Questions

Trouvez les réponses aux questions les plus fréquentes au sujet de la vaccination contre la COVID-19 ci-dessous.

Lire tous nos feuillets d’information.

Obtenir une preuve de vaccination contre la COVID-19



Dose de rappel

Informations au sujet de la dose de rappel

Pourquoi recevoir une dose de rappel?

Les données récentes semblent montrer que l’efficacité du vaccin diminue avec le temps. C’est pourquoi il est recommandé de recevoir une dose de rappel dès qu’on y devient admissible.

Une dose de rappel stimule le système immunitaire. Puisque la protection conférée par le vaccin semble diminuer au fil du temps, on ne sait pas encore combien de temps durera la protection fournie par la dose de rappel.

Quel vaccin sera donné pour la dose de rappel?

Le vaccin de la dose de rappel sera celui de Moderna. Si vous avez reçu le vaccin de Pfizer pour vos doses initiales, vous recevrez le vaccin de Moderna pour la dose de rappel. Il a été prouvé que les doses mixtes de vaccins à ARN sont efficaces et sans danger.

Quelle est la dose de l’injection de rappel du vaccin de Moderna?

Pour les personnes de 18 à 69 ans, la dose est de 50 mcg (demi-dose).

Pour les personnes de 70 ans et plus, la dose est de 100 mcg (dose complète).

Qui peut recevoir une dose de rappel?

Vous pouvez recevoir une dose de rappel si vous avez 50 ans ou plus ou si vous êtes un professionnel de la santé, et qu’au moins 6 mois se sont écoulés depuis que vous avez reçu la dernière dose recommandée pour vous.

Pour la plupart des gens, une vaccination complète contre la COVID-19 compte 2 doses.

Les personnes immunovulnérables peuvent avoir reçu une troisième dose. Vous pouvez recevoir une dose de rappel si au moins 6 moins se sont écoulés depuis que vous avez reçu la dernière dose recommandée pour vous.

Où puis-je trouver la date à laquelle j’ai reçu ma dernière dose?

Si vous ne connaissez pas la date à laquelle vous avez reçu votre dernière dose du vaccin contre la COVID-19, vous pouvez la trouver à deux endroits : sur la carte qu’on vous a remise au moment de la vaccination ou sur votre preuve de vaccination.

Pourquoi la dose de rappel n’est-elle offerte qu’aux 50 ans et plus et aux professionnels de la santé?

La dose de rappel sera offerte aux différents groupes d’âge de façon graduelle.

Cette approche graduelle commence avec les personnes de 50 ans et plus et les professionnels de la santé puisqu’elles sont plus susceptibles d’être atteintes d’une forme grave de la COVID-19. Toutes les personnes qui le souhaitent et qui le peuvent pourront recevoir une dose de rappel en temps et lieu.



Admissibilité au vaccin

Pouvez-vous vous faire vacciner au Yukon?

Vous avez une carte d’assurance-santé du Yukon valide

Vous pouvez recevoir le vaccin au Yukon. Lors de votre rendez-vous, ayez avec vous votre carte d’assurance-santé. Consultez le calendrier de vaccination de votre localité pour savoir à quel moment vous pourrez vous faire vacciner.

Résident du Yukon étudiant à l’extérieur du territoire

Les résidents qui étudient à l’extérieur du territoire peuvent se faire vacciner à leur retour au Yukon. Prévoyez que vous devez recevoir votre seconde dose du vaccin huit semaines après avoir reçu la première. N’oubliez pas d’apporter votre carte d’assurance-santé à votre rendez-vous.

Vous résidez au Yukon, mais n’avez pas de carte d’assurance-santé du Yukon

Vous pouvez recevoir le vaccin au Yukon si, par exemple, vous êtes un travailleur temporaire, un étudiant ou une personne récemment déménagée. Vous devrez apporter une pièce d’identité valide avec photo (ex., passeport ou permis de conduire) et l’un des documents suivants :

  • une carte d’étudiant du Yukon valide;
  • une preuve d’emploi au Yukon;
  • une preuve que vous résidez au Yukon (ex., une facture de services publics).

Consultez le calendrier de vaccination de votre localité pour savoir à quel moment vous pourrez vous faire vacciner.

Vous résidez en Colombie-Britannique, mais recevez habituellement vos soins de santé au Yukon

Si, par exemple, vous vivez à Lower Post, vous pouvez recevoir le vaccin au Yukon.

