Renseignements à jour

5 mars 2021

Protégez-vous et protégez les autres en respectant les 6 mesures de sécurité et en portant un masque

Voir les mises à jour vidéo. Si vous avez des questions d’ordre médical ou si vous ne vous sentez pas bien, composez le 811 ou utilisez l’outil d’auto-évaluation.

COVID-19 : lignes directrices pour les visites dans les établissements de soins prolongés

Les personnes suivantes sont les plus à risque de présenter des symptômes sévères de la COVID‑19 :

  • les personnes de plus de 65 ans;
  • les personnes dont le système immunitaire est affaibli;
  • les personnes ayant une maladie préexistante.

Ces lignes directrices visent à protéger la santé et la sécurité des résidents et du personnel des établissements de soins prolongés.

Les visiteurs sont des personnes indispensables dans la vie des résidents. 

Il est possible d’entretenir des liens sociaux tout en limitant ou en éliminant le risque de propagation du virus, notamment à l’aide des moyens de communication sans risque suivants :

  • la correspondance;
  • les appels téléphoniques;
  • les appels vidéo;
  • les visites extérieures (à la fenêtre).

La Direction des soins prolongés soutient diverses méthodes pour entretenir les liens sociaux durant les prochains mois.

Voici les principes utilisés pour planifier et modifier nos lignes directrices :

  • La sécurité. Les visites doivent respecter la santé et la sécurité des résidents. La sécurité du personnel et des visiteurs est aussi importante. Nous devons réduire le risque autant que possible.
  • Le bien-être émotionnel. Les visites contribuent au bien-être émotionnel des résidents, de leur famille et de leurs amis. Les visites réduisent les effets négatifs de l’isolement social. 
  • L’accès équitable. Une approche universelle ne contribue pas nécessairement à l’équité. L’accès doit tenir des préférences des résidents et aussi respecter des limites raisonnables pour protéger la santé de tous les résidents.
  • La souplesse. Nous tenons compte de :
    • la conception de l’édifice;
    • la disponibilité du personnel;
    • l’équipement de protection individuelle requis.

Les présentes lignes directrices décrivent l’approche à adopter pour les visites dans les établissements de soins prolongés du Yukon. Elles pourraient être modifiées au besoin en fonction des recommandations ou ordonnances en matière de santé publique.

Sommaire des directives pour les visites dans les établissements de soins prolongés
  • Il y a plusieurs façons de garder le contact avec les résidents des établissements de soins prolongés, par exemple :
    • visites pour fournir des soins essentiels;
    • visites générales;
    • appels vidéo ou téléphoniques;
    • visites à la fenêtre;
    • envoi de lettres.
  • En cas d’éclosion, les établissements de soins prolongés suspendront temporairement les visites et les services non essentiels. Des exceptions pourraient être faites dans des situations exceptionnelles (fin de vie, visiteurs fournissant des soins essentiels, etc.). Les décisions seront prises au cas par cas sur une base compassionnelle et en fonction d’une analyse du risque effectuée par le médecin hygiéniste en chef.
  • Un visiteur essentiel peut rendre visite à un résident à l’intérieur ou à l’extérieur si ce dernier :
    • est en fin de vie;
    • requiert la présence ou l’aide d’un visiteur pour répondre à ses besoins essentiels.
  • En comptant les visiteurs essentiels, un résident peut nommer jusqu’à quatre visiteurs généraux pour les visites à l’intérieur. Deux visiteurs généraux peuvent visiter le résident en même temps, à condition qu’ils habitent sous le même toit.
  • Les résidents ne doivent pas quitter l’établissement de soins prolongés à moins que ce soit absolument nécessaire, et ce, que ce soit pour des nuitées ou des sorties dans des résidences privées, des restaurants ou des magasins. Si un résident doit absolument quitter l’établissement (ex. pour un rendez-vous qui ne peut pas être fait virtuellement), une discussion préalable est requise avec les responsables de l’établissement.
  • Le transport d’un résident dans un véhicule privé doit se faire pour des raisons essentielles seulement. Le transport doit se faire par des visiteurs dûment nommés.
  • Les personnes de l’extérieur du territoire doivent être nommées visiteurs essentiels pour pouvoir visiter l’établissement de soins prolongés. Pour ce faire, il faudra préalablement contacter l’établissement pour mettre en place les mesures nécessaires et fournir un plan alternatif d’isolement approuvé.
  • Les visiteurs généraux qui sont sortis du territoire doivent attendre 14 jours avant de pouvoir visiter un résident. Cette mesure est en place, peu importe les limites imposées aux frontières en fonction des ordonnances sanitaires existantes.
  • En cas de différend en ce qui concerne une autorisation de visite, le visiteur doit discuter de la situation avec le responsable des soins aux résidents. Si la situation ne peut être résolue, il faudra alors en appeler au directeur de la section de l’établissement de soins prolongés.
  • Il peut arriver qu’un nombre considérable de visiteurs se retrouvent dans une même section de l’établissement. Le responsable des soins aux résidents peut alors prendre des mesures pour satisfaire aux besoins de tous et assurer un déroulement des visites en toute sécurité, dans le respect des recommandations de santé publique. Il peut par exemple :
    • décaler les visites;
    • modifier l’horaire des visites;
    • appliquer toute autre solution créative.
Visiteurs essentiels

