Voir ou emprunter une exposition d’Archives Yukon

  • Voir nos expositions
  • Emprunter des expositions
  1. Emprunter des expositions

    Archives Yukon peut prêter à des organismes et à des établissements diverses expositions portant sur des sujets variés.

    On trouvera sur le présent site la liste des expositions offertes, ainsi qu’une description de leur contenu et de leur format; on peut aussi les voir en personne à Archives Yukon, dans la salle de référence et au bureau de l’administration, durant les heures normales d’ouverture.

    Toutes les expositions comprennent du texte, des reproductions de photos historiques avec légendes et des reproductions de documents d’archives.

    Il est possible d’emprunter les expositions pour une période allant jusqu’à trois mois.

    Archives Yukon assume les frais d’envoi des expositions, mais les frais d’expédition de retour sont à la charge des emprunteurs.

    Communiquez avec nous par courriel à l’adresse yukon.archives@gov.yk.ca ou par téléphone au 867-667-8061 pour :

    • emprunter une exposition;
    • avoir des précisions sur l’installation des expositions et le matériel requis.

    Format des expositions

    Les expositions sont présentées de trois façons :

    Panneaux en cartomousse

    Les éléments faisant partie de l’exposition sont installés sur des panneaux en cartomousse. Le dos des panneaux peut être de trois types et déterminera la façon de les exposer.

    Velcro :

    • Les panneaux doivent être fixés sur un carton doublure (non fourni) à l’aide des bandes Velcro.
    • Mais ils peuvent aussi être posés à plat sur une table.

    Ficelle :

    • Ces panneaux peuvent être suspendus. 

    Style galerie :

    • Deux trous sont percés au dos des panneaux pour qu’on puisse les accrocher au mur. Il faut se procurer le matériel nécessaire.

    Panneaux laminés

    Ces panneaux sont composés de feuilles laminées munies, au verso, de bandes Velcro qui doivent être fixées sur un carton doublure.

    Panneaux autoportés

    Ces panneaux reposent sur une base, se déroulent verticalement et sont maintenus en place par un poteau; certains sont fixés entre quelques poteaux qui les maintiennent à la verticale.

    Description des expositions

    Un récit palpitant : la Ruée vers l’or du Klondike

    Cette exposition nous fait revivre la découverte des premières pépites d’or au Yukon et l’afflux subséquent de prospecteurs qui ont envahi les champs aurifères afin de jalonner une concession. Si certains prospecteurs sont devenus millionnaires du jour au lendemain, nombre d’autres n’ont connu que de rudes épreuves. La transformation des lieux engendrée par la ruée vers l’or a eu une incidence majeure sur les communautés autochtones, et celles-ci se sont adaptées de diverses façons aux changements qui ont bouleversé leur mode de vie traditionnel. Les photos dépeignent des scènes évoquant l’éloignement et la solitude dans le Klondike.

    • Format : Cartomousse, 74 éléments.
    • Voir la version en ligne de cette exposition

    L’art de l’ordinaire : la photographie amateur [photos « vernaculaires »]

    Les photos de cette exposition ont été choisies à partir de nombreux albums de photos du Yukon prises par des amateurs et des mordus de la photo. La photographie vernaculaire est tout ce que la photographie artistique n’est pas – ordinaire, à la portée de tous, des images de tous les jours. Ces bizarreries tirées des archives montrent des trésors cachés que le conservateur de l’exposition a voulu présenter pour leur côté émouvant et fantaisiste.

    • Format : Panneaux en acrylique et photos, 1 boîte.

    La route de l’Alaska : une perspective yukonnaise

    Cette exposition comprend des photos illustrant une facette importante de l’histoire du Yukon.

    • Format : Cartomousse, 64 éléments.
    • Voir la version en ligne de cette exposition (en anglais).

    La face cachée de l’histoire – L’histoire des Asiatiques au Yukon

    À partir de données démographiques, d’articles de journaux et de photos, cette exposition nous fait découvrir l’histoire des Asiatiques qui ont immigré dans la région du Klondike au XXe siècle. Parmi les sujets abordés, notons :

    • les répercussions de la Deuxième Guerre mondiale sur les populations asiatiques au Yukon;
    • la discrimination à laquelle ont dû faire face les premiers immigrants;
    • les questions d’égalité entre les citoyens.
      • Format : 3 panneaux autoportés.
      • Bilingue.
      • Voir la version en ligne de cette exposition.

