Conférence des premiers ministres de l’Ouest : l’abordabilité, la prospérité économique et un avenir sûr sont mis de l’avant

Western Premiers' Conference 2024

WHITEHORSE (YUKON) – Les premiers ministres et la première ministre des provinces de l’Ouest et des territoires se sont rencontrés pour discuter de priorités communes et de mesures concertées visant à renforcer les fondements d’une croissance économique durable dans l’ensemble de la région et à améliorer la qualité de vie de leurs populations.

Abordabilité

Ils ont exprimé leur grande préoccupation quant aux effets de l’inflation, des taux d’intérêt élevés et de la hausse du prix des aliments. Des inquiétudes ont également été soulevées quant au coût et à la disponibilité des logements. Les mesures prises par leur administration respective en matière d’abordabilité – comme le soutien aux personnes les plus vulnérables – ont fait partie des discussions. L’engagement du gouvernement fédéral à financer des programmes alimentaires dans les écoles provinciales et territoriales a lui aussi été discuté. Les premiers ministres et la première ministre ont convenu que, pour que ce financement s’harmonise avec leurs programmes et priorités, le gouvernement fédéral devait s’engager à mener de véritables consultations. Ce n’est que de cette manière que les élèves recevront les soutiens qui leur permettront d’atteindre leur potentiel d’apprentissage.

Ils ont également discuté des possibilités d’améliorer les chaînes d’approvisionnement et ont insisté sur la nécessité pour le gouvernement fédéral de collaborer de façon significative avec les provinces et les territoires pour trouver des solutions visant à réduire le coût des aliments, à donner du répit à la population et à stimuler l’économie. Alors même que l’Ouest canadien se prépare à faire face à une autre année de sécheresse et de feux de forêt, il est clair que l’aide du gouvernement fédéral sera nécessaire, tant pour fournir un soutien rapide au secteur agricole que pour alléger les pressions financières sur la production alimentaire.

Les administrations de l’Ouest s’efforcent de relever leurs propres défis en matière de logement, en augmentant l’offre et en réduisant les coûts. Bien que les premiers ministres et la première ministre reconnaissent les efforts déployés par le fédéral, ils sont d’avis qu’une plus grande collaboration est nécessaire. Les discussions ont porté sur les politiques fédérales récemment annoncées et sur le fait que, pour s’assurer que les nouveaux fonds appuient les investissements continus des provinces et des territoires, le gouvernement fédéral doit faire preuve d’un engagement substantiel. Les provinces et territoires sont les plus à même de pouvoir répondre adéquatement aux besoins de leurs populations.

Les premiers ministres et la première ministre ont discuté de leurs préoccupations concernant les programmes mis en place ou améliorés grâce au financement fédéral qui ne sont pas assortis d’engagements de financement à long terme visant à soutenir les priorités provinciales et territoriales et à affronter les défis liés à l’abordabilité. Le financement fédéral pour les services de garde, qui devrait prendre fin en 2025-2026, en est un exemple. L’interruption de ce financement pourrait causer d’importantes perturbations pour les parents, les fournisseurs et les employeurs de l’Ouest canadien. La collaboration du gouvernement fédéral est impérative afin de renouveler ce partenariat à temps et d’assurer un soutien adapté, souple et à long terme.

Prospérité économique et réconciliation économique avec les Autochtones

Les premiers ministres et la première ministre ont discuté du potentiel de croissance nationale des infrastructures qui relient les administrations provinciales et territoriales entre elles, mais aussi au reste du Canada et du monde.

L’Ouest canadien est un important moteur économique pour le Canada. Les premiers ministres et la première ministre demandent au gouvernement fédéral de veiller à ce que l’Ouest canadien reçoive sa juste part des fonds fédéraux pour des projets d’infrastructure et de développement économique.

Il est important de maintenir l’accès aux marchés internationaux; en soutenant les infrastructures et les services pour maximiser la valeur des biens produits par les provinces et les territoires. L’amélioration des infrastructures de transport aidera à résoudre l’actuelle crise de l’abordabilité qui touche l’ensemble de la population canadienne, favorisera la sécurité dans l’Arctique et améliorera la compétitivité de l’Ouest canadien à l’international. Les premiers ministres et la première ministre ont discuté des travaux en cours dans les provinces et territoires de l’Ouest pour renforcer les corridors économiques et ont convenu de poursuivre leurs efforts communs à l’amélioration de la collaboration entre leur administration respective.

Les premiers ministres et la première ministre ont exprimé leur déception quant à l’absence d’un nouveau programme dans le budget fédéral de 2024 pour succéder au Programme d’infrastructure Investir dans le Canada. Ils ont réitéré la nécessité d’un financement fédéral souple, prévisible et à long terme pour les projets d’infrastructures, et dont le montant de base serait bonifié d’un montant proportionnel à la population. Ils demandent également au gouvernement fédéral d’appuyer les investissements dans les infrastructures stratégiques, notamment par le renouvellement et l’expansion du Fonds national des corridors commerciaux.

