Priorités policières du Yukon

  1. Priorités policières du Yukon pour 2021-2022
  2. Priorités policières du Yukon pour 2020-2021

La ministre de la Justice a établi cinq priorités policières pour la division du Yukon de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à partir des travaux réalisés par le Conseil des services policiers et le ministère de la Justice du territoire.


  1. Priorités policières du Yukon pour 2021-2022

    1. Accroître la confiance du public

    La Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Yukon doit faire des efforts supplémentaires pour offrir le même niveau de service et la même écoute à toutes les victimes d’actes criminels, quelle que soit la gravité du crime.  

    Les principaux objectifs au chapitre de la confiance du public sont les suivants. 

    • Adopter des stratégies systémiques et aux résultats mesurables visant l’amélioration des relations avec les jeunes, les personnes autochtones, noires et de couleur (PANDC), les populations vulnérables et les groupes LGBTQ2S+. 
    • Établir des liens de confiance par des interactions efficaces et respectueuses entre la GRC et le public. Ces interactions comprennent l’intervention au regard de tous les crimes, quelle que soit leur gravité perçue, ainsi que la conduite proactive de patrouilles de sensibilisation constructives et efficaces au sein des communautés du Yukon. 
    • Offrir aux agents de la GRC des formations sur les pratiques tenant compte des traumatismes qu’ils mettront en pratique pour appliquer la loi avec bonté et empathie.
    • Amener les agents de la GRC à prendre conscience de leurs préjugés et à reconnaître le pouvoir et le privilège inhérents à leur poste, afin que chacune de leurs interactions avec le public soit compatissante, respectueuse et compétente sur le plan culturel.
    • Accroître la diversité au sein de la GRC pour que le service de police territorial soit plus représentatif des populations desservies. Il s’agit non seulement du recrutement d’Autochtones, de femmes, de personnes LGBTQ2S+ et de personnes qui s’identifient comme PANDC, mais aussi d’un engagement à offrir un milieu de travail sain et accueillant à tous les agents de la GRC. Le soutien pour l’accès aux services de mieux-être mental doit être une composante essentielle de l’autogestion de la santé chez les agents.

    2.  S’appuyer sur les succès récents dans la lutte contre les opioïdes et les drogues dures et dans les interventions visant les crimes graves et le crime organisé

    Pour obtenir les mêmes succès qu’en 2020 et continuer d’accroître la sécurité des Yukonnais et des Yukonnaises, la GRC doit poursuivre la collaboration avec ses partenaires en soins de santé. Les programmes de prévention visant les enfants et les jeunes sont indispensables. Les programmes de prévention ciblés financés par le gouvernement du Yukon ont contribué à réduire le taux de criminalité chez les jeunes du Yukon de 30 % en 2019, selon le rapport de Statistique Canada sur les taux de criminalité de 2019.  

    Les principaux objectifs à l’appui de cette recommandation sont les suivants. 

    • Poursuivre des enquêtes, dirigées par le Groupe des affaires non résolues, qui démontrent des progrès dans la résolution des homicides et des disparitions au Yukon. 
    • Offrir aux agents de la GRC une formation continue en soutien à des enquêtes criminelles efficaces et opportunes.
    • Reconnaître que la criminalité liée aux drogues et aux gangs donne lieu à d’autres activités criminelles qui touchent tous les citoyens du Yukon.  
    • Intensifier les communications avec le public par différents intermédiaires, notamment les médias sociaux.  

    3. Sensibiliser et soutenir les enfants et les jeunes

    Il est nécessaire d’interagir avec les jeunes d’une manière positive et formative, avant qu’ils aient des démêlés avec la justice. Les enfants et les jeunes du Yukon qui sont exposés à des expériences policières cohérentes et positives développent une relation constructive et respectueuse avec les agents d’application de la loi. Les intervenants signalent que la disparition du rôle d’agent de liaison avec les jeunes a eu des répercussions négatives sur la jeune population. En attendant le rétablissement et la normalisation de cette liaison, chaque occasion manquée d’entrer en contact avec un jeune risque d’avoir des répercussions à long terme, notamment sur les coûts des systèmes de justice et de soins de santé du Yukon. 

    Les principaux objectifs de relations avec les jeunes sont les suivants. 

    • Établir des relations de confiance avec les enfants et les jeunes, par une approche cohérente et proactive, en collaboration avec les partenaires communautaires, dans le but de prévenir, de dissuader ou de faire cesser la participation des jeunes à des activités en lien avec les drogues et le crime organisé.
    • Établir des partenariats interorganismes en prévention, en enquête et en intervention en cas d’exploitation, d’agression sexuelle et de cyberintimidation chez les jeunes.
    • Aligner les initiatives de police communautaire, les activités de proximité et les programmes jeunesse avec les besoins culturels de chaque collectivité. Un programme de liaison doit être associé à ces activités.  

    4. Renforcer les relations avec les Premières nations, y compris les Aînés et les jeunes

    Des initiatives de contact et de réconciliation avec les Premières nations ont été mises en œuvre, et il demeure essentiel de poursuivre les efforts en vue d’entretenir les relations à long terme.  