Il en existe deux catégories :

  • les visiteurs qui peuvent fournir des soins essentiels de fin de vie.
  • les visiteurs qui peuvent fournir des soins essentiels lorsque le personnel de l’établissement n’est pas en mesure d’assurer la qualité de vie d’un résident ou de répondre à ses besoins en matière de soins.

Pour qu’une personne soit nommée visiteuse essentielle (dans l’une ou l’autre des catégories ci-dessus), les critères suivants doivent être satisfaits :

  • elle doit être nommée par le résident ou par son décisionnaire remplaçant.
  • elle doit être âgée d’au moins 18 ans.
  • elle a obtenu du responsable des soins aux résidents la confirmation qu’elle répondait aux critères.

Le responsable des soins aux résidents établira les attentes avec les visiteurs essentiels. Les plans seront établis en tenant compte du moment où auront lieu les visites et de leur fréquence, ainsi que du besoin de fournir des soins appropriés.

Visiteurs essentiels : fin de vie

Si un résident se trouve à la Maison Wind River ou s’il risque de mourir au cours des quatre prochaines semaines :

  • Il peut recevoir la visite d’un visiteur essentiel dans l’établissement de soins prolongés.
  • Le responsable des soins aux résidents peut autoriser jusqu’à cinq autres personnes à venir rendre visite au résident, mais seuls un ou deux visiteurs pourront être présents à la fois. Il peut s’agir :
    • de membres de la famille du résident;
    • de conseillers spirituels;
    • d’enfants (moins de 16 ans);
    • d’amis du résident.
  • Un visiteur de moins de 16 ans doit être accompagné d’un parent ou d’un tuteur.
  • Deux visiteurs peuvent être présents en même temps dans la chambre d’un résident, pourvu que la distanciation physique de deux mètres (six pieds) soit maintenue. La distanciation physique n’est pas requise lorsque tous les visiteurs font partie d’un même ménage jumelé.

Visiteurs essentiels : soins nécessaires aux besoins essentiels

Un visiteur peut être nommé pour fournir des soins essentiels en vue d’assurer la qualité de vie d’un résident ou de répondre à ses besoins en matière de soins.

Le personnel ne peut satisfaire aux besoins reconnus du résident (dans son plan de soins, par exemple)

Le responsable des soins aux résidents doit en approuver la demande. Cette mesure est généralement prise lorsque seul un visiteur est en mesure de répondre à un besoin reconnu, par exemple assurer des services à une personne souffrant de déficience cognitive ou de démence. Si le résident n’est pas en mesure de comprendre les directives liées à la COVID-19, l’aide d’un visiteur de soins essentiels pourrait alors être requise. Cette mesure peut aussi être autorisée si la présence d’un visiteur permet de contribuer à la qualité des soins et la qualité de vie d’un résident.

