Réduire le risque de maladie respiratoire chez les mouflons et les chèvres sauvages

  • Ordonnance de contrôle des moutons et des chèvres
  • Financement et aide
  • Que se passe-t-il si la bactérie M. ovi est détectée chez un mouton ou une chèvre en ma possession?
  • Mises à jour et rapports antérieurs

  1. Ordonnance de contrôle des moutons et des chèvres

    L’ordonnance de contrôle des moutons et des chèvres s’applique aux propriétaires de moutons et de chèvres au Yukon. Cette ordonnance vise à réduire le risque de propagation d’agents pathogènes associés à des maladies respiratoires, principalement la bactérie Mycoplasma ovipneumoniæ (M. ovi), chez les populations sauvages de mouflons et de chèvres. 

    Lire l’ordonnance de contrôle dans son intégralité

    Durée

    L’ordonnance est entrée en vigueur le 1er janvier 2020.

    Elle le restera jusqu’au 31 décembre 2024.

    Exigences de l’ordonnance de contrôle

    Les conditions ci-dessous s’appliquent à toute personne achetant, possédant ou gardant au moins un mouton ou une chèvre, qu’il s’agisse d’animaux domestiques ou d’élevage.

    Les moutons et les chèvres doivent :

    Vous devez :

    Vous enfreignez l’ordonnance de contrôle si :

    • vous ne nous avez pas informés que vous possédiez des moutons ou des chèvres;
    • vous ne vous employez pas activement à respecter ladite ordonnance;
    • vous cessez de respecter les conditions énoncées dans l’ordonnance de contrôle (notamment celles relatives aux clôtures ou aux tests de dépistage des animaux).

    Sanctions

    Tout non-respect de l’ordonnance de contrôle constituera une infraction à la Loi sur la santé des animaux. Si vous êtes reconnu coupable d’une telle infraction, vous êtes passible :

    • d’une amende;
    • d’une peine d’emprisonnement;
    • d’une amende et d’une peine d’emprisonnement.

    Par ailleurs, si vous êtes reconnu coupable d’une infraction, vous pourriez encourir une interdiction de posséder ou de garder des animaux à l’avenir.

    Mises à jour et rappels importants

    • Le gouvernement du Yukon a publié un rapport d’observation sur deux années (de mars 2019 à février 2021).
    • En ce qui concerne la fréquence des tests de dépistage sur chaque ferme, nous nous appuyons sur une évaluation annuelle des risques.
    • Les animaux qui reçoivent un résultat négatif au test de dépistage de la bactérie M. ovi ne sont pas considérés comme « exempts de la maladie ». En effet, la bactérie M. ovi peut survivre chez les moutons et les chèvres sans y être détectée. C’est la raison pour laquelle vous devez effectuer ces tests à plusieurs reprises.
    • Nous continuons de vous proposer gratuitement des visites sur place pour prélever des échantillons et les soumettre à des analyses en laboratoire.
    • Si vous envisagez d’importer des moutons ou des chèvres domestiques, veuillez prendre rendez-vous au plus tôt avec l’équipe de la Section de la santé animale de la Direction de l’agriculture pour revoir avec elle les exigences en matière d’importation et les options de dépistage avant l’importation.
    • Vous n’avez pas besoin de permis pour déplacer, acheter ou vendre des moutons et des chèvres domestiques à l’intérieur du Yukon. Si vous faites entrer des animaux dans votre exploitation :
      • réfléchissez attentivement au risque que cela peut représenter pour votre troupeau;
      • n’oubliez pas de mettre à jour vos dossiers après une vente ou un achat;
      • consignez la date et la provenance de tout animal pénétrant dans votre exploitation (ex. pour des questions de reproduction);
      • mettez en place des mesures de biosécurité rigoureuses.
    • Envisagez des solutions moins risquées pour favoriser la diversité génétique de votre troupeau. L’insémination artificielle est une méthode sûre et pour laquelle aucune restriction n’est imposée; elle permet de renforcer la diversité génétique sans risquer d’introduire la bactérie M. ovi ou d’autres agents pathogènes.

  2. Financement et aide

    Le Partenariat canadien pour l’agriculture propose des aides financières aux exploitants agricoles. Les subventions du Partenariat ont pour but de favoriser la croissance et la prospérité de l’agriculture yukonnaise.


  3. Que se passe-t-il si la bactérie M. ovi est détectée chez un mouton ou une chèvre en ma possession?

    Au Yukon, si la présence de M. ovi est détectée chez un mouton ou une chèvre domestiques :

    • l’animal en question est considéré comme porteur d’un agent pathogène pouvant provoquer une infection des voies respiratoires;
    • la destruction de l’animal est ordonnée, habituellement dans le cadre d’un abattage.

    Le propriétaire de tout animal dont la destruction a été ordonnée ayant respecté l’ordonnance de contrôle aura droit à une compensation financière.

    La présence de M. ovi n’a aucune incidence sur la salubrité de la viande d’un animal touché. Le propriétaire pourra conserver tous les produits issus des animaux abattus.



Renseignements 

Pour toute question à propos des moutons et des chèvres au Yukon, de l’ordonnance de contrôle et de ses exigences, n’hésitez pas à communiquer par courriel ou par téléphone avec la Section de la santé animale ou la Direction de l’agriculture.

Pour joindre la Section de la santé animale, écrivez à animalhealth@yukon.ca, composez le 867-667-5600 ou appelez le 1-800-661-0408, poste 5600 (sans frais au Yukon).

Pour joindre la Direction de l’agriculture, écrivez à agriculture@yukon.ca, composez le 867-667-5838 ou appelez le 1-800-661-0408, poste 5838 (sans frais au Yukon).