Apportez votre carte d’identité de la Colombie-Britannique lorsque vous vous présenterez à la clinique. Consultez le calendrier de vaccination de votre localité pour savoir à quel moment vous pourrez vous faire vacciner.

Vous êtes Canadien, mais ne résidez pas au Yukon

Pour le moment, vous ne pouvez pas recevoir le vaccin au Yukon.

Vous n’êtes pas Canadien et ne résidez pas au Yukon

Pour le moment, vous ne pouvez pas recevoir le vaccin au Yukon. Il vous sera interdit d’entrer au Canada dans le but de recevoir un vaccin. Vous devez vous faire vacciner dans la région où vous résidez.

Vous présentez des symptômes qui ressemblent à ceux de la COVID-19

N’allez pas vous faire vacciner si vous avez des symptômes qui pourraient être attribuables à la COVID-19. Vous éviterez ainsi les risques de transmettre le virus à d’autres au centre de vaccination. Pour savoir si vous serez en mesure de recevoir le vaccin et, le cas échéant, à quel moment :

  • parlez à un professionnel de la santé;
  • appelez le 811.

Vous avez, ou avez eu, la COVID-19

Vous ne devriez pas aller vous faire vacciner si vous êtes toujours contagieux ou si vous ne vous sentez pas bien parce que vous avez eu la COVID-19 récemment. Vous éviterez ainsi les risques de transmettre le virus à d’autres au centre de vaccination.

Vous pouvez vous faire vacciner si vous n’êtes plus contagieux et n’avez plus de symptômes.

Personne enceinte, qui allaite, immunodéprimée ou vivant avec une maladie auto-immune

Il est recommandé de se faire vacciner. Discutez des risques et des avantages de la vaccination avec votre professionnel de la santé afin de prendre une décision éclairée.

Vous envisagez une grossesse

Les personnes qui souhaitent tomber enceintes doivent attendre au moins 28 jours après avoir reçu la seconde dose du vaccin pour concevoir.

Vous avez eu une réaction grave après avoir reçu la première dose du vaccin

Parlez à un professionnel de la santé si vous avez eu une réaction grave (comme une réaction allergique) après avoir reçu la première dose du vaccin; attendez le feu vert d’un allergologue ou d’un autre professionnel de la santé avant de recevoir une dose subséquente. 

Vous avez reçu un autre vaccin au cours des 14 derniers jours

Depuis le 24 août 2021, le vaccin contre la COVID-19 peut être administré en même temps, avant ou après d’autres vaccins. 

Vous êtes allergique au polyéthylène glycol (PEG) ou avez une allergie d’origine inconnue

Vous ne devriez pas vous faire vacciner. Parlez à un professionnel de la santé si vous êtes allergique au polyéthylène glycol ou avez déjà eu une réaction allergique d’origine inconnue.

Le polyéthylène glycol

Il est rare que le polyéthylène glycol cause des réactions allergiques. Voici des exemples de produits pouvant en contenir :

  • médicaments;
  • produits de préparation des intestins à une coloscopie;
  • laxatifs;
  • sirops pour la toux;
  • produits cosmétiques;
  • crèmes pour la peau;
  • produits médicaux utilisés sur la peau pendant les opérations;
  • dentifrice; 
  • lentilles de contact;
  • solution pour lentilles de contact.

On le trouve aussi dans les aliments et les boissons, mais rien n’indique qu’il entraîne des réactions allergiques dans ces cas.



Au sujet du vaccin

Quels sont les vaccins qui sont administrés?

Au Yukon, deux vaccins à ARNm sont administrés :

  • le vaccin de Moderna pour tous les adultes de 18 ans et plus;
  • le vaccin de Pfizer-BioNTech pour les 12-17 ans.

L’âge à partir duquel on peut se faire vacciner dépend de l’année de naissance, selon la recommandation du médecin hygiéniste en chef. Les jeunes qui auront 12 ans cette année peuvent se faire vacciner.

Comment le vaccin protège-t-il contre la COVID-19?

  • La vaccination est une façon de renforcer le système immunitaire. Le vaccin enseigne au corps à se protéger de la COVID-19. Cette protection nous empêche de tomber malades si nous sommes exposés au virus. 
  • Comme l’a démontré une vaste étude où les participants ont reçu les deux doses du vaccin de Moderna, le risque d’être infecté diminue de 94,1 % chez les personnes immunisées.
  • Chez les enfants de 12 à 17 ans, le vaccin de Pfizer réduit le risque d’attraper la maladie de 100 %.