Dans l’Ouest canadien, la consultation et la participation des Autochtones sont essentielles pour faire progresser les projets d’infrastructure stratégique. Elles sont également essentielles à la création de nouveaux débouchés économiques dans divers secteurs. Les gouvernements provinciaux et territoriaux peuvent soutenir la réconciliation en maximisant les avantages de ces investissements pour les communautés autochtones.

En matière de développement économique, les premiers ministres et la première ministre reconnaissent l’importance de partenariats solides entre les groupes autochtones et le secteur privé. Ils ont discuté de mesures de soutien qui favorisent l’équité, de possibilités d’investissement et de participation significative à des projets qui répondent à des priorités et à des intérêts communs. Le gouvernement fédéral est invité à hâter le lancement du Programme de garantie de prêts pour les Autochtones et de collaborer avec les provinces et les territoires pour l’harmoniser avec les initiatives existantes pour le rendre réellement complémentaire.

La prospérité future du Canada repose sur une main-d’œuvre qualifiée qui peut s’adapter aux changements du marché du travail. Les premiers ministres et la première ministre ont exprimé leur mécontentement à l’égard de la décision du gouvernement fédéral de réduire le financement des ententes de transfert relatives au marché du travail de 625 millions de dollars. Cette réduction aura des répercussions négatives sur l’ensemble de la population canadienne.

Sécurité énergétique et électrification

Les premiers ministres et la première ministre accordent une importance particulière à la sécurité énergétique et aux investissements dans la production et la distribution d’énergie propre pour lutter contre les changements climatiques. L’Ouest canadien produit et exporte déjà de l’énergie et des ressources selon des normes de durabilité et d’éthique élevées.

Il faut en faire plus pour mieux exploiter les ressources énergétiques de l’Ouest canadien, y compris les hydrocarbures, le gaz naturel liquéfié, l’uranium et l’hydroélectricité, ainsi que les nouvelles possibilités comme l’hydrogène, les biocarburants, les petits réacteurs modulaires et les minéraux critiques. Les provinces et les territoires travaillent au développement d’infrastructures énergétiques et à l’électrification pour relier leurs collectivités, pour alimenter les secteurs industriels et pour mettre en marché de nouveaux produits énergétiques. Pour assurer leur réussite, il est impératif que le gouvernement fédéral prévoie de nouveaux financements et améliore sa façon de collaborer avec les provinces et territoires. Il faut également que le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux travaillent de façon constructive pour renforcer les conditions de financement de ces projets vitaux.

Pour réduire leurs émissions et répondre à la demande croissante en énergie, de plus en plus de pays se tournent vers des sources d’énergie à faible émission de carbone. Le Canada est un chef de file mondial dans le domaine des technologies de réduction des émissions et dispose des ressources énergétiques pour se positionner comme un important fournisseur d’énergie dans un monde où l’on souhaite atteindre la carboneutralité. Les premiers ministres et la première ministre ont réitéré leur souhait que le gouvernement fédéral examine les résultats d’atténuation transférés à l’échelle internationale en vertu de l’article 6 de l’Accord de Paris, et fasse en sorte que les gouvernements provinciaux et territoriaux, ainsi que les entreprises reçoivent des crédits pour les réductions résultant de produits provenant de leur territoire.

Les premiers ministres et la première ministre exhortent le gouvernement fédéral à travailler en collaboration pour atteindre les cibles climatiques et énergétiques, et pour que les politiques climatiques fédérales respectent les mesures précoces et soutenues des provinces et territoires dans ces domaines. Le gouvernement fédéral doit agir rapidement pour faire avancer le développement du cadre législatif relatif aux nouveaux crédits d’impôt à l’investissement propre déjà annoncés, tout en augmentant la flexibilité de ces incitatifs afin de maximiser le potentiel d’investissement. Il faut notamment élargir l’admissibilité au crédit d’impôt à l’investissement dans les technologies propres pour y inclure les lignes de distribution intraprovinciales et assouplir les critères d’admissibilité au crédit d’impôt à l’investissement dans le captage, l’utilisation et le stockage du carbone aux projets de récupération assistée du pétrole et à d’autres projets novateurs qui faciliteront l’avancement de la technologie canadienne et sa commercialisation. Le gouvernement fédéral doit également reconnaître que les mesures fiscales ne suffisent pas à elles seules à soutenir les infrastructures énergétiques nécessaires dans les régions nordiques.

En raison de la hausse des prix de l’énergie à l’échelle mondiale, les premiers ministres et la première ministre craignent encore que la taxe sur le carbone ne soit pas équitable pour tous les Canadiens et toutes les Canadiennes. Ils ont également discuté des répercussions du Règlement sur l’électricité propre, du Règlement sur les combustibles propres et du plafond d’émissions proposé pour le pétrole et le gaz. Ils s’entendent pour dire que les politiques et les programmes fédéraux devraient être mis en œuvre de façon juste, souple et équitable afin de tenir compte des différences régionales.