Désignation d’un remplaçant temporaire

Un remplaçant peut être nommé si le visiteur essentiel doit s’absenter temporairement. Le choix d’un visiteur essentiel ne doit pas être modifié régulièrement. Un remplaçant est nommé seulement pour gérer les imprévus.

L’accès des personnes qui répondent aux critères ci-dessus ne sera pas restreint. Toutefois, selon la situation du résident ou de l’établissement, il se peut que certaines visites ne soient pas autorisées.

Le visiteur essentiel doit discuter avec le responsable des soins aux résidents lors qu’il y a un conflit en matière d’autorisation des visiteurs. Si la situation ne peut être résolue, il faudra alors en appeler au directeur de la section de l’établissement de soins prolongés.

Il peut arriver qu’un nombre considérable de visiteurs essentiels se retrouve dans une même section de l’établissement. Le responsable des soins aux résidents peut alors mettre en place une stratégie visant à satisfaire aux besoins de tous et à assurer un déroulement des visites en toute sécurité, dans le respect des recommandations de santé publique. Il peut notamment :

  • décaler les visites;
  • modifier l’horaire des visites;
  • appliquer toute autre solution créative.
Visiteurs généraux

Un visiteur général est une personne nommée par le résident ou par son décisionnaire remplaçant qui n’est pas chargée de répondre à un besoin particulier du plan de soins du résident.

En incluant les visiteurs essentiels, un résident peut nommer jusqu’à quatre visiteurs généraux pour les visites à l’intérieur.

Deux visiteurs généraux peuvent visiter le résident en même temps, pourvu qu’ils soient du même ménage.

Les visiteurs ne doivent pas changer fréquemment. Il faut discuter avec le responsable des soins aux visiteurs s’il est nécessaire de changer la liste de visiteurs.

Procédures pour les visites à l’intérieur

À chaque visite, la personne doit :

  • rester à la maison si elle présente des symptômes.
  • ne pas visiter l’établissement de soins prolongés si elle est sortie du territoire dans les 14 derniers jours, peu importe les limites imposées aux frontières.
    • (Il y a des exceptions pour les visiteurs essentiels. Consultez la section sur les visiteurs venant de l’extérieur du territoire).
  • signer le registre des visites.
  • répondre à un questionnaire de dépistage de la COVID-19 et faire vérifier sa température.
  • porter un masque médical en tout temps pendant la visite – nous fournissons le masque et des instructions seront données pour mettre et enlever le masque en toute sécurité, y compris des instructions sur l’hygiène des mains requise.
  • rester dans la chambre du résident en tout temps pendant la visite – il est uniquement permis d’en sortir lorsqu’il s’agit d’aider à la prestation de soins ou au bon déroulement des activités courantes (ex. la prise de repas) ou d’accompagner le résident lors d’une visite extérieure;
  • ne pas rendre visite à d’autres résidents.
  • éviter de toucher l’équipement commun (ex. les chariots à linge).
  • porter tout équipement de protection individuelle exigé par l’établissement.
  • se laver ou se désinfecter les mains à l’entrée et à la sortie de l’établissement et de chaque pièce visitée.
Visites extérieures
  • Aucune visite à l’extérieur n’est prévue durant les mois d’hiver.
  • Pendant une visite à l’intérieur, les visiteurs essentiels et généraux peuvent faire une promenade à l’extérieur avec le résident.
  • Les visiteurs doivent répondre au questionnaire de dépistage et porter un masque. Il est peu probable qu’une distance de deux mètres (6 pieds) soit maintenue durant les promenades.
Sorties à l’extérieur de l’établissement de soins prolongés

Les résidents ne doivent pas quitter l’établissement de soins prolongés à moins que ce soit absolument nécessaire, et ce, que ce soit pour des nuitées ou des sorties dans des résidences privées, des restaurants ou des magasins.

Si un résident doit absolument quitter l’établissement (ex. pour un rendez-vous qui ne peut pas être fait virtuellement ou sur place), une discussion préalable est requise avec les responsables de l’établissement de soins prolongés.