Comment savoir si le vaccin est sûr

Comme tous les vaccins administrés au Canada, le vaccin à ARNm de Moderna et de Pfizer ont été approuvés par Santé Canada, ce qui signifie qu’ils sont dignes de confiance.

Tout vaccin approuvé par Santé Canada a été mis au point en trois phases :

  • la phase exploratoire;
  • la phase préclinique;
  • la phase clinique.

Santé Canada utilise un système de réglementation éprouvé de calibre mondial.

Phase exploratoire

Les scientifiques font des recherches pour trouver des vaccins susceptibles de nous aider à développer une immunité contre une maladie avant d’y être exposés.

Phase préclinique

Les scientifiques vérifient s’il existe des risques pour la santé avant de tester le vaccin sur des humains.

Phase clinique

Les vaccins prometteurs passent à la phase clinique.

C’est à ce stade que les vaccins sont testés sur des humains. Cette phase nécessite la participation de milliers de volontaires. On compare les groupes qui ont reçu un vaccin avec ceux qui n’en ont pas reçu afin d’en déterminer l’innocuité et l’efficacité.

Possibilité d’effets à long terme

Les vaccins à ARNm contre la COVID-19 ont fait l’objet d’essais cliniques complets et ont été approuvés par Santé Canada. Les essais cliniques et l’expérience des personnes vaccinées jusqu’à ce jour nous ont beaucoup renseignés sur les effets secondaires à court terme, c’est-à-dire les effets qui surviennent dans les jours ou la semaine suivant l’administration du vaccin. Parmi ces effets secondaires, citons la fatigue, la fièvre, une sensibilité ou une rougeur au point d’injection et d’autres symptômes bénins. Ils disparaissent d’eux-mêmes dans un court laps de temps.

Beaucoup s’inquiètent des possibles effets à long terme du vaccin. L’histoire nous montre que, bien que ce soit très rare, les vaccins peuvent avoir des effets différés, mais que de tels effets, s’ils se produisent, apparaissent généralement dans les deux mois qui suivent la vaccination. Les premières doses des vaccins contre la COVID-19 ont été administrées dans des essais cliniques sur des humains en juillet 2020. À ce jour, des centaines de millions de personnes dans le monde ont été vaccinées, et aucun problème de sécurité lié au vaccin à ARNm de Moderna ou de Pfizer n’a été constaté.

La technologie à ARNm suscite l’inquiétude chez certaines personnes. Même si les vaccins à ARNm contre la COVID-19 sont nouveaux, ce type de vaccin a déjà été étudié chez les humains avant. En effet, les scientifiques travaillent avec les vaccins à ARNm depuis des décennies. Cette technologie est idéale pour les vaccins contre la COVID-19, puisqu’elle peut être développée en laboratoire avec des éléments qu’on peut se procurer facilement. Ainsi, on a pu standardiser et déployer le processus à grande échelle, et développer et produire le vaccin plus rapidement qu’avec les méthodes traditionnelles.

Les scientifiques ont étudié toutes les données disponibles, et celles-ci montrent clairement que les vaccins à base d’ARNm sont sûrs et ne causeront pas de tort à long terme. Cette technologie a été utilisée dans des essais sur les humains pour d’autres vaccins et même dans des essais cliniques pour différents traitements du cancer. Ces essais ont fourni de précieuses informations prouvant l’innocuité de l’ARNm.

À mesure que progressera la campagne de vaccination, nous continuerons de surveiller de près tout aspect touchant la sécurité. Si un problème de sécurité est détecté, des mesures seront prises sans tarder pour déterminer s’il est lié au vaccin contre la COVID-19 et définir la meilleure conduite à adopter.

Pourquoi et comment le vaccin contre la COVID-19 a-t-il été découvert plus rapidement que les autres vaccins?

La situation que nous vivons n’est pas normale, et les efforts déployés pour trouver un vaccin contre la COVID-19 sont d’une ampleur sans précédent. La quantité de ressources investies a permis de mettre au point des vaccins en un temps record.

Même si les besoins étaient pressants, aucune étape du processus d’approbation n’a été négligée. Ce sont plutôt les nombreuses ressources mobilisées qui ont permis d’obtenir des résultats rapidement.