    La face cachée de l’histoire – L’histoire des Noirs au Yukon

    Cette exposition illustre l’histoire des Noirs au Yukon : l’arrivée d’une petite population au milieu du XIXe siècle, l’époque de la Ruée vers l’or du Klondike et la construction de la route de l’Alaska, qui offrait des perspectives prometteuses pour les entrepreneurs, peu importe leur race ou statut social. Des profils de personnages particuliers sont présentés dans le contexte d’événements historiques.

    • Format : 3 panneaux autoportés.
    • Bilingue.
    • Voir la version en ligne de cette exposition.

    Cartes routières du Klondike

    Cette exposition s’appuie sur la théorie postmoderne pour analyser les motifs cachés derrière la production de cartes, particulièrement ceux qui ont amené des chambres de commerce et des entreprises de transport à avoir recours à des stratagèmes retors, comme indiquer des villes qui n’existaient pas encore et éliminer entièrement des états et des provinces, pour illustrer les trajets censés être les plus sûrs et les plus rapides pour se rendre au Yukon à l’époque de la Ruée vers l’or du Klondike.

    • Format : Cartomousse, 22 éléments, cartes et panneaux contenant du texte.

    Kwänlin/Whitehorse

    Cette exposition permet de faire le lien entre le développement de la région de Whitehorse et le fleuve Yukon à compter des années 1880, époque à laquelle le canyon et ses rapides étaient connus par les Autochtones sous le nom de Kwänlin (eau qui coule entre les rochers).

    Elle retrace l’histoire de la Ruée vers l’or du Klondike et le déclin de population subséquent dans les années 1920, puis l’accession de Whitehorse comme capitale du Yukon durant les années 1950 et 1960, caractérisées par une grande effervescence. Le secteur riverain a commencé à se développer, ce qui a favorisé la tenue de festivals et d’activités récréatives. Au cours des dernières années, la mise en valeur du secteur riverain s’est poursuivie, mais non sans controverse.

    • Format : Panneaux laminés (3 pi x 5 pi).
    • Bilingue.

    Lanterne magique : Les champs aurifères canadiens selon Martha Louise

    Cette exposition présente divers événements de la vie d’une femme extraordinaire. La collection comprend des reproductions de ses diapositives sur verre colorées à la main prises dans le Klondike au début des années 1900. Les diapositives reflètent les récits présentés dans l’autobiographie de Mme Black. Elles montrent des fleurs sauvages, des scènes de chasse, des paysages, des animaux sauvages et des jardins, et servaient à illustrer le « mythe du Yukon » durant les conférences qu’elle donnait en Amérique du Nord et en Angleterre.

    • Format : Éléments de cartomousse, 20 photos, panneaux avec légendes des photos.

    La famille Phillpotts, toujours prête à rendre service

    Cette exposition raconte la vie du révérend Joshua Phillpotts et de sa femme, Yvonne, qui ont quitté la Jamaïque avec leurs trois jeunes enfants pour s’installer à Watson Lake, en juillet 1965. Le révérend Phillpotts a été ministre du culte à Watson Lake et visitait d’autres collectivités yukonnaises pour accomplir des tâches liées au culte et faire du bénévolat. Yvonne a travaillé comme infirmière et comme sage-femme à l’hôpital de Watson Lake.

    • Format : 1 panneau autoporté.

    Les policiers autochtones

    Au moyen de photos, de documents historiques et de récits oraux, cette exposition retrace l’histoire des gendarmes auxiliaires autochtones venant de diverses collectivités du Yukon qui ont travaillé pour la Police à cheval du Nord-Ouest et la Gendarmerie royale du Canada, depuis l’époque de la Ruée vers l’or du Klondike jusqu’aux années 1990.

    • Format : Cartomousse, 254 éléments.

    Visites royales au Yukon

    Le Yukon a accueilli de nombreuses fois des membres de la famille royale depuis le couronnement de Sa Majesté la reine Elizabeth II. Cette exposition fait revivre certaines de ces visites royales qui ont marqué l’histoire du territoire.

    • Format : Cartomousse, 47 éléments.

    Les bateaux à aubes du Yukon

    À l’aide de photos, cette exposition reconstitue l’histoire des bateaux à aube et souligne le rôle qu’ils ont joué dans le développement économique du territoire et l’essor de ses collectivités.

    • Format : 3 panneaux autoportés pour la version anglaise et 3 autres pour la version française (même texte).
    • Bilingue.
    • Voir la version en ligne de cette exposition.

    Togo Takamatsu, aventurier à l’esprit d’initiative

    Cette exposition donne un aperçu de la vie qu’a menée Togo (Tommy) Takamatsu. Né au Japon en 1875, Togo est arrivé à Carcross en 1920, où il a travaillé brièvement pour la White Pass & Yukon Route, jusqu’à ce qu’un accident l’oblige à changer de vie. Togo s’est marié et a élevé sa famille dans une cabane près de Ten Mile.

