de l’un ou de l’autre (cette définition exclut le respect de la distance physique);
  • l’hospitalisation du particulier.

Que se passe-t-il si un locataire ou un membre de son ménage contracte la COVID-19?

Si un locataire ou un membre de son ménage devient l’objet d’une mesure de protection de la santé, le locataire doit immédiatement donner avis au locateur :

  • que le particulier (lui ou le membre de son ménage) fait l’objet d’une mesure de protection de la santé;
  • de la date à laquelle la mesure de protection de la santé sera levée, si elle est connue;
  • toute modification des renseignements ci-dessus.

Le locateur peut-il exiger une preuve?

Le locateur peut exiger que le locataire fournisse une preuve raisonnable.

Il ne peut toutefois exiger un certificat délivré par un médecin ou une infirmière praticienne. Il n’est pas question de surcharger le système de santé dans la situation actuelle.

Si le locateur estime que la preuve fournie n’est pas convaincante, il peut demander au Bureau de la location résidentielle de déterminer si une clause du Règlement est applicable dans les circonstances.

Un locataire donne avis à son locateur qu’il ne peut acquitter son loyer en raison d’une perte d’emploi ou d’une diminution de ses revenus attribuable à la COVID-19. Quelles sont les conséquences pour le locateur? 

Il est interdit au locateur de remettre au locataire un avis mettant fin à la location pour défaut ou retard de paiement du loyer ou de demander une ordonnance de mise en possession tant que le Règlement est en vigueur.

Le paiement du loyer est reporté jusqu’à la date d’abrogation du Règlement ou, si elle est antérieure, à la date à laquelle le locataire est en mesure d’acquitter le loyer.

Le locateur peut-il entrer dans un logement faisant l’objet d’une mesure de protection de la santé?

Si le locateur a reçu avis que le locataire ou un membre de son ménage fait l’objet d’une mesure de protection de la santé, il lui est interdit de pénétrer dans l’unité locative, sauf dans l’un ou l’autre des cas suivants :

  • le locateur a obtenu une ordonnance du Bureau de la location résidentielle;
  • le locataire semble avoir abandonné l’unité locative;
  • il y a urgence et il est nécessaire d’entrer dans l’unité locative à des fins de protection de la vie ou de la propriété.

Quelles sont les obligations du locataire ayant donné avis à son locateur qu’il ne peut payer son loyer en raison d’une perte d’emploi ou d’une diminution de ses revenus attribuable à la COVID-19?

Le locataire doit acquitter le loyer reporté à la date d’abrogation du Règlement ou, si elle est antérieure, à la date où il est en mesure d’acquitter le loyer. 

Le locataire peut mettre fin à la location à condition de donner au locateur un préavis de 30 jours.

Comment les demandes de résolution de litige seront-elles traitées?

Si le locataire a donné avis au locateur que lui-même ou un membre de son ménage fait l’objet d’une mesure de protection de la santé, les délais relatifs aux demandes de résolution de litige ou à toute autre procédure ne courent pas avant le quatrième jour suivant la levée de la mesure de protection de la santé.

Si le locataire a donné avis au locateur qu’il ne peut acquitter son loyer en raison d’une perte d’emploi ou d’une réduction de ses revenus attribuable à la COVID-19, les délais relatifs aux demandes de résolution de litige ou à toute autre procédure ne courent pas avant le jour suivant l’abrogation du Règlement.

Quelles sont les modalités de remise et de signification des documents?

Si l’une des parties connaît l’adresse de courriel de l’autre, elle peut lui signifier des documents à cette adresse et lui en remettre une copie par Postes Canada.

Les documents seront réputés reçus cinq jours après leur envoi par la poste ou, si elle est antérieure, la date où le destinataire en a accusé réception.

Que se passe-t-il si le locateur estime que le Règlement ne devrait pas s’appliquer dans les circonstances?

Le locateur peut faire une demande d’exemption auprès du Bureau de la location résidentielle.

Pendant combien de temps le Règlement sera-t-il en vigueur?

Le Règlement sera en vigueur du 27 mars 2020 au 23 juin 2020. Il pourra être prorogé si les circonstances l’exigent.

Où puis-je trouver plus de plus amples renseignements?

Communiquez avec le Bureau de la location résidentielle.

Courrier électronique : rto@gov.yk.ca

Téléphone : 867-667-5944, ou sans frais au Yukon : 1-800-661-0408, poste 5944

Comment la COVID‑19 se transmet-elle?

La COVID-19 étant une nouvelle maladie, nous en sommes encore à étudier son mode de transmission.

On croit toutefois que le virus se transmet principalement de personne à personne :

  • par dispersion de liquides corporels, lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue;
  • par contact étroit (distance de moins de 2 mètres ou 6 pieds).

Qu’est-ce que la transmission communautaire?

On parle de transmission communautaire quand il est impossible de savoir de quelle façon une personne a été infectée (ex. elle n’a pas voyagé récemment et n’a pas été en contact avec un cas confirmé). 

Existe-t-il un vaccin pour la COVID-19?

  • Il n’existe actuellement aucun vaccin.
  • Il faut parfois des années avant d’arriver à développer un nouveau vaccin et à le produire en quantité suffisante pour tous ceux qui en ont besoin.
  • Si vous avez reçu un vaccin antigrippal, celui-ci ne vous protège pas contre les coronavirus.
  • Par ailleurs, aucun produit de santé naturel n’a démontré son efficacité pour protéger contre la COVID-19 ou la traiter.
Programme de congé payé

Remboursement de 10 jours de congés de maladie payés pour les employeurs et les travailleurs autonomes

Rembourse les employeurs qui versent un salaire à leurs employés pour :

  • prendre des jours de congé de maladie;
  • s’auto-isoler.

Le programme sera en vigueur du 11 mars au 11 septembre 2020.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le remboursement de congés de maladie payés pour les employeurs, les travailleurs et les travailleurs autonomes.

 

Protection personnelle

Que puis-je faire pour éviter de transmettre des maladies respiratoires comme la COVID-19?

  • Lavez-vous les mains souvent à l’eau et au savon pendant au moins 20 secondes. Téléchargez l’une de nos affiches sur le lavage des mains.
  • Si vous n’avez pas accès à l’eau et au savon, utilisez un désinfectant pour les mains contenant au moins 60 % d’alcool.
  • Évitez de vous toucher les yeux, le nez ou la bouche sans vous être d’abord lavé les mains.
  • Évitez tout contact étroit avec des personnes malades.
  • Nettoyez et désinfectez les objets et les surfaces qui sont fréquemment touchées.
  • Couvrez-vous la bouche et le nez avec un mouchoir avant de tousser ou d’éternuer puis jetez-le immédiatement à la poubelle.
  • Si vous n’avez pas de mouchoir à portée de main, toussez ou éternuez dans votre coude.
  • Si vous êtes malade, restez chez vous.

Que puis-je faire pour réduire le risque de complications liées à la COVID-19?

Pour réduire le risque de complications en cas d’infection, prenez soin de votre santé dès maintenant (cessez de fumer ou de vapoter, veillez à ce que toute maladie chronique, comme le diabète, soit correctement prise en charge, faites-vous vacciner contre la grippe saisonnière, etc.).

Devrais-je porter un masque?

Les stocks de masques médicaux doivent être remis en priorité aux travailleurs de la santé, qui en ont besoin pour les interventions médicales et les soins aux personnes infectées.

Les masques en tissu que l’on fabrique soi-même n’ont pas fait leurs preuves pour ce qui est de protéger leur porteur. Ils peuvent toutefois réduire le risque de contamination par projection de gouttelettes sur les surfaces ou sur d’autres personnes et donc, contribuer au sentiment de sécurité.

Attention : quiconque décide de porter un masque artisanal devra néanmoins respecter chacune des mesures visant à réduire la propagation de la COVID-19, y compris se laver souvent les mains, prêter une attention particulière à l’hygiène et garder ses distances.

Port d’un masque dans un établissement de soins de santé

Si vous présentez des symptômes d’infection respiratoire, vous pourriez avoir à porter un masque par mesure de précaution, pour éviter d’infecter les autres personnes présentes dans les lieux suivants :

  • un cabinet de médecin;
  • un centre de santé;
  • un centre de soins prolongés;
  • un hôpital.

Les fournisseurs de soins de santé sont en contact avec un grand nombre de patients chaque jour. Aussi portent-ils un masque pour se protéger et protéger les autres. 

Distance physique et isolement volontaire

Respecter la distance physique, c’est modifier ses habitudes quotidiennes afin de réduire au minimum les contacts étroits avec d’autres personnes, par exemple :

  • éviter les rassemblements non essentiels;
  • éviter les salutations d’usage, comme les poignées de main et les accolades;
  • éviter les endroits très fréquentés comme les concerts, arénas, conférences et festivals;
  • limiter les contacts avec les personnes présentant un risque plus élevé comme les personnes âgées et les personnes en mauvaise santé;
  • maintenir une distance d’au moins deux (2) mètres avec les autres;
  • remplacer les salutations d’usage par des salutations sans danger, c’est-à-dire sans contact.

Pourquoi faut-il respecter une distance physique?

Lorsque nous toussons ou éternuons, nous expulsons par notre nez ou notre bouche des gouttelettes susceptibles de contenir le virus. Si vous êtes trop près d’une personne ayant la COVID-19, vous pourriez alors être contaminé. Pour éviter de transmettre la maladie, nous devons éviter tout contact physique lorsque nous saluons nos amis, notre famille ou des membres de notre collectivité.

Durant une épidémie, la distance physique est l’un des moyens les plus efficaces de réduire la propagation de la maladie. Nous devons donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour limiter nos risques d’exposition en attendant que la situation se stabilise.

Qu’est-ce que l’auto-isolement, ou isolement volontaire?

Pratiquer l’isolement volontaire, c’est rester à la maison, ne pas aller au travail ou à l’école. C’est aussi surveiller l’apparition de symptômes dans son corps pendant 14 jours.

Si des symptômes, même légers, se manifestent, restez chez vous, évitez tout contact personnel et composez le 811 dès que possible.

Qui doit s’isoler?

Les personnes de retour au Yukon sont obligées de s’isoler pendant une période de 14 jours suivant leur retour. Cela veut dire que vous devez regagner votre résidence dès votre arrivée et y rester pendant 14 jours. Ne faites aucun arrêt sur le chemin du retour. Demandez à des amis ou des membres de la famille de passer à l’épicerie et à la pharmacie pour vous et de laisser les emplettes à votre porte.

Si vous n’avez aucun endroit convenable pour vous isoler, écrivez à covid19info@gov.yk.ca pour obtenir de l’information et des conseils. Si des symptômes se manifestent au cours de cette période de 14 jours, composez le 811.

De quoi aurai-je besoin pendant ma période d’isolement?

L’Agence de la santé publique du Canada a publié des ressources sur les mesures communautaires visant à réduire la propagation de la COVID-19. Vous trouverez notamment parmi ces ressources une liste de fournitures à prévoir en cas d’isolement à domicile.

Nous sommes conscients que certains de ces produits, par exemple les masques, les gants, le Tylenol, les thermomètres et le désinfectant pour les mains, pourraient être introuvables dans votre collectivité. Nous cherchons activement des solutions à ce problème. Pour nous aider en ce sens, nous demandons à toute la population de n’acheter que le nécessaire.

