Que puis-je faire pour améliorer la qualité de l’air?

  • Réduire les émissions de fumée de chauffage au bois à la maison
  • Réduire le temps de marche au ralenti des véhicules
  1. Réduire les émissions de fumée de chauffage au bois à la maison

    Améliorez la qualité de l’air à l’intérieur et à l’extérieur de votre maison en suivant ces conseils sur le chauffage au bois.

    • Avant de faire un feu, préchauffez votre cheminée en faisant d’abord un petit feu avec du bois d’allumage. Lorsque la cheminée est chaude, l’air circule mieux et la combustion est plus efficace.
    • Ne brûlez que du bois séché, sec et fendu. Pour bien sécher le bois avant de le brûler, fendez-le d’abord, puis empilez-le dans un lieu couvert pendant 6 à 12 mois (y compris les mois d’été).
    • Ne brûlez jamais de bois vert, humide, traité ou peint, de déchets, de plastique, de carton ou de papier glacé ou blanchi. Lorsqu’ils sont brûlés, ces matériaux libèrent des substances toxiques à l’intérieur et à l’extérieur.
    • Rappelez-vous : le feu a besoin d’oxygène. Un feu propre et efficace nécessite une bonne circulation de l’air. Ne surchargez pas votre poêle et ne réduisez pas trop les flammes. Un feu couvant produit davantage de polluants parce que la combustion du bois n’est pas complète.
    • Faites un feu vif pendant 10 à 15 minutes après avoir alimenté le poêle. Ainsi, votre poêle brûlera mieux et produira plus de chaleur pour une même quantité de bois.
    • Après avoir allumé ou alimenté le feu, réduisez progressivement l’apport d’air. Si vous réduisez brusquement l’apport d’air, vous risquez d’étouffer le feu – il prendra du temps à reprendre et produira beaucoup de fumée dans l’intervalle.
    • Vérifiez l’absence d’accumulation de créosote dans votre cheminée. Si vous en constatez, c’est peut-être que votre poêle n’est pas aussi performant qu’il le devrait. Un ramonage régulier permet d’éviter les risques de feu de cheminée.
    • Consultez les conseils pour le chauffage au bois d’Environnement et Changement climatique Canada ou la page d’information Burn Wise de l’Environmental Protection Agency des États-Unis.

    Installer un poêle à bois performant

    • L’installation d’un poêle à bois performant est le meilleur moyen de réduire la pollution. Vérifiez que votre poêle à bois respecte les normes en vigueur de l’Association canadienne de normalisation (ACN) ou de l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis.
    • Les poêles à bois approuvés par l’EPA intègrent des technologies simples qui permettent de brûler la fumée avant qu’elle ne s’échappe par la cheminée, ce qui élimine jusqu’à 98 % des émissions de polluants et s’accompagne d’une amélioration du rendement pouvant atteindre 38 %. Une amélioration du rendement de 38 % équivaut à une réduction de 38 % du bois abattu, tronçonné, transporté, empilé et fendu, et à une économie en argent de 38 %!
    • Si vous remplacez votre poêle à bois par un poêle approuvé par l’EPA ou par un poêle à granules à combustion propre approuvé par l’ULC, vous serez admissible à une subvention de 300 $ à 800 $.
    • Consultez le Guide du chauffage au bois résidentiel de Ressources naturelles Canada pour obtenir de plus amples renseignements.
  2. Réduire le temps de marche au ralenti des véhicules
    • Si vous laissez tourner votre moteur au ralenti pendant plus de 10 secondes, votre véhicule consomme plus d’essence et produit plus de dioxyde de carbone que si vous aviez coupé le contact, puis redémarré.
    • Au démarrage, les véhicules modernes ont besoin de 30 secondes tout au plus de marche au ralenti, même à des températures pouvant atteindre -30 °C.
    • Si vous laissez tourner votre moteur au ralenti pendant plus de 30 secondes (sauf s’il fait un froid extrême ou si votre huile est très épaisse), vous risquez d’endommager votre moteur. Un moteur qui tourne au ralenti ne fonctionne pas à sa température optimale et ne brûle pas complètement l’essence. Il se forme alors des résidus qui peuvent se condenser sur la paroi des cylindres, puis contaminer l’huile et endommager les composants du moteur.
    • Si vous laissez tourner votre moteur au ralenti, vous réchauffez seulement celui-ci. Vous ne réchauffez pas les paliers, la direction, la suspension, la boîte de vitesses, ni les pneus. En fait, vous ne pouvez réchauffer ces composants que si le véhicule est en marche.

    Contribuez à améliorer la qualité de l’air en suivant les consignes ci-dessous.

    • S’il fait plus de -30 °C, réchauffez votre moteur pendant 30 secondes tout au plus. Votre moteur a amplement le temps de se réchauffer le temps que vous déglaciez vos vitres, par exemple.
    • S’il fait moins de -30 °C, réchauffez votre moteur pendant 3 minutes tout au plus.
    • Assurez-vous de bien déneiger et dégivrer vos vitres avant de partir.
    • Roulez lentement sur les cinq premiers kilomètres afin que votre moteur se réchauffe.
    • N’utilisez pas le démarrage à distance s’il fait plus de -10 °C.
    • Si vous avez un chauffe-moteur, un chauffe-carter et un chauffe-batterie, les fluides de votre véhicule seront toujours prêts à partir. Jetez un œil à la température du moteur afin de vous assurer que celui-ci ne surchauffe pas.
    • Installez une minuterie qui alimentera votre chauffe-moteur seulement en cas de nécessité. Vous économiserez ainsi jusqu’à 60 % sur les coûts d’alimentation en électricité de votre véhicule.

    Voici quelques conseils pour réduire le temps de marche au ralenti de votre véhicule et pour économiser de l’essence.

    • Évitez les services au volant. Vous économiserez de l’essence et polluerez moins si vous commandez à l’intérieur.
    • Si vous devez faire plusieurs arrêts, coupez le contact si vous vous arrêtez plus de 10 secondes.