    Les principaux objectifs en matière de relations avec les Premières nations sont les suivants. 

    • Participer à la préparation et à l’application de lettres de rendement locales par l’entremise du Programme de la police des Premières Nations en adéquation avec les dispositions relatives à la responsabilisation des ententes communautaires tripartites.
    • Offrir des séances d’orientation spécifiques à la communauté ainsi qu’une formation générale sur les expériences historiques des Premières nations du Yukon, au moyen d’une approche proactive auprès des Premières nations locales.
    • Veiller à ce que les agents de la GRC s’intègrent aux communautés d’accueil par des interactions personnelles positives et des communications respectueuses avec les enfants, les jeunes, les Aînés et les dirigeants communautaires.
    • Collaborer avec les agents de police des Premières nations dans le but d’établir des relations efficaces et empreintes de confiance au sein des collectivités d’accueil. 
    • Envisager la possibilité de prolonger les affectations des agents dans les communautés, avec l’accord des agents et de la communauté, afin de multiplier les occasions d’établir des relations de confiance et d’offrir un service plus constant aux communautés.  

    5. Collaborer avec les partenaires de la communauté et de la justice pour optimiser le recours à la justice réparatrice

    À l’heure où le gouvernement du Yukon coordonne l’approche territoriale en matière de services de justice réparatrice, il est impératif que ces services soient mis à la disposition des personnes qui y ont droit. Les recommandations concernant la nécessité de la justice réparatrice ne sont pas nouvelles, et la GRC demeure un partenaire essentiel dans l’avancement des initiatives de justice réparatrice au Yukon.  

    Les principaux objectifs sont les suivants.

    • Participer activement aux initiatives de sécurité menées par la communauté et les soutenir. 
    • Veiller à la mise en œuvre des processus de déjudiciarisation pré- et post-accusation dans toutes les communautés, et veiller à ce que les affaires traitées au moyen de ces processus se prêtent à la déjudiciarisation et bénéficient du soutien et du suivi nécessaires.
    • Approcher de manière proactive les travailleurs de la justice communautaire des Premières nations, le programme de justice réparatrice du gouvernement du Yukon et les programmes communautaires dans le but de collaborer à des initiatives communautaires de justice réparatrice.
    • Travailler dans le sens de l’engagement du gouvernement du Yukon visant une augmentation des recours à la justice réparatrice de l’ordre de cinq pour cent.
    • Fournir des données statistiques sur les pratiques de justice réparatrice par collectivité, ainsi qu’un rapport sur la participation de la GRC dans chaque affaire.  

    6. Améliorer les activités de prévention, d’enquête et d’application de la loi liées à la violence contre les femmes, les filles et les personnes LGBTQ2S+

    Cette dernière priorité est sans doute la plus vitale pour l’année à venir. Elle nécessitera des investissements importants de la part de la GRC. Les taux d’agression sexuelle au Yukon sont extrêmement élevés. La GRC doit impérativement continuer de se concentrer sur la réduction de toutes les formes de violence à l’endroit des femmes, des filles et des personnes LGBTQ2S+, ainsi que sur la violence sexuelle dans toutes les populations. Les enquêtes doivent être opportunes, empathiques et efficaces, et elles doivent répondre aux exigences en matière de rapports. Toutes les affaires doivent faire l’objet d’une enquête. Toutes les victimes doivent bénéficier d’un soutien. Au lendemain de la disparition de l’exercice Yukon Advocate Case Review (Examen des cas par des groupes de défense du Yukon), il importe de redoubler d’efforts pour collaborer avec les groupes de défense des femmes au sujet de la violence sexuelle au Yukon.

    Les principaux objectifs à l’appui de cette priorité sont les suivants.

    • Mettre en œuvre sensiblement la Stratégie du Yukon sur les FFADA2S+, notamment en ce qui concerne les paragraphes 2.1, 2.2, 2.5 et 2.6 du chapitre 2 (Sécurité et justice communautaires) et les paragraphes 4.1, 4.2, 4.6 et 4.7 du chapitre 4 (Actions de proximité et responsabilités).
    • Collaborer et assurer une liaison avec les procureurs et d’autres organismes de soutien pour s’assurer que l’approche investigatrice de la GRC réponde aux exigences du système judiciaire et que les poursuites soient fructueuses, transparentes, opportunes, efficaces et concluantes.
    • Élaborer des politiques internes qui comprennent un calendrier de formation ciblé pour le Groupe des interventions spécialisées.
    • Le Groupe des interventions spécialisées est responsable d’orienter tous les dossiers d’agression sexuelle, et non seulement ceux jugés de nature complexe à l’interne. Les enquêteurs désignés et le Groupe doivent collaborer avec tous les partenaires et intervenants pour traiter les affaires de violence sexuelle, et avec les Premières nations et les communautés pour aménager des espaces sécuritaires dans chaque collectivité où il sera possible d’interroger les victimes. 
    • Comme recommandé au paragraphe 2.2 de la Stratégie sur les FFADA2S+, participer à une évaluation par une tierce partie de l’application des recommandations du rapport Terrain d’entente – Évaluation des services de police du Yukon (2010). Les résultats doivent être rendus publics.  