Je suis infecté et j’habite avec d’autres personnes. Comment faire pour m’isoler?

  • Restez dans une pièce bien ventilée, à l’écart des autres, de jour comme de nuit.
  • Si possible, utilisez une salle de bain distincte.
  • Portez un masque si vous vous trouvez dans la même pièce qu’une autre personne.
  • Évitez tout contact personnel.
  • Ne partagez pas vos serviettes et débarbouillettes.
  • Demandez à des amis ou de la famille de déposer la nourriture à la porte de votre chambre ou votre résidence.
  • Si vous habitez avec un Aîné, une personne âgée ou une personne atteinte d’une maladie chronique, il est préférable que celle-ci aille vivre chez un membre de la famille ou un ami.

Que se passera-t-il si un membre de ma collectivité est infecté? 

Toute personne infectée doit s’auto-isoler. Les personnes qui ont été en contact étroit avec une personne infectée (c.-à-d. qui vivent avec elle) doivent également se placer en isolement volontaire pendant 14 jours.

Que faire si un membre de mon ménage est infecté, mais que personne d’autre n’a de symptômes?

Tous les occupants de la résidence doivent s’isoler afin de prévenir la propagation de la maladie à l’extérieur de votre ménage.

Idéalement, les personnes en isolement ne doivent avoir aucun contact avec qui que ce soit. Si vous cherchez un endroit favorable à l’auto-isolement dans votre collectivité, vous pouvez obtenir des conseils à l’adresse covid19info@gov.yk.ca.

Que faire si l’un de mes proches attrape la COVID-19?

La plupart des personnes infectées par la COVID-19 arrivent à se rétablir par elles-mêmes à la maison.

  • Si vous êtes malade, restez chez vous, sauf pour obtenir des soins médicaux.
  • Dans la mesure du possible, réservez une pièce et une salle de bain distinctes pour les personnes malades.
  • Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec du désinfectant contenant au moins 60 % d’alcool.
  • Évitez tout contact inutile avec la personne malade et maintenez une distance de deux mètres entre elle et vous.
  • Nettoyez régulièrement les poignées de porte et les surfaces fréquemment touchées.
  • Évitez de partager des articles personnels comme les ustensiles, la nourriture et les boissons.

Comment pouvons-nous aider nos concitoyens à se préparer pour l’auto-isolement?

Pour s’entraider en ces temps difficiles, les citoyens peuvent, par exemple :

  • mettre en place un système de livraison à domicile pour apporter le nécessaire à ceux qui en ont besoin, comme de la nourriture;
  • aider les personnes qui doivent s’auto-isoler et n’ont pas d’endroit propice pour le faire à en trouver un.

Les personnes et les entreprises en difficulté ont-elles accès à de l’aide?

Le gouvernement fédéral offre un soutien financier aux Canadiens aux prises avec des difficultés financières en raison de l’éclosion de COVID-19. Il offre également de l’aide aux entreprises affectées par la situation. 

Cliquez ici pour trouver de l’information sur l’aide offerte aux particuliers et aux entreprises par le gouvernement du Canada.

Pour l’aide aux entreprises offerte par le gouvernement du Yukon, c’est par ici.

Soutien aux employeurs

Que puis-je faire pour protéger mes employés contre la COVID-19?

Nous vous recommandons de suivre les lignes directrices qui suivent.

Prenez connaissance des lignes directrices sur les services vitaux, essentiels et autres.

Devrais-je fermer mon entreprise ou mes bureaux?  

Jusqu’à nouvel ordre, plusieurs types de services sont frappés d’interdiction en vertu de la Loi sur les mesures civiles d’urgence, notamment :

  • les bars;
  • les services de soins personnels comme les salons de coiffure, de barbier, de tatouage, de manucure et de massothérapie;
  • les services de restauration intérieurs (les commandes pour emporter et les livraisons sont toutefois autorisées);
  • les cliniques dentaires, pour des traitements non urgents.

En savoir plus sur les services interdits.

En savoir plus sur les services essentiels au Yukon pendant la pandémie de COVID-19.

En savoir plus sur les services vitaux au Yukon pendant la pandémie de COVID-19.

Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits. Les participants à de petits rassemblements sont priés de respecter la distance physique, c.-à-d. de maintenir entre eux une distance d’environ 2 mètres (ou 6 pieds). Consulter la liste des mesures législatives.

Voici d’autres lignes directrices importantes.

  • Demandez aux employés qui le peuvent de travailler chez eux. Si possible, cherchez des moyens pour les aider à aménager leur espace de travail.
  • Continuez de faire régner de bonnes pratiques d’hygiène des mains au lieu de travail.
  • Continuez de nettoyer le lieu de travail et de désinfecter souvent les surfaces fréquemment touchées.
  • Demandez aux employés qui reviennent d’un voyage à l’extérieur du territoire de ne pas revenir au travail et de s’isoler pendant 14 jours.

Pour en savoir plus, consultez les lignes directrices relatives à la prise de décisions fondées sur les risques pour les lieux de travail et les entreprises pendant la pandémie de COVID-19. 

Où puis-je trouver plus d’information sur l’aide offerte aux entreprises?

Les petites et moyennes entreprises sont la pierre angulaire de l’économie canadienne. C’est la raison pour laquelle le gouvernement du Canada adopte des mesures strictes pour aider les entreprises canadiennes à faire face à la pandémie de COVID-19 qui les touche, et qui affecte aussi leurs employés et les membres de leur famille.

Les autorités de la santé publique prient instamment la population canadienne de rester à la maison sauf nécessité absolue et de respecter la distance physique et une bonne hygiène. Pour les entreprises, cela peut vouloir dire :

  • d’adopter autant que possible des modalités de télétravail souples;
  • de préparer votre milieu de travail pour éviter la COVID-19;
  • d’assurer la sécurité de vos employés.

Visitez Canada.ca pour en savoir plus sur le soutien offert aux employés et aux entreprises et sur la sécurité en milieu de travail.

En savoir plus sur le soutien offert aux Yukonnais.

Comment peut-on protéger les travailleurs sur les camps de chantier?

Le gouvernement du Yukon a élaboré des directives pour les camps de chantier pendant la pandémie de COVID-19 qu’il a publiées sur Yukon.ca.

  • Veillez à fournir au personnel et aux résidents du camp des renseignements exacts et à jour à propos de la COVID-19.
  • Assurez-vous également que tout le monde est informé des mesures de prévention et de lutte contre l’infection qui sont mises en œuvre pour réduire les risques de transmission de la maladie dans le camp.
  • Informez le personnel et les résidents du camp de la marche à suivre s’ils tombent malades.
  • On recommande que les employés s’abstiennent de travailler lorsqu’ils sont malades. On recommande également que les employeurs continuent de rémunérer les employés placés en isolement à titre de mesure de prévention. Cette rémunération devrait être assurée pendant toute la durée de leur isolement afin que toutes personnes malades signalent leurs symptômes et respectent les protocoles d’isolement, deux facteurs essentiels dans la lutte contre la transmission de la COVID-19.
  • Les employeurs ne devraient pas exiger des travailleurs qu’ils remettent un certificat médical lorsqu’ils sont malades ou lorsqu’on leur demande de s’isoler.

Cliquez ici pour obtenir de l’information sur l’aide aux entreprises offerte par le gouvernement du Yukon.

 

Dépistage de la COVID-19

Devrais-je passer un test de dépistage?

Vous devriez passer un test de dépistage dans l’une ou l’autre des circonstances suivantes :

  • vous avez voyagé à l’extérieur du Yukon;
  • vous avez été en contact étroit avec une personne qui a voyagé à l’extérieur du territoire et qui présentait alors ou présente maintenant des symptômes;
  • vous avez été en contact étroit avec un cas probable ou confirmé de COVID-19 et vous présentez des symptômes (toux, fièvre, frissons, mal de gorge, maux de tête, écoulements nasaux ou congestion nasale, vomissements, diarrhée, fatigue, douleurs musculaires ou difficultés respiratoires).

OU

Vous n’avez pas voyagé à l’extérieur du Yukon, mais vous présentez tout de même des symptômes tels que toux, fièvre, frissons ou difficultés respiratoires.

Dans un cas comme dans l’autre, composez le 811 avant de vous présenter à un centre de dépistage.

Comment faire pour passer un test de dépistage?

À l’extérieur de Whitehorse

Téléphonez à votre centre de santé pour connaître la marche à suivre. Trouver un centre de santé.

À Whitehorse

Composez le 811 ou téléphonez à votre médecin de famille. Si la situation l’exige, on pourrait vous diriger vers le centre d’évaluation respiratoire. Seules les personnes répondant aux critères feront l’objet d’un dépistage de la COVID-19.

Combien de temps faut-il pour recevoir les résultats?

Les résultats sont prêts en deux à cinq jours.

Est-ce que je peux évaluer moi-même mon état?

Si vous pensez avoir la COVID-19, remplissez le questionnaire d’auto-évaluation en ligne.

Déplacements

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon demande à tous ceux qui ont voyagé à l’extérieur du territoire de s’isoler pendant au moins 14 jours. Cela vaut également pour les personnes de retour d’Alaska.

Durant cette période, vous devrez :

  • surveiller l’apparition de symptômes;
  • respecter les pratiques d’hygiène respiratoire.

Si des symptômes font leur apparition au cours de cette période de 14 jours, restez isolés, téléphonez à un fournisseur de soins de santé et expliquez-lui vos symptômes et vos antécédents de voyage. Il vous conseillera sur ce que vous devez faire.

À l’extérieur de Whitehorse

Téléphonez à votre centre de santé pour connaître la marche à suivre.

À Whitehorse

Composez le 811 ou téléphonez à votre médecin de famille. Si la situation l’exige, on pourrait vous diriger vers le centre d’évaluation respiratoire.

Si vos symptômes s’aggravent et que vous avez besoin de soins médicaux d’urgence, composez le 911.

Voyages à l’extérieur du Yukon

Choisir de rester chez vous et de ne pas voyager à l’extérieur du territoire est la meilleure façon de vous protéger, mais aussi de protéger votre famille et votre collectivité contre la propagation de la COVID-19. Vous pouvez contribuer aux efforts collectifs en restant chez vous : vous aiderez ainsi nos travailleurs de la santé à lutter contre cette pandémie mondiale.

C’est donc dire que vous devriez annuler ou reporter vos déplacements prévus.

Nous recommandons aux Yukonnais qui se trouvent à l’étranger de se renseigner sur les vols commerciaux encore offerts pour revenir au pays et de penser à rentrer immédiatement.

Bien qu’il soit déconseillé de le faire, si vous envisagez toujours de voyager à l’étranger, veuillez suivre les recommandations suivantes.

  • Avant d’entreprendre un voyage, lisez les conseils aux voyageurs.
  • Informez-vous sur les risques sanitaires du pays de destination.
  • Sachez quels sont les risques pour votre sécurité à l’étranger.
  • Veillez à ne pas manquer de ressources financières et d’articles de première nécessité, comme des médicaments, au cas où votre voyage serait perturbé.
  • Préparez-vous à l’éventualité que la compagnie aérienne modifie ses horaires de vols.

Si vous voyagez à l’étranger, vous devrez vous soumettre aux mesures d’autres pays. Il est possible que votre voyage soit nettement plus long que prévu. Sachez que l’accès à des soins de qualité pourrait être plus difficile et qu’il est peu probable que votre assurance-voyage vous couvre en période de pandémie.

