Priorités policières du Yukon

  1. Priorités policières du Yukon pour 2020-2021
  2. Priorités policières du Yukon pour 2019-2020

La ministre de la Justice a établi cinq priorités policières pour la division du Yukon de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à partir des travaux réalisés par le Conseil des services policiers et le ministère de la Justice du territoire.


  1. Priorités policières du Yukon pour 2020-2021

    1. Augmenter la collaboration pour accroître la confiance du public

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Confiance –que les membres de la GRC soient visibles et accessibles à la population.
    • Mobilisation en amont –que les membres de la GRC s’emploient à la sensibilisation, à la communication avec des agences partenaires et à une collaboration avec les Premières nations, le tout se traduisant par une véritable mobilisation axée sur les besoins de tous les Yukonnais.
    • Intervention –que les membres de la GRC puissent contribuer à une prise en compte des traumatismes du passé favorisant des interventions policières impartiales, respectueuses et adaptées aux différences culturelles.
    • Mieux-être – que la GRC mette de l’avant des stratégies essentielles en matière d’autogestion de la santé, de santé mentale et de mieux-être pour l’ensemble de ses membres, car les policiers sont exposés à des situations particulièrement éprouvantes et traumatisantes dans l’exercice de leurs fonctions.
    • Sensibilisation et éducation du public – que la GRC contribue à l’éducation de la population au sujet des droits et responsabilités des citoyens dans leurs contacts avec la GRC afin de favoriser la sécurité et l’harmonie lors des interventions. Des séances de formation devraient comprendre de l’information sur la façon de déposer efficacement une plainte ou de formuler des commentaires sur la conduite de la GRC.

    2. Renforcer le soutien aux personnes vulnérables et aux victimes d’actes de violence, et poursuivre la mise en œuvre des services de l’Équipe d’intervention en cas d’agression sexuelle

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Poursuivre la mise en œuvre des services de l’équipe d’intervention en cas d’agression sexuelle dans les collectivités du Yukon, notamment en assurant la formation des membres de la GRC aux premières lignes qui font enquête sur les cas d’agression sexuelle.
    • Renforcer le réseau de soutien en place au Yukon pour les personnes vulnérables en augmentant la coordination et la coopération avec les ministères et les organisations non gouvernementales concernés. Pour y parvenir, adopter une approche reposant sur la gestion de cas ou une « table situationnelle » (dans l’esprit de FOCUS, Forum for Collaboration and United Services).
    • Se rapprocher des jeunes et collaborer avec les partenaires afin de reconnaître et d’augmenter le soutien aux enfants et aux jeunes susceptibles d’être vulnérables à la violence, à l’exploitation des enfants et à l’influence du crime organisé.
    • Instaurer au sein de la GRC une culture favorisant une intervention compatissante qui tient compte des traumatismes des personnes vulnérables et des victimes, qui est nécessaire pour apaiser la tension sous-jacente qui repose sur la crainte et la méfiance à l’endroit de la GRC.

    3. Établir des relations enrichissantes avec les Premières nations, y compris avec les Aînés, et dans toutes les communautés

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Favoriser la communication entre les Premières nations, les membres des collectivités et la GRC pour assurer une prestation de services de police professionnels, dévoués et adaptés aux besoins, traditions et cultures des Premières nations du Yukon.
    • Faire appel à des Premières nations partenaires afin de dégager des priorités policières pertinentes pour chaque communauté participant au Programme des services de police des Premières nations.
    • Inclure les Premières nations dans les processus de présélection de membres de la GRC destinés à servir les communautés, et voir à ce que les nouveaux agents de police reçoivent une orientation adaptée en collaboration avec les Premières nations et les dirigeants et autres intervenants locaux.
    • Aider les membres de tous les détachements de la GRC à apporter leur contribution à la planification en matière de sécurité communautaire entreprise dans leurs collectivités.
    • Affiner le rôle de la GRC dans son travail de maintien de communautés saines et sûres, en parallèle avec d’autres mécanismes de soutien communautaire, comme ceux du programme de police auxiliaire, des agents de sécurité communautaire et du Bureau de la sécurité des collectivités et des quartiers.

    4.    Poursuivre les efforts de répression des crimes graves et liés aux drogues, ainsi que du crime organisé

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Améliorer l’intervention et les enquêtes liées aux crimes violents.
    • Améliorer l’intervention et les enquêtes liées aux crimes dans le territoire ayant un lien avec le commerce de la drogue ou les groupes criminalisés.
    • Travailler en collaboration avec d’autres agences, comme les Services de réglementation de la Ville de Whitehorse, le Bureau de la sécurité des collectivités et des quartiers du Yukon et les services de police des Premières nations pour la mise sur pied d’approches en amont pour lutter contre le crime organisé.

