Relevé nivométrique de mars : l’accumulation de neige est égale à la normale dans la majeure partie du sud du Yukon, mais supérieure à la normale dans le nord

Le gouvernement du Yukon a rendu public le Bulletin des relevés nivométriques et des prévisions hydrologiques du mois de mars. Selon le relevé nivométrique, l’accumulation de neige dans la majeure partie de la moitié méridionale du territoire est presque équivalente ou légèrement supérieure à la normale, et supérieure à la normale dans la moitié septentrionale du Yukon.

Lorsqu’on la compare à celles des deux années précédentes, l’accumulation de neige est plus près de la normale, et ce, malgré les niveaux supérieurs à la normale dans certaines régions du territoire. Dans l’ensemble, il s’agit de la plus faible accumulation enregistrée en mars depuis 2019.

Selon les estimations, les équivalents en eau de la neige dans les bassins de la rivière Teslin et Stewart et le bassin supérieur du fleuve Yukon sont près de la normale. Les données estimatives de celui de la rivière Alsek sont sous la normale. Le bassin central du fleuve Yukon ainsi que ceux des rivières Stewart, Peel et Porcupine sont supérieurs à la normale. La plus forte accumulation de neige est concentrée autour du bassin inférieur de la rivière White et des régions adjacentes aux bassins inférieurs du fleuve Yukon.

Les débits de base records ou très près des records dans plusieurs réseaux révèlent des niveaux d’eaux souterraines bien supérieurs à la normale dans de nombreuses régions du territoire. Ces conditions, combinées à une accumulation de neige supérieure à la normale, se traduiront par une crue printanière plus importante qu’à l’accoutumée dans les lacs et les rivières du Yukon. De plus, les niveaux d’eaux souterraines élevés combinés à l’accumulation de neige supérieure à la normale augmenteront les risques de glissements de talus et d’inondations localisées dues au ruissellement dans les zones à faible altitude. 

Le relevé nivométrique de mars indique que, lors de la débâcle et de la crue printanière, le risque d’inondation sera équivalent ou légèrement supérieur à la normale dans la majeure partie du territoire. En particulier pour le bassin de la rivière White et le bassin inférieur du fleuve Yukon.

L’accumulation de neige est un facteur de risque pouvant faire augmenter le débit et le niveau de l’eau et provoquer des inondations durant la débâcle et la fonte des neiges printanière. Sont aussi des facteurs déterminants des risques d’inondations, les conditions météorologiques au printemps, le moment et la progression de la fonte des neiges ainsi que les précipitations.

En bref 
  • Chaque année, le gouvernement du Yukon procède à des relevés nivométriques en mars, avril et mai afin de prévoir les niveaux et les débits d’eau dans le territoire.

  • Les données du 1er mars nous donnent des indications sur l’évolution de l’accumulation de neige, alors que ceux du 1er avril présentent généralement le niveau maximal de l’accumulation de neige.

  • Le Bulletin des relevés nivométriques et des prévisions hydrologiques présente un sommaire des conditions météorologiques et hydrologiques hivernales dans les principaux bassins hydrographiques du territoire.

  • On y présente les moyennes nivologiques à long terme des données mensuelles ainsi que des mesures à jour de l’épaisseur de la couche de neige et de son équivalent en eau. Ces données proviennent de 52 stations situées au Yukon et 5 dans les régions avoisinantes (Colombie-Britannique et Alaska).

  • L’équivalent en eau de la neige est la quantité d’eau libérée par la neige accumulée durant la fonte printanière.

  • La crue, ou la crue printanière, se produit lorsque le niveau d’eau des lacs et des rivières monte et atteint un sommet en conséquence de la fonte des neiges printanière. Elle peut durer plusieurs semaines.

Renseignements 

Jake Wilson
Analyste des communications
Environnement
867-334-8390
[email protected]

 

Numéro du communiqué: 
23-063