Si un résident doit rendre visite à un membre de sa famille ou à un ami, la décision doit être prise en groupe par le résident, la personne qui reçoit le résident ainsi que les membres de l’équipe de soins. De cette façon, il est possible de prévoir, pour la durée du séjour, les médicaments du résident ainsi que toute autre ressource jugée nécessaire pour faciliter la visite. Le résident et sa famille doivent aussi comprendre le risque associé à la sortie.

Visiteurs de l’extérieur du territoire ou revenant d’un voyage à l’extérieur du territoire

Un visiteur qui vient d’arriver ou qui revient au territoire ne peut pas visiter un résident à l’intérieur d’un établissement de soins prolongés, exception faite des visiteurs essentiels désignés. Pour ce faire, il faudra préalablement contacter l’établissement pour mettre en place les mesures nécessaires et fournir un plan alternatif d’isolement approuvé.

Cette mesure est en place comme mesure supplémentaire de protection pour les résidents et doit être respectée, peu importe les limites imposées aux frontières.

Les visiteurs essentiels désignés doivent respecter les exigences en matière d’isolement.

Animaux de compagnie

La politique sur les visites d’animaux de compagnie de la Direction des soins prolongés demeure en vigueur. Les animaux de compagnie peuvent venir rendre visite aux résidents à l’intérieur et à l’extérieur des établissements.

Conditions relatives aux visites d’animaux de compagnie

  • L’accès est interdit aux animaux qui viennent d’un domicile où il y a une personne qui est déclarée positive à la COVID-19. Cela vaut aussi pour un domicile où il y a une personne qui est en attente du résultat d’un test de dépistage.
  • L’animal est accompagné en tout temps par son maître ou par une personne qui en est responsable.
  • L’animal et son maître ou la personne qui en est responsable ne doivent entrer en contact avec aucun autre résident.
  • L’animal ne peut pas passer la nuit dans l’établissement.
  • Dans les aires publiques, l’animal doit être tenu en laisse ou en cage.
  • L’animal doit être propre et n’avoir aucune plaie ouverte.
  • Le carnet de vaccination de l’animal doit être à jour.
  • L’animal doit avoir un bon comportement.
  • Le maître ou la personne responsable de l’animal doit nettoyer les excréments et l’urine de l’animal.
  • Si des articles (ex. la literie) sont salis, en aviser le personnel.
  • L’animal ne peut pas entrer dans les aires de préparation des aliments ni dans la salle à manger commune lors des repas.
  • Le résident doit se laver ou se désinfecter les mains après le départ de l’animal.
Yukonnais ayant voyagé à l’extérieur de la Colombie-Britannique, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut

La loi exige que ces personnes se soumettent à un isolement volontaire de 14 jours à Whitehorse à leur arrivée au Yukon. Si elles souhaitent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés avant la fin de leur période d’isolement volontaire, elles peuvent demander une dérogation. Pour ce faire, elles doivent remplir et envoyer une demande de plan alternatif d’isolement volontaire.

La décision définitive concernant ces demandes sera prise par le ministre des Services aux collectivités du gouvernement du Yukon, après consultation du médecin hygiéniste en chef du Yukon. Cette procédure a pour but de veiller à la sécurité et à la santé des Yukonnais.

Si le plan alternatif est approuvé, l’établissement de soins prolongés transmettra aux personnes en question une lettre contenant des précisions sur la visite.

