Découvrez comment réduire les risques de feux de forêt

La gestion forestière comme moyen de réduire les risques de feux de forêt

La forêt boréale qui recouvre la majorité du territoire yukonnais a une relation particulière avec le feu. Des perturbations naturelles ayant lieu selon un cycle de 50 à 200 ans permettent aux régions forestières de se renouveler. Ces perturbations peuvent inclure :

  • des tempêtes de vent;
  • des infestations d’insectes;
  • des feux de végétation.

Dans les régions près de collectivités où les feux peuvent causer le plus de dommages, nous tentons d’éteindre tous les feux. Mais lorsque nous empêchons ces feux de régénérer la forêt, cette dernière continue de pousser et devient de plus en plus dense. Une forêt dense augmente le risque d’incendies et, qui plus est, d’incendies plus intenses, ce qui augmente aussi le risque pour les collectivités.

Certains facteurs qui influencent le comportement des feux de forêt comme les conditions météorologiques et les éléments paysagers d’importance (rivières, montagnes, etc.) sont impossibles à contrôler. C’est pourquoi nous réduisons les risques de feux de forêt en gérant la végétation.

Outils de gestion des combustibles

Nous avons recours à plusieurs stratégies pour gérer les forêts près des collectivités et nous tenons compte de plusieurs facteurs pour choisir la méthode la plus appropriée.

Modifier l’apparence de la forêt

Les premiers arbres à repousser après un feu s’appellent les « espèces pionnières ». Ces arbres se sont adaptés au cycle des feux de forêt. Il s’agit souvent :

  • d’arbres à feuilles caduques, comme le peuplier; 
  • de conifères, comme le pin tordu latifolié.

Les arbres à feuilles caduques contiennent plus d’eau – ils sont donc moins inflammables que les conifères. Les repousses de pins ressemblent à d’épais tapis. Aussi, ces arbres se dépouillent de leurs branches inférieures durant le processus de maturation, laissant ainsi sur le sol forestier moins de branches qui pourraient s’enflammer et entraîner l’embrasement de l’arbre. Ce sont quelques façons qu’utilise la nature pour réduire le nombre de feux de forêt catastrophiques.

Nous adoptons l’approche suivante pour atteindre nos objectifs de gestion des combustibles :

  • le retrait de conifères inflammables;
  • la plantation d’arbres à feuilles caduques résistants au feu pour les remplacer.  

Pour y arriver, il faudra souvent des décennies de gestion régulière des combustibles à un endroit donné.

Combattre le feu par le feu

Les feux dirigés ne sont qu’un des moyens que nous utilisons pour gérer les forêts et les zones herbeuses, c’est-à-dire que ces endroits sont brûlés délibérément. Pour ce faire, nous nous fions à l’expertise du personnel de la gestion des feux de forêt. Ces spécialistes comprennent les rigoureuses conditions environnementales et sécuritaires nécessaires à une campagne réussie de feux dirigés. Ainsi, les incendies sont seulement déclenchés lorsque ces conditions sont réunies.  

Nous informons préalablement le public.

Les feux dirigés :

  • réduisent la quantité de combustibles qui pourraient brûler durant un feu de forêt;
  • nous aident à passer des forêts de conifères plus inflammables à des forêts d’arbres à feuilles caduques résistants au feu;
  • réduisent la densité des conifères et de la végétation. 

Retrait manuel de combustibles

Les coupe-feux peuvent réduire la vitesse et l’intensité d’un feu de forêt qui s’approche d’une collectivité.

Il existe deux types de coupe-feux :

  • Un coupe-feu complet est une parcelle de terrain de laquelle la végétation a été entièrement retirée.
  • Une allée coupe-feu est une parcelle de terrain où l’on a conservé les arbres à feuilles caduques résistants au feu et retiré les conifères plus inflammables. Il doit y avoir au moins trois mètres entre les arbres restants, et les branches à moins de deux mètres du sol doivent être retirées pour éviter que les feux de surface parviennent à la voûte forestière.

Dans certaines situations, la mise en place d’un coupe-feu au moyen de machines et d’outils manuels est le moyen le plus sûr et efficace d’éliminer les combustibles. Les coupe-feux ont aussi l’avantage d’offrir un point d’accès sécuritaire aux pompiers pour les aider à combattre les feux de forêt.

Projets actuels de réduction des risques de feux de forêt

De nombreuses collectivités du Yukon sont entourées de forêts denses et matures. Pour protéger ces endroits, nous collaborons avec les administrations locales dans la gestion des forêts.

Nous avons tous un rôle à jouer dans la protection contre les feux de forêt.

La façon la plus efficace de réduire les risques de feux de forêt est d’adopter les principes du programme Intelli-feu pour protéger vos biens et votre collectivité.

Plans de protection des collectivités contre les feux de forêt

Les collectivités peuvent établir un plan de protection contre les feux de forêt conjointement avec le personnel de la gestion des feux comme stratégie pour réduire les risques de feux de forêt.

Ces plans doivent inclure :

  • les zones prioritaires pour la gestion des combustibles;
  • des recommandations pour réduire les risques de dommages aux structures.

De tels plans de protection seront créés pour toutes les collectivités du Yukon. D’ailleurs, des plans sont en cours d’élaboration pour :

  • Haines Junction
  • Teslin
  • Watson Lake
  • Carmacks
  • Mayo
  • Dawson
  • Old Crow

Coupe-feu du secteur sud de Whitehorse

Nous travaillons actuellement à la création d’un coupe-feu de 395 hectares au sud de Whitehorse. Ce projet réalisé conjointement avec la municipalité représente le premier coupe-feu de la région.

Dans le cadre du projet qui devrait prendre fin en 2026, nous utiliserons une combinaison :

  • de coupes d’éclaircie;
  • de feux dirigés; 
  • de retrait mécanique de combustibles.

Une fois le projet terminé, les risques de feu de forêt pour cette ville devraient être considérablement réduits.

Carte du coupe-feu du secteur sud de Whitehorse.