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon aimerait également vous rappeler l’importance d’éviter tout voyage en croisière en raison de la pandémie.

Comment être sûrs que les membres de notre collectivité qui se rendent à l’étranger ne ramènent pas le virus avec eux?

Dans la mesure du possible, les membres de la population doivent chercher à réduire au minimum les contacts, en particulier avec des groupes de plus de dix personnes, ce qui peut s’avérer difficile durant un voyage. C’est pour cette raison que nous vous demandons de réfléchir pour déterminer si vos déplacements sont vraiment nécessaires.

Le fait de reporter nos rassemblements et nos déplacements favorise la santé individuelle et communautaire et prévient la propagation du virus. Les personnes qui doivent se déplacer devront se montrer particulièrement scrupuleuses quant au respect des mesures préventives (ex. se laver les mains souvent ou utiliser du désinfectant et éviter de se toucher le visage). Les personnes qui décident de voyager à l’extérieur du Yukon devront s’isoler chez eux 14 jours après leur retour.

Une exploitation minière ou une entreprise près de chez moi embauche fréquemment des travailleurs étrangers. Y a-t-il lieu de s’en inquiéter?

Le Bureau du médecin hygiéniste en chef du Yukon et le ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources travaillent en étroite concertation avec les entreprises du secteur minier. Chacune est assujettie à une évaluation du niveau de risque servant à déterminer si les activités peuvent se poursuivent en toute sécurité.

Le gouvernement du Yukon a produit et publié sur Yukon.ca des directives pour les camps de chantier pendant la pandémie de COVID-19.

Devrais-je limiter mes déplacements à l’intérieur du Yukon?

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon conseille à la population d’éviter tout déplacement inutile en raison du risque accru de propager ainsi la COVID-19. Les rassemblements publics de plus de 10 personnes sont maintenant interdits. Abstenez-vous de participer à un rassemblement, même de moins de 10 personnes, dans les circonstances suivantes :

  • vous présentez des symptômes grippaux;
  • vous avez un problème de santé sous-jacent.
Populations vulnérables

Quels sont les risques pour les enfants en bas âge?

Des données récentes semblent indiquer que le risque est faible pour les tout-petits. En effet, s’ils n’y sont pas immunisés, très peu d’enfants de moins de cinq ans présentent des symptômes graves.

Quels sont les risques pour les femmes enceintes?

À l’heure actuelle, nous ignorons si les femmes enceintes sont plus à risque d’attraper la COVID-19 que le reste de la population ou si elles sont plus susceptibles de présenter des symptômes graves.

Cependant, le corps des femmes enceintes subit des changements qui pourraient augmenter leur risque de contracter certaines infections. Les femmes enceintes ont plus de chances de développer des complications graves avec les virus de cette famille, comme la COVID-19 et les autres infections respiratoires. Il est important qu’elles se protègent contre les maladies, et ce, en toutes circonstances.

Quels sont les risques pour les consommateurs de drogues ou de l’alcool?

Pour obtenir plus d’information sur la consommation de drogues ou d’alcool et la COVID-19, consulter le site Web du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (en anglais).

Candidats à l’immigration au Yukon et employeurs

Informations aux candidats à l’immigration

J’ai perdu mon emploi à cause de la COVID-19. Cela nuira-t-il à ma demande de résidence permanente?

Non. Tant que l’état d’urgence est maintenu, un licenciement attribuable à la COVID-19 n’a aucun effet sur votre statut au titre du Programme territorial de candidature à l’immigration ni sur le traitement de votre demande de résidence permanente. Communiquez avec la Section de l’immigration du gouvernement du Yukon.

J’ai été licencié. Ai-je droit à l’assurance-emploi?

Les prestations de l’assurance-emploi sont gérées par le gouvernement du Canada. Pour savoir si vous êtes admissible, téléphonez au numéro sans frais 1-800-206-7218.

J’ai été licencié et mon permis de travail est sur le point d’expirer. Que faire?

Communiquez tout de suite avec nous. Si votre permis de travail ou votre statut au titre du Programme expire pendant l’état d’urgence, nous vous remettrons une lettre à l’appui de la prolongation de votre permis afin que votre statut soit en règle au Canada.

Informations aux employeurs

Effets de la signature d’un accord tripartite sur la convention des 35 à 40 heures par semaine

Pour alléger le fardeau des entreprises pendant la pandémie, nous avons suspendu l’obligation des 35 à 40 heures de travail pour les candidats à l’immigration. Si vous devez réduire les heures de travail de votre personnel, y compris d’un candidat à l’immigration, n’oubliez pas de faire un suivi rigoureux des heures travaillées. Enfin, si vous devez licencier un candidat à l’immigration, ne manquez pas de nous en aviser.

Licenciement de candidats à l’immigration

Les candidats à l’immigration qui perdent leur emploi pendant l’état d’urgence demeurent inscrits au Programme sans pénalité. Lorsque l’état d’urgence sera levé, ils disposeront de 90 jours pour réintégrer leurs fonctions ou trouver un autre employeur.

Traitement des demandes d’embauche de travailleurs étrangers

Nous continuons d’accepter les demandes, pourvu que vous répondiez aux deux critères suivants :

  • vous n’avez licencié aucun citoyen canadien ni résident permanent;
  • vos activités se poursuivent comme d’habitude.

Avant d’évaluer votre demande, nous confirmerons avec vous les deux points suivants :

  • vous continuez de recruter au pays;
  • vous désirez poursuivre les démarches.

En raison des restrictions sur les déplacements en vigueur sur le territoire, les transports terrestres et aériens demeurent ouverts uniquement aux travailleurs essentiels et critiques. Visitez régulièrement notre site Web pour obtenir les renseignements les plus récents à ce sujet. Attention : les travailleurs de l’étranger sont également assujettis aux restrictions sur les voyages du gouvernement du Canada.

Réembauche d’un candidat à l’immigration qui a été licencié

Si vous avez dû licencier un candidat à l’immigration, vous pouvez le réembaucher. Il n’est pas nécessaire de présenter une nouvelle demande.

Mise en suspens d’une demande

Si vous préférez attendre de voir les répercussions qu’aura l’état d’urgence sur vos activités avant de faire venir un candidat, nous pouvons mettre votre demande en suspens. Pour ce faire, vous n’avez qu’à communiquer avec nous par téléphone ou courriel dès que possible.

Obligations de l’employeur à l’arrivée du candidat à l’immigration

Quiconque entre au Canada est tenu de s’isoler à son arrivée. L’employeur ne peut en aucun cas empêcher un travailleur de respecter ces exigences.

Pendant la période d’auto-isolement, l’employeur doit respecter les règles suivantes :

  • il doit verser au travailleur son salaire et ses avantages habituels;
  • il ne peut effectuer aucune déduction à la source en lien avec les mesures d’auto-isolement;
  • il doit fournir au travailleur un logement conforme à tous les critères d’auto-isolement ou trouver une solution de rechange s’il ne peut y satisfaire (louer une chambre d’hôtel, par exemple);
  • il doit s’informer de l’état de santé du travailleur tous les jours, par téléphone ou par courriel, et déclarer tout symptôme aux autorités concernées.

En outre, l’employeur ne peut exiger que le travailleur effectue la moindre tâche durant la période d’auto-isolement.

Si le candidat à l’immigration présente des symptômes à son arrivée au Canada, il doit s’isoler dans sa ville d’arrivée. S’il ne présente aucun symptôme, il peut se rendre à sa destination finale pour s’y isoler.

Informations aux ressortissants étrangers

Demande au titre du Programme territorial de candidature à l’immigration : perte ou absence d’emploi

Pour être admissible au Programme, il vous faut une offre d’emploi d’un employeur. Celui-ci présentera alors une demande au Programme pour vous embaucher.

Permis d’études et heures de travail permises

Les restrictions d’emploi sont fixées par le gouvernement du Canada. Vous trouverez ci-dessous des ressources utiles à ce sujet.

En savoir plus

Les répercussions de la maladie du coronavirus (COVID-19) sur l’immigration, les réfugiés, la citoyenneté et les services de passeport

Foire aux questions : Changements au Programme des travailleurs étrangers temporaires concernant la COVID-19

Pour toute question sur des questions d’immigration, écrivez à l’adresse yukon.nominee@gov.yk.ca ou composez le 867-667-5131 (sans frais au Yukon : 1-800-661-0407, poste 5131).

Autres questions

Devrais-je faire des réserves de papier hygiénique?

Veillez à avoir à la maison tous les produits essentiels dont vous pourriez avoir besoin si vous devez vous isoler pendant 14 jours. Il est inutile de stocker de grandes quantités de papier hygiénique ou d’accumuler plus que le nécessaire pour la période d’auto-isolement. Au contraire, ce comportement risque de créer des problèmes d’approvisionnement pour tout le monde.

Combien de temps le virus survit-il sur les surfaces?

D’après les données les plus récentes, le virus peut subsister sous forme d’aérosol (de « brume » dans l’air) pendant des heures et survivre sur les surfaces jusqu’à quelques jours. Il est possible qu’une personne puisse contracter la COVID-19 en touchant une surface ou un objet contaminé puis en se touchant la bouche, le nez ou peut-être même les yeux. Cependant, on ne considère pas qu’il s’agit de la principale voie de transmission du virus.

Peut-il survivre sur les vêtements?

Le virus peut survivre sur les surfaces poreuses comme la peau et les vêtements ainsi que sur d’autres matériaux et surfaces pendant des heures, voire des jours, selon le type de surface. Nous vous recommandons de simplement laver vos vêtements comme d’habitude.

L’utilisation d’un humidificateur est-elle bénéfique ou nuisible?

Nous vous invitons à poser cette question à une infirmière de votre centre de santé, car les bienfaits de l’utilisation d’un humidificateur dépendent de votre état de santé général.

L’eau de Javel est-elle une solution de rechange efficace et sans danger aux lingettes désinfectantes? Si oui, quelles proportions d’eau de Javel et d’eau faut-il utiliser?

Vous trouverez ici des renseignements sur la désinfection de votre maison et la désinfection de votre lieu de travail.

Pour éliminer autant que possible les bactéries et les virus pathogènes, vous devez non seulement nettoyer les surfaces, mais aussi les désinfecter. L’eau de Javel est un désinfectant efficace. Le ratio recommandé est de 1 part d’eau de Javel pour 100 parts d’eau (c.-à-d. 10 mL d’eau de Javel dans 1 L d’eau). Les solutions contenant au moins 70 % d’alcool, les produits nettoyants domestiques et les désinfectants sont également efficaces contre les coronavirus.

Nous avons besoin d’affiches et de matériel de sensibilisation pour prévenir la propagation de la COVID-19. Le gouvernement du Yukon peut-il nous aider?

Télécharger des affiches et des documents d’information

Plusieurs personnes sont en arrêt de travail parce que l’entreprise qui les emploie est fermée ou parce qu’elles doivent prendre soin de leurs enfants. Ont-elles accès à de l’aide financière?

Consultez le site Web du gouvernement du Canada pour obtenir les renseignements les plus récents sur l’accès au financement fédéral.

 

Qu’est-ce que le coronavirus (COVID-19)?