  • Il y a plusieurs façons de garder le contact avec les résidents des établissements de soins prolongés, par exemple :
    • visites pour fournir des soins essentiels;
    • visites générales;
    • appels vidéo ou téléphoniques;
    • visites à la fenêtre;
    • envoi de lettres.
  • En cas d’éclosion, les établissements de soins prolongés suspendront temporairement les visites et les services non essentiels. Des exceptions pourraient être faites dans des situations exceptionnelles (fin de vie, visiteurs fournissant des soins essentiels, etc.). Les décisions seront prises au cas par cas sur une base compassionnelle et en fonction d’une analyse du risque effectuée par le médecin hygiéniste en chef.
  • Un visiteur essentiel peut rendre visite à un résident à l’intérieur ou à l’extérieur si ce dernier :
    • est en fin de vie;
    • requiert la présence ou l’aide d’un visiteur pour répondre à ses besoins essentiels.
  • En comptant les visiteurs essentiels, un résident peut nommer jusqu’à quatre visiteurs généraux pour les visites à l’intérieur. Deux visiteurs généraux peuvent visiter le résident en même temps, à condition qu’ils habitent sous le même toit.
  • Les résidents ne doivent pas quitter l’établissement de soins prolongés à moins que ce soit absolument nécessaire, et ce, que ce soit pour des nuitées ou des sorties dans des résidences privées, des restaurants ou des magasins. Si un résident doit absolument quitter l’établissement (ex. pour un rendez-vous qui ne peut pas être fait virtuellement), une discussion préalable est requise avec les responsables de l’établissement.
  • Le transport d’un résident dans un véhicule privé doit se faire pour des raisons essentielles seulement. Le transport doit se faire par des visiteurs dûment nommés.
  • Les personnes de l’extérieur du territoire doivent être nommées visiteurs essentiels pour pouvoir visiter l’établissement de soins prolongés. Pour ce faire, il faudra préalablement contacter l’établissement pour mettre en place les mesures nécessaires et fournir un plan alternatif d’isolement approuvé.
  • Les visiteurs généraux qui sont sortis du territoire doivent attendre 14 jours avant de pouvoir visiter un résident. Cette mesure est en place, peu importe les limites imposées aux frontières en fonction des ordonnances sanitaires existantes.
  • En cas de différend en ce qui concerne une autorisation de visite, le visiteur doit discuter de la situation avec le responsable des soins aux résidents. Si la situation ne peut être résolue, il faudra alors en appeler au directeur de la section de l’établissement de soins prolongés.
  • Il peut arriver qu’un nombre considérable de visiteurs se retrouvent dans une même section de l’établissement. Le responsable des soins aux résidents peut alors prendre des mesures pour satisfaire aux besoins de tous et assurer un déroulement des visites en toute sécurité, dans le respect des recommandations de santé publique. Il peut par exemple :
    • décaler les visites;
    • modifier l’horaire des visites;
    • appliquer toute autre solution créative.

Il en existe deux catégories :

  • les visiteurs qui peuvent fournir des soins essentiels de fin de vie.
  • les visiteurs qui peuvent fournir des soins essentiels lorsque le personnel de l’établissement n’est pas en mesure d’assurer la qualité de vie d’un résident ou de répondre à ses besoins en matière de soins.

Pour qu’une personne soit nommée visiteuse essentielle (dans l’une ou l’autre des catégories ci-dessus), les critères suivants doivent être satisfaits :

  • elle doit être nommée par le résident ou par son décisionnaire remplaçant.
  • elle doit être âgée d’au moins 18 ans.
  • elle a obtenu du responsable des soins aux résidents la confirmation qu’elle répondait aux critères.

Le responsable des soins aux résidents établira les attentes avec les visiteurs essentiels. Les plans seront établis en tenant compte du moment où auront lieu les visites et de leur fréquence, ainsi que du besoin de fournir des soins appropriés.

Visiteurs essentiels : fin de vie

Si un résident se trouve à la Maison Wind River ou s’il risque de mourir au cours des quatre prochaines semaines :

  • Il peut recevoir la visite d’un visiteur essentiel dans l’établissement de soins prolongés.
  • Le responsable des soins aux résidents peut autoriser jusqu’à cinq autres personnes à venir rendre visite au résident, mais seuls un ou deux visiteurs pourront être présents à la fois. Il peut s’agir :
    • de membres de la famille du résident;
    • de conseillers spirituels;
    • d’enfants (moins de 16 ans);
    • d’amis du résident.
  • Un visiteur de moins de 16 ans doit être accompagné d’un parent ou d’un tuteur.
  • Deux visiteurs peuvent être présents en même temps dans la chambre d’un résident, pourvu que la distanciation physique de deux mètres (six pieds) soit maintenue. La distanciation physique n’est pas requise lorsque tous les visiteurs font partie d’un même ménage jumelé.