Les premiers ministres et la première ministre ont pris l’engagement de protéger l’environnement et de favoriser la participation et la consultation des Autochtones sur la question de l’énergie. Tout en respectant les principes environnementaux, sociaux et de gouvernance qui caractérisent les produits énergétiques canadiens, il est essentiel que les grands projets soient terminés sans délai et que le gouvernement fédéral accélère les processus d’examen. Ils demandent au gouvernement fédéral de collaborer avec les provinces et les territoires pour veiller à ce que les régimes d’évaluation et de réglementation du Canada respectent les champs de compétence et soient efficaces, responsables et concurrentiels à l’échelle mondiale.

Relations Canada–États-Unis

Le Canada et les États-Unis entretiennent depuis longtemps des relations mutuellement avantageuses qui favorisent la prospérité et la sécurité des deux pays. Le Canada et les États-Unis ont des économies fortement interreliées et entretiennent l’une des plus importantes relations commerciales au monde, étayée par l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM). L’ACEUM offre un environnement commercial stable, prévisible et transparent, et rend les deux pays plus résilients et concurrentiels à l’échelle mondiale. Les premiers ministres et la première ministre sont optimistes quant au fait que l’examen prochain de l’ACEUM, en 2026, pourra renforcer encore davantage les relations commerciales en Amérique du Nord.

Les premiers ministres et la première ministre ont fait part de leurs points de vue sur les efforts actuels visant à améliorer les relations avec leurs homologues américains. Ils ont souligné l’importance de défendre les intérêts provinciaux et territoriaux auprès des décideurs fédéraux et des États américains, ainsi qu’auprès des acteurs de l’industrie et des entreprises américaines. Ils encouragent le gouvernement fédéral canadien à tenir compte des priorités provinciales et territoriales dans ses échanges avec ses partenaires américains.

Sécurité publique

Les premiers ministres et la première ministre ont pris l’engagement d’améliorer la sécurité dans les collectivités et prennent des mesures pour veiller à ce que leurs populations soient protégées contre les contrevenants, en particulier les récidivistes violents et les trafiquants de drogues. Les modifications au Code criminel adoptées par le gouvernement fédéral en décembre dernier en vue de renforcer le système de mise en liberté sous caution constituaient une première étape, mais il reste encore beaucoup à faire.

De nombreuses personnes détenues dans les centres correctionnels souffrent de problèmes liés à l’usage de substances et de troubles de santé mentale. Les premiers ministres et la première ministre demandent au gouvernement fédéral d’en faire plus pour le système correctionnel, pour le système de mise en liberté sous caution, pour l’amélioration du soutien à la réinsertion et pour la lutte contre les causes sous-jacentes qui contribuent à la récidive. Ils ont souligné des approches novatrices, comme le programme ReVOII (programme d’intervention en cas de récidive avec violence) de la Colombie-Britannique qui consiste en la surveillance et au contrôle d’un petit nombre de récidivistes. Les résultats de ce programme sont déjà prometteurs. Ils ont également parlé de l’approche de l’Alberta qui a mis en place des unités de traitement dans les établissements correctionnels provinciaux, où le personnel travaille en collaboration avec des thérapeutes.

Préparation et intervention en situation d’urgence

Les premiers ministres et la première ministre ont exprimé leur gratitude envers les équipes d’intervention d’urgence pour leurs constantes et importantes contributions. La fréquence et la gravité des catastrophes naturelles et des phénomènes météorologiques s’intensifient. Ils ont convenu que la préparation et l’intervention en cas de situation d’urgence sont essentielles pour outiller dès maintenant les collectivités et accroître leur résilience.

Ils s’engagent à se soutenir mutuellement en cas de feux de forêt, de sécheresses et d’inondations en fournissant des ressources de lutte contre les catastrophes naturelles et un soutien en matière de gestion des urgences et d’évacuation. Ils ont également exprimé leur reconnaissance envers les Forces armées canadiennes pour leur soutien. Ils ont exhorté le gouvernement fédéral à fournir les ressources appropriées aux Forces armées canadiennes et à veiller à ce que les membres reçoivent une formation polyvalente en matière d’intervention en cas de feux de forêt et d’inondation, ce qui permettrait de déployer des ressources supplémentaires lors de moments critiques.

Les premiers ministres et la première ministre demandent au gouvernement fédéral de respecter ses engagements financiers publics en matière de prévention et d’intervention en cas de situation d’urgence.

Alors que le gouvernement fédéral travaille à la modernisation des Accords d’aide financière en cas de catastrophe, il est essentiel de poursuivre une étroite collaboration avec les provinces et les territoires à cet égard. Les ententes renouvelées doivent fournir aux provinces et aux territoires un soutien rapide, accessible, souple, adéquat et culturellement adapté. Le nouveau programme ne doit pas transférer de risques et de coûts supplémentaires aux provinces et aux territoires et doit prévoir suffisamment de temps pour que les programmes provinciaux et territoriaux existants s’harmonisent aux nouveaux paramètres fédéraux.

Réunion de 2025 de la Conférence des premiers ministres de l’Ouest

La prochaine réunion de la Conférence des premiers ministres de l’Ouest aura lieu en 2025 aux Territoires du Nord-Ouest.

 

Renseignements 

Laura Seeley
Communications
Conseil des ministres
Gouvernement du Yukon
867-332-7627
[email protected] 

Numéro du communiqué: 
24-264