  • Les coronavirus constituent une grande famille de virus. Certains provoquent des maladies chez les humains et d’autres chez les animaux.
  • Les coronavirus humains sont courants et se traduisent généralement par de légers malaises, semblables à ceux du rhume.
  • Dans de rares cas, les coronavirus infectant les animaux peuvent infecter des personnes. Plus rarement encore, ils peuvent se transmettre par contact étroit de personne à personne. Pour en savoir plus, visitez le site des services de santé publique.
  • La COVID-19 est une nouvelle maladie qui n’avait encore jamais été détectée chez l’homme.
  • L’Organisation mondiale de la Santé (l’OMS) a déclaré l’état de pandémie de COVID-19.
  • Le Yukon a déclaré l’état d’urgence sanitaire le 18 mars 2020 en raison de la COVID-19.

Où puis-je trouver des renseignements fiables au sujet de la COVID-19?

Quels sont les symptômes de la COVID-19?

Les symptômes de la COVID-19 ressemblent à ceux d’autres maladies respiratoires comme la grippe et le simple rhume. Cliquez ici pour consulter la liste des symptômes.

Combien de temps faut-il aux symptômes pour apparaître?

Ce délai varie d’une personne à l’autre, mais les symptômes peuvent prendre jusqu’à 14 jours pour se manifester après l’exposition initiale.

Si vous pensez avoir la COVID-19, remplissez le questionnaire d’auto-évaluation en ligne.

Qui sont les personnes les plus à risque?

Les personnes les plus à risque sont les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies ou d’affections respiratoires chroniques.
Les femmes enceintes sont également plus susceptibles de présenter des complications.

Le 18 mars, le médecin hygiéniste en chef du Yukon a déclaré l’état d’urgence sanitaire.

Qu’est-ce que l’état d’urgence sanitaire?

L’état d’urgence sanitaire donne au médecin hygiéniste en chef du Yukon le pouvoir d’agir plus rapidement face à cette situation qui évolue rapidement et d’assurer la santé et la sécurité des Yukonnais et Yukonnaises. L’état d’urgence sanitaire est maintenu jusqu’à nouvel ordre.

Quels services sont fermés? 

Voici la liste des lieux publics qui sont actuellement fermés.

  • Toutes les installations récréatives intérieures sont fermées jusqu’à nouvel ordre, y compris le Centre des Jeux du Canada, les patinoires et les centres récréatifs de l’ensemble du Yukon.
  • Les bibliothèques sont fermées jusqu’à nouvel ordre.
  • À quelques exceptions près, les visites sont interdites dans les trois hôpitaux du Yukon. En ce qui concerne les patients de la maternité, les enfants malades, les patients en fin de vie et les situations d’urgence, une limite de deux personnes sera strictement appliquée. Les aidants d’une personne handicapée et les décideurs substituts ont également droit de visite. Des mesures de contrôle sont en place dans chacun des hôpitaux. Les visiteurs doivent indiquer la raison de leur visite, décrire leurs symptômes et donner des détails sur leurs récents déplacements.

Les parcs et des campings territoriaux sont-ils fermés?

Les parcs et campings territoriaux sont fermés jusqu’en juin. Cliquez ici pour connaître les utilisations autorisées et les utilisations interdites de ces espaces.

Les écoles sont-elles fermées?

Oui. Les 30 écoles publiques du Yukon ont reçu l’ordre de fermer leurs portes jusqu’à la fin de l’année scolaire 2019-2020. Cette mesure de contrôle et de protection a pour objectif de prévenir la propagation de la COVID-19. Tous les programmes de formation continue sont également visés par celle-ci. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec le ministère de l’Éducation. Vous pouvez par ailleurs suivre l’évolution de la situation sur le site Yukon.ca.

Informations à l’intention des élèves des écoles publiques et de leur famille

Nous avons décidé de fermer les écoles en toute connaissance de cause, dans le but d’assurer une distance physique entre les élèves. La distance physique est l’un des moyens les plus efficaces de réduire la propagation d’une épidémie. Or, il faut pour cela maintenir une distance d’environ 2 mètres (ou 6 pieds) avec qui que ce soit.

Par ailleurs, compte tenu de la grande quantité de surfaces fréquemment touchées et de matériel partagé dans les écoles, il est impossible pour le personnel d’y maintenir un environnement sain en tout temps.

Nous sommes conscients que cette décision a de profondes répercussions sur les familles, les élèves et la société en général, mais cette précaution s’impose pour protéger la population du Yukon.

Cette situation peut être source d’anxiété. Si vous avez besoin de parler à quelqu’un, les Services pour le mieux-être mental et la lutte contre l’alcoolisme et la toxicomanie sont là pour vous écouter (867-456-3838 ou 1-866-456-3838). Jeunesse, J’écoute est aussi là pour les jeunes (1-800-668-6868). N’hésitez pas à avoir recours à ces ressources. Nous vivons une période stressante, mais le fait d’en parler peut nous aider à mieux la vivre.

Les services de garde sont-ils fermés?

Pour le moment, les services de garde et les garderies n’ont pas reçu l’ordre de fermer leurs portes.

Ils ont été désignés comme étant des services essentiels et doivent être maintenus aussi longtemps que possible. En effet, ils offrent du soutien social aux enfants et aux familles vulnérables en particulier, mais aussi aux parents qui assurent eux-mêmes la prestation de services essentiels pour la sécurité des Yukonnais. Les exploitants des services de garde ont reçu des consignes pour le respect de la distance physique en milieu de garde.

Les animaux peuvent-ils transmettre la COVID-19 aux êtres humains ou à d’autres animaux?

Dans plusieurs pays, un petit nombre de chiens et de chats ont été déclarés positifs à la COVID‑19 ou au virus qui la cause. De plus, on a détecté le virus chez des tigres et des lions de certains zoos, ainsi que chez des visons d’élevage en Europe. Si certains animaux positifs présentaient des symptômes respiratoires, ceux-ci étaient généralement légers et ne mettaient pas leur vie en danger. Tous ces animaux auraient été infectés après avoir été exposés à des personnes infectées (transmission de l’homme à l’animal).

Le SARS-CoV-2 (le virus de la COVID-19) appartient à la même famille que le virus à l’origine de l’éclosion de SRAS de 2003. Les chercheurs étudient des espèces animales connues pour posséder les récepteurs cellulaires des virus de cette famille, comme les chats, les furets et les cochons. En effet, les chats, les hamsters et les furets peuvent être infectés et transmettre le virus à d’autres animaux de la même espèce par contact direct. Les chiens semblent y être moins vulnérables, et aucun cochon, canard ou oie n’a été déclaré positif.

Rien n’indique que les animaux jouent un rôle d’importance dans la propagation de la COVID‑19. On recommande aux personnes atteintes de prendre des précautions pour éviter de transmettre le virus aux animaux de compagnie, en particulier les chats, les hamsters et les furets. Pour le moment, on ne recommande pas d’effectuer un dépistage chez les animaux, mais des tests pourraient être réalisés si la situation le justifie. Les vétérinaires doivent consulter le vétérinaire en chef pour obtenir des consignes sur le dépistage des animaux.

Que faire si j’ai été déclaré positif à la COVID-19 et que j’ai été en contact avec des animaux?

Il est fort probable que le virus puisse survivre sur la fourrure de vos animaux comme sur les autres surfaces. En attendant d’en savoir plus, si vous avez reçu un diagnostic de COVID-19 et si vous avez un animal de compagnie ou d’autres animaux, suivez les recommandations suivantes.

  • Évitez tout contact étroit avec eux (par exemple, ne les laissez pas vous lécher, s’asseoir sur vous ou dormir dans votre lit).
  • Respectez les règles d’hygiène respiratoire, notamment toussez ou éternuez dans un papier-mouchoir ou le creux de votre coude (évitez de tousser ou d’éternuer en direction de vos animaux).
  • Demandez à un autre membre de votre ménage d’en prendre soin.
  • Si personne d’autre ne peut en prendre soin, lavez-vous toujours les mains avant de toucher ou de nourrir vos animaux et après les avoir touchés ou nourris.
  • Limitez les contacts de vos animaux avec d’autres personnes et animaux.

Les animaux d’élevage et la COVID-19

Si vous élevez du bétail, continuez d’appliquer les mêmes protocoles de biosécurité que d’habitude. Veillez toutefois à interdire l’accès de vos installations aux visiteurs ou travailleurs susceptibles de revenir d’une région touchée par la COVID-19 ou d’avoir été en contact avec une personne revenant d’une région touchée. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la prévention des maladies à la ferme, les producteurs sont invités à consulter les documents suivants :

Les aliments peuvent-ils transmettre la COVID-19 aux humains?

Rien n’indique que la nourriture pourrait être une source ou une voie probable de transmission du virus. Cela vaut également pour la viande d’élevage et de gibier du Yukon. Il est toujours préférable de respecter les bonnes pratiques de salubrité alimentaire. Évitez de contaminer les aliments crus et abstenez-vous de consommer des produits crus ou pas assez cuits.

La congélation de la viande détruit-elle le virus?

Rien n’indique que la congélation de la viande détruirait le virus. Toutefois, celui-ci est sensible à la chaleur et, comme tous les autres virus, la cuisson à haute température permet de le neutraliser.

Puis-je contracter la COVID-19 en manipulant ou en mangeant des aliments ou de la viande de gibier?

Rien n’indique que la nourriture pourrait être une source ou une voie probable de transmission du virus. Cela vaut également pour la viande d’élevage et de gibier du Yukon. Cependant, il est toujours préférable de respecter les bonnes pratiques de salubrité alimentaire. Nous vous recommandons de respecter en tout temps les pratiques d’hygiène relatives à la manipulation et à la préparation des aliments.

Évitez de contaminer les aliments crus et abstenez-vous de consommer des produits crus ou pas assez cuits.

En fait, le seul moyen de propager le virus par les aliments et la viande serait de les contaminer, si l’on est infecté, pendant leur manipulation ou la préparation du repas.

Liste de contrôle de la salubrité alimentaire à la maison (en anglais)

La salubrité alimentaire pour les personnes âgées

Les pratiques de manipulation sécuritaire des aliments à la maison

Puis-je importer des animaux provenant d’autres pays?

L’Agence de la santé publique du Canada recommande de restreindre ou de reporter l’importation d’animaux provenant de régions touchées par la pandémie. Cette recommandation s’adresse aussi bien aux importateurs qu’aux organismes de protection et aux familles adoptives. Si des animaux sont importés des régions touchées, il convient de prendre les mesures suivantes :

  • surveiller étroitement les animaux afin de détecter les signes de maladie;
  • communiquer avec un vétérinaire si les animaux tombent malades; appeler le vétérinaire au préalable pour s’assurer qu’il est au courant des circonstances.

Tous les animaux entrant au Canada doivent satisfaire aux exigences d’importation fixées par l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Cependant, à l’heure actuelle, aucune mesure n’interdit expressément l’importation d’animaux au Canada en raison de la pandémie.

Les cliniques vétérinaires sont-elles ouvertes?

Les cliniques vétérinaires sont ouvertes, mais prennent des mesures pour faciliter le respect de la distance physique. Parmi ces mesures, mentionnons les suivantes :

  • réduction des heures d’ouverture;
  • nombre limité de clients présents en même temps dans la clinique;
  • report des rendez-vous non urgents.