En temps normal, certains facteurs peuvent ralentir les essais cliniques qui mènent à la mise au point d’un vaccin. L’un de ces facteurs est la nécessité d’avoir un taux d’infection suffisamment élevé pour permettre la réalisation d’essais cliniques à grande échelle. Avoir un nombre de bénévoles suffisant est un autre facteur nécessaire à la réalisation d’une étude d’envergure. Pfizer et Moderna n’ont pas eu à composer avec ces difficultés pendant les essais. 

Le développement des vaccins a aussi été favorisé par les nombreuses années de recherche sur d’autres virus et sur les vaccins à ARNm.

Comment le vaccin est-il administré?

Le vaccin est injecté dans la partie supérieure du bras à l’aide d’une seringue. Deux doses doivent être administrées à environ huit semaines d’intervalle.

Pour optimiser l’efficacité du vaccin, il est très important de recevoir les deux doses.

À quoi dois-je m’attendre après avoir reçu le vaccin?

Renseignez-vous sur les soins post-vaccination.

Où puis-je trouver des renseignements fiables?

Quand vous cherchez de l’information en ligne, assurez-vous de consulter des sites fiables, comme le site officiel du gouvernement fédéral ou la page Santé et bien-être du gouvernement du Yukon. Les professionnels de la santé sont aussi des sources fiables. N’hésitez pas à leur poser des questions.

Pourquoi les vaccins ont-ils changé de nom?

Les vaccins eux-mêmes n’ont pas changé : un nom leur a été attribué par chacune des entreprises. Les noms ont été annoncés en septembre.

Le vaccin à ARN messager contre la COVID-19 de Moderna s’appelle Spikevax.

Le vaccin à ARN messager contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech s’appelle Comirnaty.

Le vaccin contre la COVID-19 d’AstraZeneca s’appelle Vaxzevria. Il n’est pas offert au Yukon.

Les vaccins contre la COVID-19 peuvent-ils nuire à la fertilité et au cycle menstruel?

Les vaccins contre la COVID-19 ne causent pas l’infertilité. Rien n’indique non plus à l’heure actuelle qu’ils ont une incidence sur le cycle menstruel.

Certaines personnes disent avoir remarqué des changements dans leur cycle menstruel après avoir reçu le vaccin. Toutefois, il faut savoir que de nombreux facteurs peuvent influer sur le cycle menstruel.

Par exemple :

  • le sommeil;
  • le stress;
  • une infection;
  • l’alimentation;
  • l’activité physique.

Avoir la COVID-19 peut avoir une incidence sur le cycle menstruel. En effet, plus de 35 % des personnes ont remarqué des changements dans leur cycle après avoir eu la maladie. Bien que des études soient en cours pour comprendre une telle incidence, nous savons que d’autres vaccins n’influent pas sur le cycle menstruel. Vous pouvez consulter le site de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada pour en savoir plus.

Si vous êtes enceinte ou si vous songez à tomber enceinte, la vaccination est la meilleure façon de vous protéger et de protéger votre bébé. Les personnes enceintes courent un risque accru de souffrir d’une forme grave de la COVID-19, qui peut entraîner de lourdes conséquences, comme une naissance prématurée. Consultez la page sur les vaccins à ARNm contre la COVID-19 à l’intention des personnes enceintes ou qui allaitent.

Ressources sur le vaccin contre la COVID-19

Gouvernement du Yukon

Soins post-vaccination à ARNm contre la COVID-19
Feuille d’information sur les vaccins à ARNm
Fiche d'information sur la vaccination pour les enfants âgées de 5 à 11 ans
Fiche d'information sur la vaccination pour les personnes âgées de 12 ans et plus
Consentement à la vaccination

Une voie à suivre : prochaines étapes

Gouvernement du Canada

Vaccins et immunisation
Vaccins et immunisation – Immunisation Canada
Développement et autorisation des vaccins
Sécurité des vaccins
Le coronavirus et les communautés autochtones – Services aux Autochtones Canada
Information sur la vaccination qu’on trouve sur Internet : Est-ce qu’on peut se fier à ce qu’on lit? – Immunisation Canada

Organisation mondiale de la Santé

Vaccins et immunisation (en anglais seulement)
Foire aux questions sur la COVID-19 (vidéo en anglais seulement)

Nous voulons connaître votre opinion