Visiteurs essentiels : soins nécessaires aux besoins essentiels

Un visiteur peut être nommé pour fournir des soins essentiels en vue d’assurer la qualité de vie d’un résident ou de répondre à ses besoins en matière de soins.

Le personnel ne peut satisfaire aux besoins reconnus du résident (dans son plan de soins, par exemple)

Le responsable des soins aux résidents doit en approuver la demande. Cette mesure est généralement prise lorsque seul un visiteur est en mesure de répondre à un besoin reconnu, par exemple assurer des services à une personne souffrant de déficience cognitive ou de démence. Si le résident n’est pas en mesure de comprendre les directives liées à la COVID-19, l’aide d’un visiteur de soins essentiels pourrait alors être requise. Cette mesure peut aussi être autorisée si la présence d’un visiteur permet de contribuer à la qualité des soins et la qualité de vie d’un résident.

Désignation d’un remplaçant temporaire

Un remplaçant peut être nommé si le visiteur essentiel doit s’absenter temporairement. Le choix d’un visiteur essentiel ne doit pas être modifié régulièrement. Un remplaçant est nommé seulement pour gérer les imprévus.

L’accès des personnes qui répondent aux critères ci-dessus ne sera pas restreint. Toutefois, selon la situation du résident ou de l’établissement, il se peut que certaines visites ne soient pas autorisées.

Le visiteur essentiel doit discuter avec le responsable des soins aux résidents lors qu’il y a un conflit en matière d’autorisation des visiteurs. Si la situation ne peut être résolue, il faudra alors en appeler au directeur de la section de l’établissement de soins prolongés.

Il peut arriver qu’un nombre considérable de visiteurs essentiels se retrouve dans une même section de l’établissement. Le responsable des soins aux résidents peut alors mettre en place une stratégie visant à satisfaire aux besoins de tous et à assurer un déroulement des visites en toute sécurité, dans le respect des recommandations de santé publique. Il peut notamment :

  • décaler les visites;
  • modifier l’horaire des visites;
  • appliquer toute autre solution créative.

Un visiteur général est une personne nommée par le résident ou par son décisionnaire remplaçant qui n’est pas chargée de répondre à un besoin particulier du plan de soins du résident.

En incluant les visiteurs essentiels, un résident peut nommer jusqu’à quatre visiteurs généraux pour les visites à l’intérieur.

Deux visiteurs généraux peuvent visiter le résident en même temps, pourvu qu’ils soient du même ménage.

Les visiteurs ne doivent pas changer fréquemment. Il faut discuter avec le responsable des soins aux visiteurs s’il est nécessaire de changer la liste de visiteurs.

À chaque visite, la personne doit :

  • rester à la maison si elle présente des symptômes.
  • ne pas visiter l’établissement de soins prolongés si elle est sortie du territoire dans les 14 derniers jours, peu importe les limites imposées aux frontières.
    • (Il y a des exceptions pour les visiteurs essentiels. Consultez la section sur les visiteurs venant de l’extérieur du territoire).
  • signer le registre des visites.
  • répondre à un questionnaire de dépistage de la COVID-19 et faire vérifier sa température.
  • porter un masque médical en tout temps pendant la visite – nous fournissons le masque et des instructions seront données pour mettre et enlever le masque en toute sécurité, y compris des instructions sur l’hygiène des mains requise.
  • rester dans la chambre du résident en tout temps pendant la visite – il est uniquement permis d’en sortir lorsqu’il s’agit d’aider à la prestation de soins ou au bon déroulement des activités courantes (ex. la prise de repas) ou d’accompagner le résident lors d’une visite extérieure;
  • ne pas rendre visite à d’autres résidents.
  • éviter de toucher l’équipement commun (ex. les chariots à linge).
  • porter tout équipement de protection individuelle exigé par l’établissement.
  • se laver ou se désinfecter les mains à l’entrée et à la sortie de l’établissement et de chaque pièce visitée.