    5. Recourir davantage aux pratiques de justice réparatrice au Yukon

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Nous assurer d’explorer des options de déjudiciarisation avant la mise en accusation dans toutes les collectivités, et du fait que la GRC considère la déjudiciarisation lorsque des mécanismes de soutien communautaires appropriés sont en place.
    • Faire appel en amont à des intervenants du domaine de la justice des Premières nations, de façon à leur permettre de collaborer à des initiatives de justice réparatrice menées par la collectivité.
    • Travailler dans le sens de l’engagement du gouvernement du Yukon visant une augmentation des pratiques de justice réparatrice de l’ordre de cinq pour cent.

     


  2. Priorités policières du Yukon pour 2019-2020

    1. Poser les fondements d’un dispositif policier efficace au Yukon

    Cette priorité repose sur une philosophie policière globale et sous-tend les quatre autres priorités. Il s’agit d’un principe structurant qui sert à guider et à encadrer les principaux rôles et actions des services policiers. Les principaux objectifs se résument comme suit :

    • Garantir la présence, la visibilité et l’accessibilité des membres de la GRC.
    • Instaurer un sentiment de confiance envers la GRC en expliquant mieux le rôle des services policiers au Yukon.
    • Collaborer avec des organismes partenaires et les Premières nations pour une réelle mobilisation autour des besoins de l’ensemble de la population du territoire.
    • Garantir des interventions policières impartiales, respectueuses et adaptées aux différences culturelles, avec prise en compte des traumatismes du passé.
    • Faire en sorte que la GRC poursuive la formation de ses membres pour assurer une intervention adaptée, compatissante et respectueuse, dans toutes les situations, en portant une attention particulière aux cas d’agression sexuelle, de violence conjugale et d’exploitation sexuelle.
    • S’efforcer de recruter des agents de police qui s’intégreront bien dans la collectivité où ils devront travailler.
    • Effectuer un accompagnement ciblé de tous les membres de la GRC en matière de soins autoadministrés et de santé mentale, car nos policiers sont exposés à des situations particulièrement éprouvantes et traumatisantes dans le cadre de leurs fonctions.

    2. Améliorer les activités liées à la prévention, aux enquêtes et à l’application de la loi en ce qui a trait à la violence faite aux femmes

    • Faire en sorte que dans tous les cas d’agression sexuelle et de violence, les enquêtes sont menées avec empathie, compassion et selon des normes élevées.
    • Faire en sorte que l’équipe d’intervention spécialisée poursuive ses activités d’accompagnement, continue de fournir des conseils et mène des enquêtes, le cas échéant, tout en collaborant avec différents organismes.
    • Encourager le développement et la mise en œuvre efficace de l’équipe d’intervention dans les cas d’agression sexuelle.

    3. Agir en amont en matière de crimes graves et de crime organisé

    • Prendre des mesures relativement aux nouvelles tendances en matière de criminalité par un travail de police en amont fondé sur le renseignement.
    • Concentrer la lutte antidrogue et l’application de la loi à tous les échelons du trafic de stupéfiants dans l’ensemble du territoire.
    • Continuer de mettre l’accent sur l’amélioration des interventions et des enquêtes sur les crimes avec violence liés au trafic de stupéfiants et aux groupes criminels.
    • La Brigade des affaires non résolues mènera des enquêtes sur les cas d’homicide non résolus au Yukon.

    4. Mener des actions en direction des enfants et des jeunes et leur apporter un soutien

    • Renforcer le climat de confiance et resserrer les liens avec les enfants et les jeunes en collaborant avec différents fournisseurs de service.
    • Améliorer la présence de la police de proximité, son engagement envers le système scolaire et les programmes destinés à cette clientèle.
    • Collaborer avec différents acteurs pour détecter les jeunes à risque susceptibles d’être vulnérables au trafic de stupéfiants et aux autres crimes graves, et associer les jeunes concernés à la démarche.

    5. Créer des relations privilégiées avec les Premières nations et les collectivités locales

    • Continuer de favoriser la communication entre les Premières nations, les collectivités locales et la GRC au Yukon.
    • Un dialogue constructif et l’établissement de relations demeurent des priorités pour tous les détachements.
    • Mettre systématiquement en place un processus d’orientation des nouveaux policiers à l’échelle locale en étroite coordination avec les Premières nations, les dirigeants locaux et d’autres parties prenantes.
    • Élaborer des ententes communautaires tripartites et une lettre d’attentes pour les communautés autochtones.