  2. Priorités policières du Yukon pour 2020-2021

    1. Augmenter la collaboration pour accroître la confiance du public

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Confiance –que les membres de la GRC soient visibles et accessibles à la population.
    • Mobilisation en amont –que les membres de la GRC s’emploient à la sensibilisation, à la communication avec des agences partenaires et à une collaboration avec les Premières nations, le tout se traduisant par une véritable mobilisation axée sur les besoins de tous les Yukonnais.
    • Intervention –que les membres de la GRC puissent contribuer à une prise en compte des traumatismes du passé favorisant des interventions policières impartiales, respectueuses et adaptées aux différences culturelles.
    • Mieux-être – que la GRC mette de l’avant des stratégies essentielles en matière d’autogestion de la santé, de santé mentale et de mieux-être pour l’ensemble de ses membres, car les policiers sont exposés à des situations particulièrement éprouvantes et traumatisantes dans l’exercice de leurs fonctions.
    • Sensibilisation et éducation du public – que la GRC contribue à l’éducation de la population au sujet des droits et responsabilités des citoyens dans leurs contacts avec la GRC afin de favoriser la sécurité et l’harmonie lors des interventions. Des séances de formation devraient comprendre de l’information sur la façon de déposer efficacement une plainte ou de formuler des commentaires sur la conduite de la GRC.

    2. Renforcer le soutien aux personnes vulnérables et aux victimes d’actes de violence, et poursuivre la mise en œuvre des services de l’Équipe d’intervention en cas d’agression sexuelle

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Poursuivre la mise en œuvre des services de l’équipe d’intervention en cas d’agression sexuelle dans les collectivités du Yukon, notamment en assurant la formation des membres de la GRC aux premières lignes qui font enquête sur les cas d’agression sexuelle.
    • Renforcer le réseau de soutien en place au Yukon pour les personnes vulnérables en augmentant la coordination et la coopération avec les ministères et les organisations non gouvernementales concernés. Pour y parvenir, adopter une approche reposant sur la gestion de cas ou une « table situationnelle » (dans l’esprit de FOCUS, Forum for Collaboration and United Services).
    • Se rapprocher des jeunes et collaborer avec les partenaires afin de reconnaître et d’augmenter le soutien aux enfants et aux jeunes susceptibles d’être vulnérables à la violence, à l’exploitation des enfants et à l’influence du crime organisé.
    • Instaurer au sein de la GRC une culture favorisant une intervention compatissante qui tient compte des traumatismes des personnes vulnérables et des victimes, qui est nécessaire pour apaiser la tension sous-jacente qui repose sur la crainte et la méfiance à l’endroit de la GRC.

    3. Établir des relations enrichissantes avec les Premières nations, y compris avec les Aînés, et dans toutes les communautés

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Favoriser la communication entre les Premières nations, les membres des collectivités et la GRC pour assurer une prestation de services de police professionnels, dévoués et adaptés aux besoins, traditions et cultures des Premières nations du Yukon.
    • Faire appel à des Premières nations partenaires afin de dégager des priorités policières pertinentes pour chaque communauté participant au Programme des services de police des Premières nations.
    • Inclure les Premières nations dans les processus de présélection de membres de la GRC destinés à servir les communautés, et voir à ce que les nouveaux agents de police reçoivent une orientation adaptée en collaboration avec les Premières nations et les dirigeants et autres intervenants locaux.
    • Aider les membres de tous les détachements de la GRC à apporter leur contribution à la planification en matière de sécurité communautaire entreprise dans leurs collectivités.
    • Affiner le rôle de la GRC dans son travail de maintien de communautés saines et sûres, en parallèle avec d’autres mécanismes de soutien communautaire, comme ceux du programme de police auxiliaire, des agents de sécurité communautaire et du Bureau de la sécurité des collectivités et des quartiers.

    4.    Poursuivre les efforts de répression des crimes graves et liés aux drogues, ainsi que du crime organisé

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Améliorer l’intervention et les enquêtes liées aux crimes violents.
    • Améliorer l’intervention et les enquêtes liées aux crimes dans le territoire ayant un lien avec le commerce de la drogue ou les groupes criminalisés.
    • Travailler en collaboration avec d’autres agences, comme les Services de réglementation de la Ville de Whitehorse, le Bureau de la sécurité des collectivités et des quartiers du Yukon et les services de police des Premières nations pour la mise sur pied d’approches en amont pour lutter contre le crime organisé.

    5. Recourir davantage aux pratiques de justice réparatrice au Yukon

    Objectifs principaux liés à cette priorité :

    • Nous assurer d’explorer des options de déjudiciarisation avant la mise en accusation dans toutes les collectivités, et du fait que la GRC considère la déjudiciarisation lorsque des mécanismes de soutien communautaires appropriés sont en place.
    • Faire appel en amont à des intervenants du domaine de la justice des Premières nations, de façon à leur permettre de collaborer à des initiatives de justice réparatrice menées par la collectivité.
    • Travailler dans le sens de l’engagement du gouvernement du Yukon visant une augmentation des pratiques de justice réparatrice de l’ordre de cinq pour cent.