    • Format : 1 panneau autoporté

    L’appel du Nord : la famille Hunter

    Lucile et Charles Hunter sont arrivés au Klondike en 1897 par la piste Stikine, une voie particulièrement difficile. Ils étaient parmi les rares Noirs à s’aventurer au Nord. Ils ont jalonné des concessions au ruisseau Bonanza en 1898 et exploité un restaurant à Grand Forks.

    • Format : 1 panneau autoporté

    L’appel du Nord : la famille Morgan

    Reita et Dudley Morgan ont quitté la Jamaïque pour venir faire carrière et satisfaire leur goût de l’aventure au Canada. Ils formaient une équipe solide et ont grandement contribué à l’essor des collectivités où ils ont vécu au Canada et dans leur pays d’origine, en même temps qu’ils élevaient leur fils. Ils ont tous deux obtenu une maîtrise en travail social. Ils se sont enracinés dans le Nord et ont fait du bénévolat au sein de nombreux organismes.

    • Format : 1 panneau autoporté

    L’appel du Nord : Socorro Alfonso

    Née aux Philippines en 1950, Socorro a traversé la moitié de la planète pour venir s’établir au Yukon. Son nom veut dire « aide » en espagnol. Sa vie a été consacrée à prendre soin des gens, quel que soit leur âge. Arrivée au Yukon en 1986, elle a travaillé comme bonne d’enfants dans plusieurs familles de Whitehorse.

    • Format : 1 panneau autoporté

    L’appel du Nord : Yoshikazu Tsukamoto

    Yoshikazu (Joe) Tsukamoto est né à New Westminster, en Colombie-Britannique, en 1925. Après le décès de sa mère, son père a amené toute la famille vivre au Japon. En 1941, il est revenu au Canada, où il a entrepris une longue carrière dans le domaine de l’agriculture. Il est arrivé au Yukon en 1954 pour travailler à la ferme expérimentale et faire des recherches sur l’agriculture en milieu nordique, le premier agronome spécialisé en la matière au Canada.

    • Format : 1 panneau autoporté

    Les archives, qu’est-ce que c’est?

    Cette exposition, qui reconstruit l’histoire des archives, décrit le rôle des services d’archives et des archivistes dans la société, et permet de se familiariser avec les ressources et les services offerts par les services d’archives :

    • services documentaires;
    • ressources généalogiques;
    • cartes;
    • journaux intimes;
    • photos;
    • journaux;
    • films;
    • enregistrements vidéo;
    • etc.

    Apprenez de quelle façon vous pouvez accéder aux documents rares et précieux conservés aux Archives du Yukon.

    • Format : 4 panneaux autoportés

    L'hiver

    Le climat hivernal façonne le mode de vie des gens. Les Yukonnais ont non seulement trouvé diverses façons de s’adapter aux défis de l’hiver, mais ils y trouvent également une source d’inspiration. Ils expriment leur créativité d’innombrables manières, notamment par la sculpture sur neige, la narration de récits ou la fabrication de raquettes. Cette exposition décrit quelques-unes des activités récréatives auxquelles s’adonnent les Yukonnais durant la longue saison hivernale.

    • Format : 4 panneaux autoportés
    • Bilingue
    • Voir la version en ligne de cette exposition.

    Le Yukon et la Première Guerre mondiale

    Lorsque la Grande-Bretagne a déclaré la guerre à l’Allemagne le 4 août 1914, le Canada, en tant que colonie britannique, se retrouvait lui aussi en guerre. Les Yukonnais étaient fiers d’avoir participé à l’effort de guerre, mais ce fut à un prix astronomique. Le territoire avait beaucoup changé entre le début et la fin de la guerre en 1918.

    • Format : 5 panneaux autoportés
    • Bilingue.

    La note francophone du Yukon

    Les pionniers francophones ont toujours joué un rôle important dans les collectivités yukonnaises. Avant l’époque de la Ruée vers l’or du Klondike, les coureurs des bois francophones et métis étaient les rouages fondamentaux du commerce des fourrures. Les pionniers francophones ont beaucoup participé à la vie religieuse et à la vie parlementaire du territoire. Encore de nos jours, il y a une communauté francophone fort dynamique au Yukon, et elle continue de faire vivre sa culture et sa langue dans le cadre de festivals, dans les écoles et par la musique.

    • Format:
      • Version 1 : 12 panneaux autoportés de grande dimension.
      • Version 2 : 12 panneaux autoportés de petite taille.
    • Bilingue.
    • Voir la version en ligne de cette exposition.