Déclaration de la ministre McLean sur la campagne des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le genre

La ministre responsable de la Direction de la condition féminine et de l’équité des genres, Jeanie McLean, a fait la déclaration suivante :

« La campagne des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le genre a débuté le 25 novembre cette année. Cette campagne annuelle, déployée à l’échelle internationale et partout au Canada, y compris au Yukon, met en lumière les efforts collectifs d’un grand nombre d’organisations et de personnes pour mettre fin à la violence fondée sur le genre. En tant que ministre responsable de la Direction de la condition féminine et de l’équité des genres, je suis incroyablement émue et inspirée par le travail à cet égard que tant de personnes accomplissent dans notre territoire. Mes remerciements vont à ceux et celles qui fournissent des services de première ligne aux victimes de violence fondée sur le genre, notamment Queer Yukon, les organisations de femmes et de femmes autochtones, les maisons de transition, les premiers intervenants et le personnel médical. Ces groupes travaillent sans relâche et offrent une bouée de sauvetage aux femmes, aux filles et aux personnes 2ELGBTQIA+ en quête de sécurité.

« Pour la première fois au Yukon, nous avons l’honneur de soutenir la campagne en illuminant de mauve – la couleur de la campagne – l’édifice Jim-Smith et la maison Taylor. Il s’agit d’un geste modeste mais visible pour sensibiliser le public à la campagne des 16 jours qui se déroule chez nous. Ce geste permet également d’exprimer notre solidarité envers les nombreuses organisations yukonnaises qui s’efforcent de mettre fin à la violence fondée sur le genre; c’est aussi une façon de montrer notre engagement à l’égard de nos initiatives connexes, dont la Stratégie du Yukon sur les femmes, les filles et les personnes bispirituelles+ autochtones disparues et assassinées, le Plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe, ainsi que l’équipe d’intervention en cas d’agression à caractère sexuel.

« Nous menons ce travail en raison de la dure réalité à laquelle nous faisons face. La violence fondée sur le genre reste l’une des violations des droits de la personne les plus répandues de notre époque. Nous devons agir maintenant pour changer la donne.

« Au Canada, on estime qu’une femme sur quatre subira de la violence physique ou sexuelle au cours de sa vie. Les taux de violence fondée sur le genre que subissent les personnes 2ELGBTQIA+, et plus particulièrement les personnes transgenres, non binaires et bispirituelles+, sont alarmants. D’autres facteurs identitaires, tels que la race et le statut économique, peuvent faire augmenter encore plus ces taux. Les femmes noires et autochtones, de même que les personnes transgenres de couleur, doivent se battre contre la transphobie, le racisme et la misogynie, et sont confrontées à des taux de violence sexiste parmi les plus élevés au monde. L’impact dévastateur de la colonisation est indéniable au regard de la violence faite aux femmes, aux filles et aux personnes bispirituelles+ autochtones.

« La violence fondée sur le genre est beaucoup trop fréquente et n’est pas toujours facile à reconnaître. En effet, elle revêt de nombreuses formes, notamment physique, émotionnelle, financière ou sexuelle, et inclut des comportements tels que les injures, la traque, le harcèlement, le contrôle, la coercition, les menaces et la manipulation. Nous devons apprendre à la repérer et à la nommer en tant que telle.

« Toutes les formes de violence fondée sur le genre sont inacceptables. Nous pouvons tous et toutes contribuer à mettre fin à cette violence pour ainsi créer un Yukon plus sûr. Je vous invite à consulter le site End Violence Yukon pour obtenir la liste complète des activités qui vous permettront d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour lutter contre la violence fondée sur le genre, assurer votre propre sécurité et soutenir les victimes.

« Si vous êtes victime de violence fondée sur le genre, sachez que vous n’êtes pas seul·e. Ce que vous vivez n’est pas de votre faute et vous pouvez obtenir de l’aide. Voici quelques ressources offertes au Yukon :

Équipe d’intervention en cas d’agression à caractère sexuel

L’équipe d’intervention en cas d’agression à caractère sexuel offre un réseau de services sûrs, confidentiels et axés sur vos besoins et vos décisions.

Ligne de soutien accessible 24 heures sur 24 : 1-844-967-7275.

Maison de transition pour femmes « Women’s Transition Home » (womenstransitionhome.ca)

Maison de transition pour femmes « Kaushee’s Place »

Ligne de soutien accessible 24 heures sur 24 : 867-668-5733

Ressources – Refuge pour femmes « Dawson Women's Shelter »

Dawson Women's Shelter

Ligne de soutien accessible 24 heures sur 24 : 867-993-5086

Refuges pour femmes | Gouvernement du Yukon

Refuge « Help and Hope for Families » de Watson Lake

Ligne de soutien accessible 24 heures sur 24 : 867-536-7233

Association canadienne pour la santé mentale – Division du Yukon

Ligne d’écoute : 1-844-533-3030

De 10 h à 2 h, sept jours sur sept, y compris les jours fériés

Intervenante pour la défense des femmes – Victoria Faulkner Women’s Centre

Services en français sur demande

867-667-2693 

Conseils juridiques pour les femmes – Skookum Jim Friendship Centre

« Une liste complète de ressources est disponible sur le site End Violence Yukon.

« Si vous avez été victime de violence fondée sur le genre, vous pouvez le signaler à la GRC. Le personnel des Services aux victimes, de la Women’s Transition Home, du Victoria Faulkner Women’s Centre et de nombreux autres organismes de services peut aussi vous venir en aide. »

Renseignements 

Renée Francoeur
Communications
Conseil des ministres
867-334-9194
renee.francoeur@yukon.ca

Numéro du communiqué: 
23-506