Téléphonez à votre clinique vétérinaire avant de vous y rendre. Informez-vous sur les restrictions mises en place pour réduire la propagation de la maladie et n’oubliez pas que ces nouvelles mesures ont pour objet de protéger la santé des employés pour qu’ils puissent continuer à servir patients et clients.

Puis-je laisser mon chien interagir avec d’autres chiens ou des gens?

À l’heure actuelle, rien n’indique que les animaux de compagnie peuvent transmettre la COVID-19 aux êtres humains ou transmettre le virus à d’autres animaux. Il semble toutefois que la COVID-19 puisse être transmise aux animaux par leurs maîtres.

Il pourrait y avoir un faible risque que le virus circule d’un animal à un autre. Ce transfert pourrait par exemple se produire lorsqu’un chien qui transporte le virus sur sa fourrure ou dans ses voies nasales joue avec un autre chien.

Même si l’on considère que ce risque est très faible, il serait plus prudent d’appliquer les règles de distance physique à vos animaux de compagnie. Mieux vaut faire excès de prudence en ne laissant pas vos animaux interagir avec d’autres animaux ou des personnes pour le moment.

En savoir plus sur les animaux et la COVID-19

Organisation mondiale de la Santé

Association canadienne des médecins vétérinaires

Centres for Disease Control and Prevention (en anglais)

Agence de la santé publique du Canada

 

Quelles mesures les centres de santé prennent-ils pour protéger la population? Sont-ils toujours ouverts?

Tous les centres de santé sont ouverts.

Nous vous demandons de respecter les instructions affichées à l’extérieur ou sur la porte de votre centre. Si possible, téléphonez d’abord pour prendre un rendez-vous. Au moment de l’appel ou de la visite au centre de santé, vous devrez répondre à des questions de contrôle. Si vous présentez des symptômes, vous devrez enfiler un masque. On vous demandera ensuite de passer dans la salle d’attente ou, si la salle est comble, d’attendre dans votre voiture le temps qu’une infirmière se libère.

J’ai un rendez-vous médical sans rapport avec la COVID‑19. Tient-il toujours?

Pour le moment, nous avons décidé de reporter certains rendez-vous non urgents. Pour une consultation sans rendez-vous, téléphonez à la clinique, si possible, avant de vous y présenter. Sachez qu’une seule personne sera autorisée à vous accompagner.

Puis-je rendre visite à une personne hospitalisée?

À quelques rares exceptions près, les visites sont interdites dans les trois hôpitaux du territoire. En ce qui concerne les patients de la maternité, les enfants malades, les patients en fin de vie et les situations d’urgence, une limite de deux personnes sera strictement appliquée. Les aidants d’une personne handicapée et les décideurs substituts ont également droit de visite.

Des mesures de contrôle sont en place dans chacun des hôpitaux. Les visiteurs doivent indiquer la raison de leur visite, décrire leurs symptômes et donner des détails sur leurs récents déplacements.

Où puis-je trouver les coordonnées de mon centre de santé?

Cliquez ici pour trouver les coordonnées de tous les centres de santé et hôpitaux du Yukon.

Prolongation de la période d’exigibilité du certificat d’examen médical des conducteurs commerciaux et des conducteurs de 70 ans et plus

En vertu de la Loi sur les mesures civiles d’urgence, nous avons pris un arrêté ministériel autorisant la prolongation du délai de présentation du certificat. Par ailleurs, les conducteurs qui ne peuvent présenter leur certificat médical pendant la pandémie ne seront pas pénalisés.

Pour savoir si cette mesure vous touche, vérifiez l’une des sources d’information suivantes :

  • communiqué annonçant l’arrêté et ses répercussions;
  • médias sociaux et site Yukon.ca;
  • avis aux conducteurs commerciaux par l’intermédiaire de la Yukon Transportation Association.

Nouvelle date limite

27 septembre 2020

Les conducteurs touchés ont jusqu’à cette date pour se conformer à la loi et présenter leur certificat d’examen médical.

Le 18 mars, l’Ordre des médecins du Yukon a avisé le Bureau des véhicules automobiles que les cabinets de médecin suspendaient jusqu’à nouvel ordre la tenue des examens médicaux des conducteurs. L’application de cet arrêté ministériel est rétroactive à partir de cette date. Cette décision touche toutes les classes de permis (conducteurs commerciaux et conducteurs âgés de 70 ans et plus).

Répercussions sur les conducteurs commerciaux

Sur une période de six mois, soit d’avril à septembre, 835 conducteurs commerciaux seront touchés.

Répercussions sur les conducteurs âgés de 70 ans et plus

Sur une période de six mois, soit d’avril à septembre, 247 personnes âgées de 70 ans et plus seront touchées.

Levée exceptionnelle de la suspension du permis

Les permis qui ont été suspendus après le 18 mars 2020, mais avant le 27 mars (date à laquelle l’état d’urgence a été décrété), pour la seule raison que le conducteur n’a pas pu présenter son certificat d’examen médical seront automatiquement rétablis.

Maintien de la suspension du permis

La suspension du permis est maintenue dans les circonstances suivantes :

  • votre permis n’était pas en règle;
  • votre permis a été suspendu avant le début de la période d’exemption.

Permis échu

Si votre permis arrive à échéance, vous devez le renouveler. Nos bureaux suivent les recommandations du médecin hygiéniste en chef du Yukon en matière de distance physique. Aussi, nous vous demandons de ne pas renouveler votre permis en personne.

Utilisez plutôt l’un des moyens suivants :

  • par téléphone;
  • par courriel;
  • par télécopieur.

Si vous deviez normalement présenter un certificat d’examen médical avec votre demande de renouvellement de permis, nous l’exigerons uniquement après que l’état d’urgence sanitaire aura été levé.

Camionneurs et conducteurs appelés à sortir du territoire

Le permis de ces conducteurs demeure valide s’il n’est pas échu. L’arrêté ministériel a pour effet de lever temporairement toutes les exigences médicales. Le défaut de présenter votre certificat d’examen médical n’entraînera pas la suspension automatique de votre permis de conduire. Une fois l’état d’urgence sanitaire levé, vous aurez droit à un délai de grâce pour vous conformer à la loi.

Conducteurs âgés de 70 ans et plus : examen de conduite ou de la vue

Pour faciliter le respect de la distance physique, les examens de conduite sont suspendus pour le moment. Le traitement des nouvelles demandes de permis nécessitant un examen routier est interrompu. Toutefois, le Bureau des véhicules automobiles continue d’effectuer des examens de la vue en personne pour les renouvellements de permis.

Pourquoi faut-il éviter les rassemblements publics?

Les rassemblements, même d’un petit nombre de personnes, augmentent le risque d’exposition à la COVID-19. Les participants peuvent y contracter la maladie puis la transmettre à d’autres personnes dans la collectivité, qui la transmettront à leur tour à des amis et des proches vulnérables, notamment des personnes âgées, des Aînés et des personnes atteintes de problèmes de santé sous-jacents.

Nous comprenons votre déception à l’idée de devoir reporter vos activités et vos plans de voyage, mais notre priorité à tous doit être de ralentir la propagation de la maladie, de garder la chaîne de transmission sous contrôle et de protéger nos proches et les membres de la société les plus vulnérables.

Puis-je participer sans danger à des rassemblements culturels (ex. les huttes de sudation, les potlatchs, les cérémonies)?

Nous sommes conscients de l’importance des rassemblements culturels dans nos collectivités ainsi que des mauvais souvenirs et des traumatismes qu’a laissés l’interdiction des activités culturelles pratiquée par le passé. 

À l’heure actuelle, le médecin hygiéniste en chef du Yukon interdit tout rassemblement de plus de 10 personnes afin de protéger la santé de la population en général, mais surtout celle des Aînés, des personnes âgées et des personnes atteintes d’une maladie chronique. Même les rassemblements de moins de 10 personnes méritent que l’on jauge le risque, en particulier s’ils exigent de se déplacer et de partager des espaces de vie. Il est fortement conseillé de penser à des solutions de rechange possibles dans les collectivités, par exemple organiser de petits rassemblements maintenant et remettre les grands rassemblements. Si vous organisez un petit rassemblement, songez à apporter des boîtes à lunch au lieu de partager un repas, veillez à ce que les participants aient la possibilité de se laver ou de se désinfecter les mains et n’oubliez pas de respecter la distance physique.  

Nous ignorons quels sont les risques de transmission de la COVID-19 dans les huttes de sudation. Nous prions donc les participants de faire preuve de précautions.

Devrais-je annuler mes activités à l’intérieur du Yukon?

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon conseille à la population d’éviter tout déplacement inutile en raison du risque accru de propager ainsi la COVID-19. Les rassemblements publics de plus de 10 personnes sont maintenant interdits. Abstenez-vous de participer à un rassemblement, même de moins de 10 personnes, dans les circonstances suivantes :

  • vous présentez des symptômes grippaux;
  • vous avez un problème de santé sous-jacent.

Quelles sont les recommandations en cas de décès lié à la COVID-19? Peut-on veiller le corps et assister aux funérailles sans danger?

Nous ignorons actuellement si le fait de se trouver dans la même pièce qu’une personne décédée de la COVID-19 présente un risque.

La COVID-19 étant une nouvelle maladie, nous en sommes encore à étudier son mode de transmission. On croit que le virus responsable de la COVID-19 se transmet principalement par contact étroit (ex. environ 2 mètres, ou 6 pieds) avec une personne infectée. Comme le rhume et la grippe, elle se transmet surtout par l’intermédiaire des gouttelettes produites lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. Or, ce mode de transmission ne pose pas problème après le décès.

Le gouvernement du Yukon, soucieux d’appuyer les Yukonnais et les Yukonnaises et de ralentir la progression de la COVID-19, a adopté un règlement d’une durée limitée afférent à la Loi sur les rapports entre locateurs et locataires en matière résidentielle

Cliquez ici pour consulter le Règlement sur les rapports entre locateurs et locataires en matière résidentielle (COVID-19) établi en vertu de la Loi sur les rapports entre locateurs et locataires en matière résidentielle.

Que peut faire un locataire qui se trouve dans l’incapacité d’acquitter son loyer à cause d’une perte d’emploi ou d’une diminution de ses heures de travail attribuable à la COVID‑19?

Un locataire qui n’est pas en mesure d’acquitter son loyer à l’échéance parce qu’il a perdu son emploi ou subi une diminution de ses revenus en raison de la COVID-19 doit immédiatement fournir à son locateur :

  • les motifs pour lesquels il est dans l’incapacité de payer le loyer;
  • une preuve qu’il ne peut acquitter son loyer (relevé d’emploi ou courriel de l’employeur confirmant la perte d’emploi ou la diminution des heures de travail);
  • la date à laquelle le loyer est payable et le montant du loyer payable;
  • les mesures qu’il prend pour avoir accès à d’autres sources de revenus;
  • la date à laquelle il prévoit être en mesure d’acquitter le loyer;
  • toute modification des renseignements ci-dessus.

Dans le Règlement, il est question de « mesure de protection de la santé ». De quoi s’agit-il?