  • Aucune visite à l’extérieur n’est prévue durant les mois d’hiver.
  • Pendant une visite à l’intérieur, les visiteurs essentiels et généraux peuvent faire une promenade à l’extérieur avec le résident.
  • Les visiteurs doivent répondre au questionnaire de dépistage et porter un masque. Il est peu probable qu’une distance de deux mètres (6 pieds) soit maintenue durant les promenades.

Les résidents ne doivent pas quitter l’établissement de soins prolongés à moins que ce soit absolument nécessaire, et ce, que ce soit pour des nuitées ou des sorties dans des résidences privées, des restaurants ou des magasins.

Si un résident doit absolument quitter l’établissement (ex. pour un rendez-vous qui ne peut pas être fait virtuellement ou sur place), une discussion préalable est requise avec les responsables de l’établissement de soins prolongés.

Si un résident doit rendre visite à un membre de sa famille ou à un ami, la décision doit être prise en groupe par le résident, la personne qui reçoit le résident ainsi que les membres de l’équipe de soins. De cette façon, il est possible de prévoir, pour la durée du séjour, les médicaments du résident ainsi que toute autre ressource jugée nécessaire pour faciliter la visite. Le résident et sa famille doivent aussi comprendre le risque associé à la sortie.

Un visiteur qui vient d’arriver ou qui revient au territoire ne peut pas visiter un résident à l’intérieur d’un établissement de soins prolongés, exception faite des visiteurs essentiels désignés. Pour ce faire, il faudra préalablement contacter l’établissement pour mettre en place les mesures nécessaires et fournir un plan alternatif d’isolement approuvé.

Cette mesure est en place comme mesure supplémentaire de protection pour les résidents et doit être respectée, peu importe les limites imposées aux frontières.

Les visiteurs essentiels désignés doivent respecter les exigences en matière d’isolement.

La politique sur les visites d’animaux de compagnie de la Direction des soins prolongés demeure en vigueur. Les animaux de compagnie peuvent venir rendre visite aux résidents à l’intérieur et à l’extérieur des établissements.

Conditions relatives aux visites d’animaux de compagnie

  • L’accès est interdit aux animaux qui viennent d’un domicile où il y a une personne qui est déclarée positive à la COVID-19. Cela vaut aussi pour un domicile où il y a une personne qui est en attente du résultat d’un test de dépistage.
  • L’animal est accompagné en tout temps par son maître ou par une personne qui en est responsable.
  • L’animal et son maître ou la personne qui en est responsable ne doivent entrer en contact avec aucun autre résident.
  • L’animal ne peut pas passer la nuit dans l’établissement.
  • Dans les aires publiques, l’animal doit être tenu en laisse ou en cage.
  • L’animal doit être propre et n’avoir aucune plaie ouverte.
  • Le carnet de vaccination de l’animal doit être à jour.
  • L’animal doit avoir un bon comportement.
  • Le maître ou la personne responsable de l’animal doit nettoyer les excréments et l’urine de l’animal.
  • Si des articles (ex. la literie) sont salis, en aviser le personnel.
  • L’animal ne peut pas entrer dans les aires de préparation des aliments ni dans la salle à manger commune lors des repas.
  • Le résident doit se laver ou se désinfecter les mains après le départ de l’animal.

La loi exige que ces personnes se soumettent à un isolement volontaire de 14 jours à Whitehorse à leur arrivée au Yukon. Si elles souhaitent rendre visite à un résident d’un établissement de soins prolongés avant la fin de leur période d’isolement volontaire, elles peuvent demander une dérogation. Pour ce faire, elles doivent remplir et envoyer une demande de plan alternatif d’isolement volontaire.

La décision définitive concernant ces demandes sera prise par le ministre des Services aux collectivités du gouvernement du Yukon, après consultation du médecin hygiéniste en chef du Yukon. Cette procédure a pour but de veiller à la sécurité et à la santé des Yukonnais.

Si le plan alternatif est approuvé, l’établissement de soins prolongés transmettra aux personnes en question une lettre contenant des précisions sur la visite.