Victime de harcèlement criminel? Obtenez de l’aide!

Qu’est-ce que le harcèlement criminel?

Le harcèlement criminel, ou traque furtive, est un crime. 

Vous devriez demander de l’aide si vous avez peur ou êtes inquiète parce que quelqu’un se conduit comme suit de façon répétée :

  • vous téléphone, vous envoie des courriels ou des notes, ou communique avec vous en personne ou sur les réseaux sociaux contre votre gré;
  • vous harcèle en ligne;
  • vous suit;
  • vous envoie des cadeaux non sollicités;
  • surveille votre maison, votre école ou votre lieu de travail;
  • n’accepte pas un refus de votre part;
  • passe par vos amis, les membres de votre famille ou vos collègues pour parler de vous;
  • a tout autre comportement que vous trouvez troublant.

Faites confiance à votre instinct! Si vous vous sentez menacée, c’est probablement parce que vous l’êtes, même si la personne qui vous traque de façon répétée n’a pas l’intention de vous faire peur. Si son comportement vous fait craindre pour votre sécurité, il s’agit fort probablement de harcèlement criminel. La loi interdit ce genre de comportement; il ne s’agit pas d’un signe d’amour, mais d’une forme de violence, de jeu de pouvoir et de contrôle.

Communiquez avec les Services aux victimes

Renseignez-vous sur les options qui s’offrent à vous.

Vous pouvez communiquer avec nous par téléphone ou passer au bureau (il n’est pas nécessaire d’avoir pris rendez-vous).
Heures d’ouverture : Du lundi au vendredi, de 8 h à 16 h 30. 
Par courriel : victim.services@gov.yk.ca

Whitehorse

En personne : 301, rue Jarvis, 2e niveau
Par téléphone : 867-667-8500
Sans frais : 1-800-661-0408, poste 8500

Dawson

En personne : 813B, 3e Avenue
Par téléphone : 867-993-5831

Watson Lake

En personne : 820 Adela Trail
Par téléphone : 867-536-2541

Que faire si vous êtes victime de harcèlement criminel?

Signalement à la police

Traquer et harceler quelqu’un est un crime. Si le danger est immédiat, composez le 911.

C’est à vous de décider si vous voulez signaler l’incident à la police. Vous préférez peut-être attendre un peu, mais gardez en tête que plus tôt vous signalerez l’incident, mieux les policiers seront en mesure de mener une enquête.

Un intervenant des Services aux victimes peut vous accompagner au poste de police. Si vous n’êtes pas certaine s’il faut signaler le comportement menaçant à la police, communiquez avec les Services aux victimes.

Plan de sécurité

Les Services aux victimes peuvent vous aider à préparer un plan de sécurité. Voici certaines considérations dont tenir compte à cette étape :

  • prenez les menaces qui vous sont faites au sérieux;
  • songez à vous rendre à un refuge pour femmes pour être plus en sécurité;
  • modifiez vos habitudes;
  • trouvez un endroit sûr où rester;
  • demandez à un ami ou une amie de rester avec vous;
  • faites savoir aux membres de votre entourage ce qu’ils peuvent faire pour vous aider;
  • abstenez-vous de communiquer avec la personne qui vous traque et de répondre à ses messages;
  • filtrez vos appels;
  • informez-vous sur les différentes ordonnances préventives, par exemple une ordonnance de bonne conduite;
  • demandez de l’aide aux membres de votre famille, vos amis, vos collègues;
  • si vous avez des enfants, avertissez l’école et les gardiennes de la situation.

Cybersécurité

  • Changez les paramètres de confidentialité associés à vos comptes sur les réseaux sociaux.
  • Bloquez la personne qui vous harcèle.
  • Donnez le nom de la personne qui vous harcèle à l’administrateur du réseau social.
  • Envisagez de modifier le nom ou nom d’emprunt associé à votre compte.
  • Faites preuve de circonspection quant à l’information que vous publiez à votre sujet.

Pour en savoir plus :

Consultez le document préparé par le Centre canadien de ressources pour les victimes de crimes sur la façon de se protéger contre le cyberharcèlement (en anglais)

Consignation des faits

  • Gardez toutes les preuves.
  • Prenez note de la date, de l’heure, du lieu et des circonstances entourant chaque épisode ou communication.
  • Conservez les courriels, notes et messages téléphoniques.
  • Faites des captures d’écran des messages textes et ceux publiés sur les réseaux sociaux.
  • Prenez en photo toute blessure ou tout dommage causé par la personne qui vous harcèle.
  • Demandez aux témoins de mettre par écrit ce à quoi ils ont assisté.
  • Remettez ce dossier aux policiers si vous signalez la situation à la GRC.

Le harcèlement n’est pas un signe d’amour

  • Traquer quelqu’un est une forme de contrôle et de jeu de pouvoir.
  • L’acharnement de la personne qui vous traque à vouloir vous contrôler et vous intimider est souvent précurseur d’actes de violence plus sérieux.
  • Cette personne est généralement une connaissance.
  • C’est souvent même quelqu’un avec qui on a eu une relation intime.
  • Ce genre de comportement se produit fréquemment après une rupture ou un divorce.
  • Le harceleur pourrait aussi être un inconnu.
  • Signaler la situation à la police pourrait ne pas vous paraître nécessaire, parce que vous vous dites que la personne va cesser son manège ou vous croyez pouvoir régler le problème vous-même.
  • Faites confiance à votre instinct et demandez de l’aide.

Ressources