Une « mesure de protection de la santé » s’entend de ce qui suit à l’égard d’un locataire ou d’un membre de son ménage, en lien avec la COVID-19 :

  • l’auto-isolement du particulier;
  • une restriction à la libre circulation, à l’extérieur du logement, du particulier ou d’une catégorie de particuliers, qui est imposée à son égard par un agent de la santé en vertu de la Loi sur Ia santé et Ia sécurité publiques;
  • une restriction à la libre circulation du particulier, qui est recommandée à son égard par le médecin hygiéniste en chef ou l’administrateur en chef de la santé publique, ou sous l’autorité de l’un ou de l’autre (cette définition exclut le respect de la distance physique);
  • l’hospitalisation du particulier.

Que se passe-t-il si un locataire ou un membre de son ménage contracte la COVID-19?

Si un locataire ou un membre de son ménage devient l’objet d’une mesure de protection de la santé, le locataire doit immédiatement donner avis au locateur :

  • que le particulier (lui ou le membre de son ménage) fait l’objet d’une mesure de protection de la santé;
  • de la date à laquelle la mesure de protection de la santé sera levée, si elle est connue;
  • toute modification des renseignements ci-dessus.

Le locateur peut-il exiger une preuve?

Le locateur peut exiger que le locataire fournisse une preuve raisonnable.

Il ne peut toutefois exiger un certificat délivré par un médecin ou une infirmière praticienne. Il n’est pas question de surcharger le système de santé dans la situation actuelle.

Si le locateur estime que la preuve fournie n’est pas convaincante, il peut demander au Bureau de la location résidentielle de déterminer si une clause du Règlement est applicable dans les circonstances.

Un locataire donne avis à son locateur qu’il ne peut acquitter son loyer en raison d’une perte d’emploi ou d’une diminution de ses revenus attribuable à la COVID-19. Quelles sont les conséquences pour le locateur? 

Il est interdit au locateur de remettre au locataire un avis mettant fin à la location pour défaut ou retard de paiement du loyer ou de demander une ordonnance de mise en possession tant que le Règlement est en vigueur.

Le paiement du loyer est reporté jusqu’à la date d’abrogation du Règlement ou, si elle est antérieure, à la date à laquelle le locataire est en mesure d’acquitter le loyer.

Le locateur peut-il entrer dans un logement faisant l’objet d’une mesure de protection de la santé?

Si le locateur a reçu avis que le locataire ou un membre de son ménage fait l’objet d’une mesure de protection de la santé, il lui est interdit de pénétrer dans l’unité locative, sauf dans l’un ou l’autre des cas suivants :

  • le locateur a obtenu une ordonnance du Bureau de la location résidentielle;
  • le locataire semble avoir abandonné l’unité locative;
  • il y a urgence et il est nécessaire d’entrer dans l’unité locative à des fins de protection de la vie ou de la propriété.

Quelles sont les obligations du locataire ayant donné avis à son locateur qu’il ne peut payer son loyer en raison d’une perte d’emploi ou d’une diminution de ses revenus attribuable à la COVID-19?

Le locataire doit acquitter le loyer reporté à la date d’abrogation du Règlement ou, si elle est antérieure, à la date où il est en mesure d’acquitter le loyer. 

Le locataire peut mettre fin à la location à condition de donner au locateur un préavis de 30 jours.

Comment les demandes de résolution de litige seront-elles traitées?

Si le locataire a donné avis au locateur que lui-même ou un membre de son ménage fait l’objet d’une mesure de protection de la santé, les délais relatifs aux demandes de résolution de litige ou à toute autre procédure ne courent pas avant le quatrième jour suivant la levée de la mesure de protection de la santé.

Si le locataire a donné avis au locateur qu’il ne peut acquitter son loyer en raison d’une perte d’emploi ou d’une réduction de ses revenus attribuable à la COVID-19, les délais relatifs aux demandes de résolution de litige ou à toute autre procédure ne courent pas avant le jour suivant l’abrogation du Règlement.

Quelles sont les modalités de remise et de signification des documents?

Si l’une des parties connaît l’adresse de courriel de l’autre, elle peut lui signifier des documents à cette adresse et lui en remettre une copie par Postes Canada.

Les documents seront réputés reçus cinq jours après leur envoi par la poste ou, si elle est antérieure, la date où le destinataire en a accusé réception.

Que se passe-t-il si le locateur estime que le Règlement ne devrait pas s’appliquer dans les circonstances?

Le locateur peut faire une demande d’exemption auprès du Bureau de la location résidentielle.

Pendant combien de temps le Règlement sera-t-il en vigueur?

Le Règlement sera en vigueur du 27 mars 2020 au 23 juin 2020. Il pourra être prorogé si les circonstances l’exigent.

Où puis-je trouver plus de plus amples renseignements?

Communiquez avec le Bureau de la location résidentielle.

Courrier électronique : rto@gov.yk.ca

Téléphone : 867-667-5944, ou sans frais au Yukon : 1-800-661-0408, poste 5944

La COVID-19 étant une nouvelle maladie, nous en sommes encore à étudier son mode de transmission.

On croit toutefois que le virus se transmet principalement de personne à personne :

  • par dispersion de liquides corporels, lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue;
  • par contact étroit (distance de moins de 2 mètres ou 6 pieds).

Qu’est-ce que la transmission communautaire?

On parle de transmission communautaire quand il est impossible de savoir de quelle façon une personne a été infectée (ex. elle n’a pas voyagé récemment et n’a pas été en contact avec un cas confirmé). 

Existe-t-il un vaccin pour la COVID-19?

  • Il n’existe actuellement aucun vaccin.
  • Il faut parfois des années avant d’arriver à développer un nouveau vaccin et à le produire en quantité suffisante pour tous ceux qui en ont besoin.
  • Si vous avez reçu un vaccin antigrippal, celui-ci ne vous protège pas contre les coronavirus.
  • Par ailleurs, aucun produit de santé naturel n’a démontré son efficacité pour protéger contre la COVID-19 ou la traiter.

Remboursement de 10 jours de congés de maladie payés pour les employeurs et les travailleurs autonomes

Rembourse les employeurs qui versent un salaire à leurs employés pour :

  • prendre des jours de congé de maladie;
  • s’auto-isoler.

Le programme sera en vigueur du 11 mars au 11 septembre 2020.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le remboursement de congés de maladie payés pour les employeurs, les travailleurs et les travailleurs autonomes.

 

Que puis-je faire pour éviter de transmettre des maladies respiratoires comme la COVID-19?

  • Lavez-vous les mains souvent à l’eau et au savon pendant au moins 20 secondes. Téléchargez l’une de nos affiches sur le lavage des mains.
  • Si vous n’avez pas accès à l’eau et au savon, utilisez un désinfectant pour les mains contenant au moins 60 % d’alcool.
  • Évitez de vous toucher les yeux, le nez ou la bouche sans vous être d’abord lavé les mains.
  • Évitez tout contact étroit avec des personnes malades.
  • Nettoyez et désinfectez les objets et les surfaces qui sont fréquemment touchées.
  • Couvrez-vous la bouche et le nez avec un mouchoir avant de tousser ou d’éternuer puis jetez-le immédiatement à la poubelle.
  • Si vous n’avez pas de mouchoir à portée de main, toussez ou éternuez dans votre coude.
  • Si vous êtes malade, restez chez vous.

Que puis-je faire pour réduire le risque de complications liées à la COVID-19?

Pour réduire le risque de complications en cas d’infection, prenez soin de votre santé dès maintenant (cessez de fumer ou de vapoter, veillez à ce que toute maladie chronique, comme le diabète, soit correctement prise en charge, faites-vous vacciner contre la grippe saisonnière, etc.).

Devrais-je porter un masque?

Les stocks de masques médicaux doivent être remis en priorité aux travailleurs de la santé, qui en ont besoin pour les interventions médicales et les soins aux personnes infectées.

Les masques en tissu que l’on fabrique soi-même n’ont pas fait leurs preuves pour ce qui est de protéger leur porteur. Ils peuvent toutefois réduire le risque de contamination par projection de gouttelettes sur les surfaces ou sur d’autres personnes et donc, contribuer au sentiment de sécurité.

Attention : quiconque décide de porter un masque artisanal devra néanmoins respecter chacune des mesures visant à réduire la propagation de la COVID-19, y compris se laver souvent les mains, prêter une attention particulière à l’hygiène et garder ses distances.

Port d’un masque dans un établissement de soins de santé

Si vous présentez des symptômes d’infection respiratoire, vous pourriez avoir à porter un masque par mesure de précaution, pour éviter d’infecter les autres personnes présentes dans les lieux suivants :

  • un cabinet de médecin;
  • un centre de santé;
  • un centre de soins prolongés;
  • un hôpital.

Les fournisseurs de soins de santé sont en contact avec un grand nombre de patients chaque jour. Aussi portent-ils un masque pour se protéger et protéger les autres. 

Respecter la distance physique, c’est modifier ses habitudes quotidiennes afin de réduire au minimum les contacts étroits avec d’autres personnes, par exemple :

  • éviter les rassemblements non essentiels;
  • éviter les salutations d’usage, comme les poignées de main et les accolades;
  • éviter les endroits très fréquentés comme les concerts, arénas, conférences et festivals;
  • limiter les contacts avec les personnes présentant un risque plus élevé comme les personnes âgées et les personnes en mauvaise santé;
  • maintenir une distance d’au moins deux (2) mètres avec les autres;
  • remplacer les salutations d’usage par des salutations sans danger, c’est-à-dire sans contact.

Pourquoi faut-il respecter une distance physique?

Lorsque nous toussons ou éternuons, nous expulsons par notre nez ou notre bouche des gouttelettes susceptibles de contenir le virus. Si vous êtes trop près d’une personne ayant la COVID-19, vous pourriez alors être contaminé. Pour éviter de transmettre la maladie, nous devons éviter tout contact physique lorsque nous saluons nos amis, notre famille ou des membres de notre collectivité.

Durant une épidémie, la distance physique est l’un des moyens les plus efficaces de réduire la propagation de la maladie. Nous devons donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour limiter nos risques d’exposition en attendant que la situation se stabilise.

Qu’est-ce que l’auto-isolement, ou isolement volontaire?

Pratiquer l’isolement volontaire, c’est rester à la maison, ne pas aller au travail ou à l’école. C’est aussi surveiller l’apparition de symptômes dans son corps pendant 14 jours.

Si des symptômes, même légers, se manifestent, restez chez vous, évitez tout contact personnel et composez le 811 dès que possible.

Qui doit s’isoler?

Les personnes de retour au Yukon sont obligées de s’isoler pendant une période de 14 jours suivant leur retour. Cela veut dire que vous devez regagner votre résidence dès votre arrivée et y rester pendant 14 jours. Ne faites aucun arrêt sur le chemin du retour. Demandez à des amis ou des membres de la famille de passer à l’épicerie et à la pharmacie pour vous et de laisser les emplettes à votre porte.

Si vous n’avez aucun endroit convenable pour vous isoler, écrivez à covid19info@gov.yk.ca pour obtenir de l’information et des conseils. Si des symptômes se manifestent au cours de cette période de 14 jours, composez le 811.

De quoi aurai-je besoin pendant ma période d’isolement?

L’Agence de la santé publique du Canada a publié des ressources sur les mesures communautaires visant à réduire la propagation de la COVID-19. Vous trouverez notamment parmi ces ressources une liste de fournitures à prévoir en cas d’isolement à domicile.

Nous sommes conscients que certains de ces produits, par exemple les masques, les gants, le Tylenol, les thermomètres et le désinfectant pour les mains, pourraient être introuvables dans votre collectivité. Nous cherchons activement des solutions à ce problème. Pour nous aider en ce sens, nous demandons à toute la population de n’acheter que le nécessaire.

Je suis infecté et j’habite avec d’autres personnes. Comment faire pour m’isoler?

  • Restez dans une pièce bien ventilée, à l’écart des autres, de jour comme de nuit.
  • Si possible, utilisez une salle de bain distincte.
  • Portez un masque si vous vous trouvez dans la même pièce qu’une autre personne.
  • Évitez tout contact personnel.
  • Ne partagez pas vos serviettes et débarbouillettes.
  • Demandez à des amis ou de la famille de déposer la nourriture à la porte de votre chambre ou votre résidence.
  • Si vous habitez avec un Aîné, une personne âgée ou une personne atteinte d’une maladie chronique, il est préférable que celle-ci aille vivre chez un membre de la famille ou un ami.

Que se passera-t-il si un membre de ma collectivité est infecté? 

Toute personne infectée doit s’auto-isoler. Les personnes qui ont été en contact étroit avec une personne infectée (c.-à-d. qui vivent avec elle) doivent également se placer en isolement volontaire pendant 14 jours.

Que faire si un membre de mon ménage est infecté, mais que personne d’autre n’a de symptômes?

Tous les occupants de la résidence doivent s’isoler afin de prévenir la propagation de la maladie à l’extérieur de votre ménage.

Idéalement, les personnes en isolement ne doivent avoir aucun contact avec qui que ce soit. Si vous cherchez un endroit favorable à l’auto-isolement dans votre collectivité, vous pouvez obtenir des conseils à l’adresse covid19info@gov.yk.ca.

Que faire si l’un de mes proches attrape la COVID-19?

La plupart des personnes infectées par la COVID-19 arrivent à se rétablir par elles-mêmes à la maison.

  • Si vous êtes malade, restez chez vous, sauf pour obtenir des soins médicaux.
  • Dans la mesure du possible, réservez une pièce et une salle de bain distinctes pour les personnes malades.
  • Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec du désinfectant contenant au moins 60 % d’alcool.
  • Évitez tout contact inutile avec la personne malade et maintenez une distance de deux mètres entre elle et vous.
  • Nettoyez régulièrement les poignées de porte et les surfaces fréquemment touchées.
  • Évitez de partager des articles personnels comme les ustensiles, la nourriture et les boissons.

Comment pouvons-nous aider nos concitoyens à se préparer pour l’auto-isolement?

Pour s’entraider en ces temps difficiles, les citoyens peuvent, par exemple :

  • mettre en place un système de livraison à domicile pour apporter le nécessaire à ceux qui en ont besoin, comme de la nourriture;
  • aider les personnes qui doivent s’auto-isoler et n’ont pas d’endroit propice pour le faire à en trouver un.

Les personnes et les entreprises en difficulté ont-elles accès à de l’aide?

Le gouvernement fédéral offre un soutien financier aux Canadiens aux prises avec des difficultés financières en raison de l’éclosion de COVID-19. Il offre également de l’aide aux entreprises affectées par la situation. 

Cliquez ici pour trouver de l’information sur l’aide offerte aux particuliers et aux entreprises par le gouvernement du Canada.

Pour l’aide aux entreprises offerte par le gouvernement du Yukon, c’est par ici.

Que puis-je faire pour protéger mes employés contre la COVID-19?

Nous vous recommandons de suivre les lignes directrices qui suivent.

Prenez connaissance des lignes directrices sur les services vitaux, essentiels et autres.

Devrais-je fermer mon entreprise ou mes bureaux?  

Jusqu’à nouvel ordre, plusieurs types de services sont frappés d’interdiction en vertu de la Loi sur les mesures civiles d’urgence, notamment :

  • les bars;
  • les services de soins personnels comme les salons de coiffure, de barbier, de tatouage, de manucure et de massothérapie;
  • les services de restauration intérieurs (les commandes pour emporter et les livraisons sont toutefois autorisées);
  • les cliniques dentaires, pour des traitements non urgents.

En savoir plus sur les services interdits.

En savoir plus sur les services essentiels au Yukon pendant la pandémie de COVID-19.

En savoir plus sur les services vitaux au Yukon pendant la pandémie de COVID-19.

Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits. Les participants à de petits rassemblements sont priés de respecter la distance physique, c.-à-d. de maintenir entre eux une distance d’environ 2 mètres (ou 6 pieds). Consulter la liste des mesures législatives.

Voici d’autres lignes directrices importantes.

  • Demandez aux employés qui le peuvent de travailler chez eux. Si possible, cherchez des moyens pour les aider à aménager leur espace de travail.
  • Continuez de faire régner de bonnes pratiques d’hygiène des mains au lieu de travail.
  • Continuez de nettoyer le lieu de travail et de désinfecter souvent les surfaces fréquemment touchées.
  • Demandez aux employés qui reviennent d’un voyage à l’extérieur du territoire de ne pas revenir au travail et de s’isoler pendant 14 jours.

Pour en savoir plus, consultez les lignes directrices relatives à la prise de décisions fondées sur les risques pour les lieux de travail et les entreprises pendant la pandémie de COVID-19. 

Où puis-je trouver plus d’information sur l’aide offerte aux entreprises?

Les petites et moyennes entreprises sont la pierre angulaire de l’économie canadienne. C’est la raison pour laquelle le gouvernement du Canada adopte des mesures strictes pour aider les entreprises canadiennes à faire face à la pandémie de COVID-19 qui les touche, et qui affecte aussi leurs employés et les membres de leur famille.

Les autorités de la santé publique prient instamment la population canadienne de rester à la maison sauf nécessité absolue et de respecter la distance physique et une bonne hygiène. Pour les entreprises, cela peut vouloir dire :

  • d’adopter autant que possible des modalités de télétravail souples;
  • de préparer votre milieu de travail pour éviter la COVID-19;
  • d’assurer la sécurité de vos employés.

Visitez Canada.ca pour en savoir plus sur le soutien offert aux employés et aux entreprises et sur la sécurité en milieu de travail.

En savoir plus sur le soutien offert aux Yukonnais.

Comment peut-on protéger les travailleurs sur les camps de chantier?

Le gouvernement du Yukon a élaboré des directives pour les camps de chantier pendant la pandémie de COVID-19 qu’il a publiées sur Yukon.ca.

  • Veillez à fournir au personnel et aux résidents du camp des renseignements exacts et à jour à propos de la COVID-19.
  • Assurez-vous également que tout le monde est informé des mesures de prévention et de lutte contre l’infection qui sont mises en œuvre pour réduire les risques de transmission de la maladie dans le camp.
  • Informez le personnel et les résidents du camp de la marche à suivre s’ils tombent malades.
  • On recommande que les employés s’abstiennent de travailler lorsqu’ils sont malades. On recommande également que les employeurs continuent de rémunérer les employés placés en isolement à titre de mesure de prévention. Cette rémunération devrait être assurée pendant toute la durée de leur isolement afin que toutes personnes malades signalent leurs symptômes et respectent les protocoles d’isolement, deux facteurs essentiels dans la lutte contre la transmission de la COVID-19.
  • Les employeurs ne devraient pas exiger des travailleurs qu’ils remettent un certificat médical lorsqu’ils sont malades ou lorsqu’on leur demande de s’isoler.

Cliquez ici pour obtenir de l’information sur l’aide aux entreprises offerte par le gouvernement du Yukon.

 

Devrais-je passer un test de dépistage?

Vous devriez passer un test de dépistage dans l’une ou l’autre des circonstances suivantes :

  • vous avez voyagé à l’extérieur du Yukon;
  • vous avez été en contact étroit avec une personne qui a voyagé à l’extérieur du territoire et qui présentait alors ou présente maintenant des symptômes;
  • vous avez été en contact étroit avec un cas probable ou confirmé de COVID-19 et vous présentez des symptômes (toux, fièvre, frissons, mal de gorge, maux de tête, écoulements nasaux ou congestion nasale, vomissements, diarrhée, fatigue, douleurs musculaires ou difficultés respiratoires).

OU

Vous n’avez pas voyagé à l’extérieur du Yukon, mais vous présentez tout de même des symptômes tels que toux, fièvre, frissons ou difficultés respiratoires.

Dans un cas comme dans l’autre, composez le 811 avant de vous présenter à un centre de dépistage.

Comment faire pour passer un test de dépistage?

À l’extérieur de Whitehorse

Téléphonez à votre centre de santé pour connaître la marche à suivre. Trouver un centre de santé.

À Whitehorse

Composez le 811 ou téléphonez à votre médecin de famille. Si la situation l’exige, on pourrait vous diriger vers le centre d’évaluation respiratoire. Seules les personnes répondant aux critères feront l’objet d’un dépistage de la COVID-19.

Combien de temps faut-il pour recevoir les résultats?

Les résultats sont prêts en deux à cinq jours.

Est-ce que je peux évaluer moi-même mon état?

Si vous pensez avoir la COVID-19, remplissez le questionnaire d’auto-évaluation en ligne.

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon demande à tous ceux qui ont voyagé à l’extérieur du territoire de s’isoler pendant au moins 14 jours. Cela vaut également pour les personnes de retour d’Alaska.

Durant cette période, vous devrez :

  • surveiller l’apparition de symptômes;
  • respecter les pratiques d’hygiène respiratoire.

Si des symptômes font leur apparition au cours de cette période de 14 jours, restez isolés, téléphonez à un fournisseur de soins de santé et expliquez-lui vos symptômes et vos antécédents de voyage. Il vous conseillera sur ce que vous devez faire.

À l’extérieur de Whitehorse

Téléphonez à votre centre de santé pour connaître la marche à suivre.

À Whitehorse

Composez le 811 ou téléphonez à votre médecin de famille. Si la situation l’exige, on pourrait vous diriger vers le centre d’évaluation respiratoire.

Si vos symptômes s’aggravent et que vous avez besoin de soins médicaux d’urgence, composez le 911.

Voyages à l’extérieur du Yukon

Choisir de rester chez vous et de ne pas voyager à l’extérieur du territoire est la meilleure façon de vous protéger, mais aussi de protéger votre famille et votre collectivité contre la propagation de la COVID-19. Vous pouvez contribuer aux efforts collectifs en restant chez vous : vous aiderez ainsi nos travailleurs de la santé à lutter contre cette pandémie mondiale.

C’est donc dire que vous devriez annuler ou reporter vos déplacements prévus.

Nous recommandons aux Yukonnais qui se trouvent à l’étranger de se renseigner sur les vols commerciaux encore offerts pour revenir au pays et de penser à rentrer immédiatement.

Bien qu’il soit déconseillé de le faire, si vous envisagez toujours de voyager à l’étranger, veuillez suivre les recommandations suivantes.

  • Avant d’entreprendre un voyage, lisez les conseils aux voyageurs.
  • Informez-vous sur les risques sanitaires du pays de destination.
  • Sachez quels sont les risques pour votre sécurité à l’étranger.
  • Veillez à ne pas manquer de ressources financières et d’articles de première nécessité, comme des médicaments, au cas où votre voyage serait perturbé.
  • Préparez-vous à l’éventualité que la compagnie aérienne modifie ses horaires de vols.

Si vous voyagez à l’étranger, vous devrez vous soumettre aux mesures d’autres pays. Il est possible que votre voyage soit nettement plus long que prévu. Sachez que l’accès à des soins de qualité pourrait être plus difficile et qu’il est peu probable que votre assurance-voyage vous couvre en période de pandémie.

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon aimerait également vous rappeler l’importance d’éviter tout voyage en croisière en raison de la pandémie.

Comment être sûrs que les membres de notre collectivité qui se rendent à l’étranger ne ramènent pas le virus avec eux?

Dans la mesure du possible, les membres de la population doivent chercher à réduire au minimum les contacts, en particulier avec des groupes de plus de dix personnes, ce qui peut s’avérer difficile durant un voyage. C’est pour cette raison que nous vous demandons de réfléchir pour déterminer si vos déplacements sont vraiment nécessaires.

Le fait de reporter nos rassemblements et nos déplacements favorise la santé individuelle et communautaire et prévient la propagation du virus. Les personnes qui doivent se déplacer devront se montrer particulièrement scrupuleuses quant au respect des mesures préventives (ex. se laver les mains souvent ou utiliser du désinfectant et éviter de se toucher le visage). Les personnes qui décident de voyager à l’extérieur du Yukon devront s’isoler chez eux 14 jours après leur retour.

Une exploitation minière ou une entreprise près de chez moi embauche fréquemment des travailleurs étrangers. Y a-t-il lieu de s’en inquiéter?

Le Bureau du médecin hygiéniste en chef du Yukon et le ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources travaillent en étroite concertation avec les entreprises du secteur minier. Chacune est assujettie à une évaluation du niveau de risque servant à déterminer si les activités peuvent se poursuivent en toute sécurité.

Le gouvernement du Yukon a produit et publié sur Yukon.ca des directives pour les camps de chantier pendant la pandémie de COVID-19.

Devrais-je limiter mes déplacements à l’intérieur du Yukon?

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon conseille à la population d’éviter tout déplacement inutile en raison du risque accru de propager ainsi la COVID-19. Les rassemblements publics de plus de 10 personnes sont maintenant interdits. Abstenez-vous de participer à un rassemblement, même de moins de 10 personnes, dans les circonstances suivantes :

  • vous présentez des symptômes grippaux;
  • vous avez un problème de santé sous-jacent.

Quels sont les risques pour les enfants en bas âge?

Des données récentes semblent indiquer que le risque est faible pour les tout-petits. En effet, s’ils n’y sont pas immunisés, très peu d’enfants de moins de cinq ans présentent des symptômes graves.

Quels sont les risques pour les femmes enceintes?

À l’heure actuelle, nous ignorons si les femmes enceintes sont plus à risque d’attraper la COVID-19 que le reste de la population ou si elles sont plus susceptibles de présenter des symptômes graves.

Cependant, le corps des femmes enceintes subit des changements qui pourraient augmenter leur risque de contracter certaines infections. Les femmes enceintes ont plus de chances de développer des complications graves avec les virus de cette famille, comme la COVID-19 et les autres infections respiratoires. Il est important qu’elles se protègent contre les maladies, et ce, en toutes circonstances.

Quels sont les risques pour les consommateurs de drogues ou de l’alcool?

Pour obtenir plus d’information sur la consommation de drogues ou d’alcool et la COVID-19, consulter le site Web du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (en anglais).

Informations aux candidats à l’immigration

J’ai perdu mon emploi à cause de la COVID-19. Cela nuira-t-il à ma demande de résidence permanente?

Non. Tant que l’état d’urgence est maintenu, un licenciement attribuable à la COVID-19 n’a aucun effet sur votre statut au titre du Programme territorial de candidature à l’immigration ni sur le traitement de votre demande de résidence permanente. Communiquez avec la Section de l’immigration du gouvernement du Yukon.

J’ai été licencié. Ai-je droit à l’assurance-emploi?

Les prestations de l’assurance-emploi sont gérées par le gouvernement du Canada. Pour savoir si vous êtes admissible, téléphonez au numéro sans frais 1-800-206-7218.

J’ai été licencié et mon permis de travail est sur le point d’expirer. Que faire?

Communiquez tout de suite avec nous. Si votre permis de travail ou votre statut au titre du Programme expire pendant l’état d’urgence, nous vous remettrons une lettre à l’appui de la prolongation de votre permis afin que votre statut soit en règle au Canada.

Informations aux employeurs

Effets de la signature d’un accord tripartite sur la convention des 35 à 40 heures par semaine

Pour alléger le fardeau des entreprises pendant la pandémie, nous avons suspendu l’obligation des 35 à 40 heures de travail pour les candidats à l’immigration. Si vous devez réduire les heures de travail de votre personnel, y compris d’un candidat à l’immigration, n’oubliez pas de faire un suivi rigoureux des heures travaillées. Enfin, si vous devez licencier un candidat à l’immigration, ne manquez pas de nous en aviser.

Licenciement de candidats à l’immigration

Les candidats à l’immigration qui perdent leur emploi pendant l’état d’urgence demeurent inscrits au Programme sans pénalité. Lorsque l’état d’urgence sera levé, ils disposeront de 90 jours pour réintégrer leurs fonctions ou trouver un autre employeur.

Traitement des demandes d’embauche de travailleurs étrangers

Nous continuons d’accepter les demandes, pourvu que vous répondiez aux deux critères suivants :

  • vous n’avez licencié aucun citoyen canadien ni résident permanent;
  • vos activités se poursuivent comme d’habitude.

Avant d’évaluer votre demande, nous confirmerons avec vous les deux points suivants :

  • vous continuez de recruter au pays;
  • vous désirez poursuivre les démarches.

En raison des restrictions sur les déplacements en vigueur sur le territoire, les transports terrestres et aériens demeurent ouverts uniquement aux travailleurs essentiels et critiques. Visitez régulièrement notre site Web pour obtenir les renseignements les plus récents à ce sujet. Attention : les travailleurs de l’étranger sont également assujettis aux restrictions sur les voyages du gouvernement du Canada.

Réembauche d’un candidat à l’immigration qui a été licencié

Si vous avez dû licencier un candidat à l’immigration, vous pouvez le réembaucher. Il n’est pas nécessaire de présenter une nouvelle demande.

Mise en suspens d’une demande

Si vous préférez attendre de voir les répercussions qu’aura l’état d’urgence sur vos activités avant de faire venir un candidat, nous pouvons mettre votre demande en suspens. Pour ce faire, vous n’avez qu’à communiquer avec nous par téléphone ou courriel dès que possible.

Obligations de l’employeur à l’arrivée du candidat à l’immigration

Quiconque entre au Canada est tenu de s’isoler à son arrivée. L’employeur ne peut en aucun cas empêcher un travailleur de respecter ces exigences.

Pendant la période d’auto-isolement, l’employeur doit respecter les règles suivantes :

  • il doit verser au travailleur son salaire et ses avantages habituels;
  • il ne peut effectuer aucune déduction à la source en lien avec les mesures d’auto-isolement;
  • il doit fournir au travailleur un logement conforme à tous les critères d’auto-isolement ou trouver une solution de rechange s’il ne peut y satisfaire (louer une chambre d’hôtel, par exemple);
  • il doit s’informer de l’état de santé du travailleur tous les jours, par téléphone ou par courriel, et déclarer tout symptôme aux autorités concernées.

En outre, l’employeur ne peut exiger que le travailleur effectue la moindre tâche durant la période d’auto-isolement.

Si le candidat à l’immigration présente des symptômes à son arrivée au Canada, il doit s’isoler dans sa ville d’arrivée. S’il ne présente aucun symptôme, il peut se rendre à sa destination finale pour s’y isoler.

Informations aux ressortissants étrangers

Demande au titre du Programme territorial de candidature à l’immigration : perte ou absence d’emploi

Pour être admissible au Programme, il vous faut une offre d’emploi d’un employeur. Celui-ci présentera alors une demande au Programme pour vous embaucher.

Permis d’études et heures de travail permises

Les restrictions d’emploi sont fixées par le gouvernement du Canada. Vous trouverez ci-dessous des ressources utiles à ce sujet.

En savoir plus

Les répercussions de la maladie du coronavirus (COVID-19) sur l’immigration, les réfugiés, la citoyenneté et les services de passeport

Foire aux questions : Changements au Programme des travailleurs étrangers temporaires concernant la COVID-19

Pour toute question sur des questions d’immigration, écrivez à l’adresse yukon.nominee@gov.yk.ca ou composez le 867-667-5131 (sans frais au Yukon : 1-800-661-0407, poste 5131).

Devrais-je faire des réserves de papier hygiénique?

Veillez à avoir à la maison tous les produits essentiels dont vous pourriez avoir besoin si vous devez vous isoler pendant 14 jours. Il est inutile de stocker de grandes quantités de papier hygiénique ou d’accumuler plus que le nécessaire pour la période d’auto-isolement. Au contraire, ce comportement risque de créer des problèmes d’approvisionnement pour tout le monde.

Combien de temps le virus survit-il sur les surfaces?

D’après les données les plus récentes, le virus peut subsister sous forme d’aérosol (de « brume » dans l’air) pendant des heures et survivre sur les surfaces jusqu’à quelques jours. Il est possible qu’une personne puisse contracter la COVID-19 en touchant une surface ou un objet contaminé puis en se touchant la bouche, le nez ou peut-être même les yeux. Cependant, on ne considère pas qu’il s’agit de la principale voie de transmission du virus.

Peut-il survivre sur les vêtements?

Le virus peut survivre sur les surfaces poreuses comme la peau et les vêtements ainsi que sur d’autres matériaux et surfaces pendant des heures, voire des jours, selon le type de surface. Nous vous recommandons de simplement laver vos vêtements comme d’habitude.

L’utilisation d’un humidificateur est-elle bénéfique ou nuisible?

Nous vous invitons à poser cette question à une infirmière de votre centre de santé, car les bienfaits de l’utilisation d’un humidificateur dépendent de votre état de santé général.

L’eau de Javel est-elle une solution de rechange efficace et sans danger aux lingettes désinfectantes? Si oui, quelles proportions d’eau de Javel et d’eau faut-il utiliser?

Vous trouverez ici des renseignements sur la désinfection de votre maison et la désinfection de votre lieu de travail.

Pour éliminer autant que possible les bactéries et les virus pathogènes, vous devez non seulement nettoyer les surfaces, mais aussi les désinfecter. L’eau de Javel est un désinfectant efficace. Le ratio recommandé est de 1 part d’eau de Javel pour 100 parts d’eau (c.-à-d. 10 mL d’eau de Javel dans 1 L d’eau). Les solutions contenant au moins 70 % d’alcool, les produits nettoyants domestiques et les désinfectants sont également efficaces contre les coronavirus.

Nous avons besoin d’affiches et de matériel de sensibilisation pour prévenir la propagation de la COVID-19. Le gouvernement du Yukon peut-il nous aider?

Télécharger des affiches et des documents d’information

Plusieurs personnes sont en arrêt de travail parce que l’entreprise qui les emploie est fermée ou parce qu’elles doivent prendre soin de leurs enfants. Ont-elles accès à de l’aide financière?

Consultez le site Web du gouvernement du Canada pour obtenir les renseignements les plus récents sur l’accès au financement fédéral.